ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
232425
26
27
28
29
3031
 
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du jeudi 26 mars 2015


Société

La nouvelle version convenable du site de Playboy connaît un bon de 258 %

Aperçu de la page d'accueil du nouveau site du magazine <i>Playboy</i>
Aperçu de la page d'accueil du nouveau site du magazine Playboy     Photo : playboy.com

Le magazine masculin Playboy lançait récemment une nouvelle version nettoyée et plus convenable pour le grand public de son site Internet. Esthétiquement comparable aux sites de magazines reconnus comme Esquire ou Slate, la refonte a suscité un bon de fréquentation de 258 %. Arnaud Granata, vice-président d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, planificateur stratégique pour l'agence lg2, analysent ce virage esthétique. 
 
« La force de la marque est telle que les gens ont le réflexe de se dire : "c'est quand même Playboy, je ne sais pas si ça va être présentable" », souligne Stéphane Mailhiot. « Je trouve intéressant qu'ils se diversifient et renouvellent leur plateforme web parce que, ces dernières années, la plupart de leurs revenus provenaient des produits dérivés. » 
 
Il est également question du palmarès des 100 marques les plus influentes auprès des Québécois, d'une nouvelle approche pour mettre en marché les fruits et légumes et de la perception différente qu'ont les Chinois des produits luxueux.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Le magazine Playboy sur le web
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter
HYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter

Arts et culture

Défier la magie : Luc Langevin crée des tours sur demande

Les magiciens Stéphane Bourgoin, Luc Langevin et Mathieu Bich
Les magiciens Stéphane Bourgoin, Luc Langevin et Mathieu Bich     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Luc Langevin anime une nouvelle série intitulée Défier la magie, dans laquelle le magicien bien connu et ses collaborateurs, les illusionnistes Stéphane Bourgoin et Mathieu Bich, répondent aux défis lancés par des personnalités en créant des tours de magie. Catherine Perrin reçoit les trois magiciens. 
 
« Les gens connaissent peu le milieu de la magie. Je pense qu'en connaître un peu plus va les aider à l'apprécier. C'est en fait pour ça qu'on fait ce genre d'émission », souligne Luc Langevin. « On ne dévoile pas les secrets, mais on voit le processus de création d'un numéro. Ça montre un peu la façon de penser des magiciens. » Il assure que tout le contenu de l'émission est capté sur le vif et qu'aucun des tours n'a été recommencé en raison d'un imprévu. 
 
Bande-annonce de Défier la magie

 

Des paris de taille 
Pauline Martin réclame un tour conçu pour un non-voyant. Brigitte Lafleur, elle, demande un tour à l'intention d'un chien. Voilà le genre de défis que le trio doit relever dans Défier la magie.  
 
Pour Stéphane Bourgoin, le fait que le public soit un chien a été le plus difficile. Quant à Mathieu Bich, il a dû faire une recherche intensive pour exécuter le tour pour le non-voyant, car la magie est un art principalement visuel.  
 
Défier la magie sera diffusée dès le 17 avril à 20 h sur ICI ARTV. 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Défier la magie sur le web
HYPERLIEN - Luc Langevin sur le web
HYPERLIEN - Mathieu Bich sur le web
HYPERLIEN - Stéphane Bourgoin sur le web

Arts et culture

Éric Godin, de l'image aux mots

Le peintre, illustrateur et auteur Éric Godin
Le peintre, illustrateur et auteur Éric Godin     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Peintre et illustrateur depuis 30 ans, Éric Godin agit désormais aussi comme auteur. Il signe Lettre à Vincent, un recueil de poèmes dédiés à son fils qui s'est suicidé en 2009, à l'âge de 16 ans. Le livre fait suite à un essai interactif produit par l'ONF en 2011. Godin a également illustré #Bébéatrice, un recueil de paroles truculentes énoncées par la fille de Guy A. Lepage, Béatrice. Catherine Perrin reçoit Éric Godin. 
 
Lettre à Vincent est né de la collaboration continue entre l'artiste Zilon, qui l'a illustré, et Éric Godin. Le livre porte une certaine noirceur, qui témoigne des états d'âme de l'adolescent disparu.  
 
« On avait tellement discuté. J'ai toujours été très proche de mes fils. Vincent et moi discutions beaucoup de politique. C'était un jeune très politisé. Il avait fêté ses 16 ans deux semaines avant. Il était désabusé à propos de bien des choses », raconte Éric Godin, qui déplore le peu de soutien que Vincent a reçu. « On a vécu le processus avec lui. Il voulait des soins. Plus on se battait pour qu'il ait des soins, moins on pouvait en avoir, et ça, c'est la réalité de la santé mentale au Québec. Ça a été l'enfer. Il a fallu se battre. [...] Il en voulait, de l'aide. Mais, chaque fois qu'on essayait de défoncer une porte, on constatait le manque de services, le manque de suivi, surtout. » 
 
L'exposition Éric Godin : peintures, sculptures et dessins éditoriaux est présenté jusqu'au 4 avril à la Galerie d'art de l'Université de Sherbrooke.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Lettre à Vincent sur le site des Éditions Hurtubise
HYPERLIEN - Essai interactif Lettre à Vincent sur le site de l'ONF
HYPERLIEN - L'exposition Éric Godin : peintures, sculptures et dessins éditoriaux sur le web
HYPERLIEN - Éric Godin sur le web

Arts et culture

Ni rose, ni bleu... la suite : gros plan sur la masculinité en 2015

De gauche à droit et de haut en bas : l'intervenant Luc Lacroix, le réalisateur Joël Bertomeu ainsi que deux participants à <i>Ni rose, ni bleu... la suite</i> : Ian Olivieri et Jean-François Beauregard
De gauche à droit et de haut en bas : l'intervenant Luc Lacroix, le réalisateur Joël Bertomeu ainsi que deux participants à Ni rose, ni bleu... la suite : Ian Olivieri et Jean-François Beauregard     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le documentaire Ni rose, ni bleu... la suite offre un deuxième chapitre au documentaire Ni rose, ni bleu, sorti en 2003, sur le thème de la masculinité. Tout comme le premier film, le documentaire suit un groupe d'hommes dans un atelier immersif sur le thème « être un homme ». Catherine Perrin reçoit le réalisateur Joël Berthomeu ainsi que trois participants aux deux longs métrages, Luc Lacroix, Ian Olivieri et Jean-François Beauregard. 
 
« C'est une expérience cinématographique complètement originale. Ce n'est pas un atelier monté sous forme de reportage. [...] Ils ont tous 10 ans de plus, y compris nous. On y aborde des thèmes qui nous touchent : l'argent, la sexualité après 50 ans, le rapport à la mort... Ce sont de vraies valeurs et des questionnements que, moi, j'ai dans ma vie », indique Joël Berthomeu au sujet de ce nouveau volet.  
 
Bande-annonce de Ni rose, ni bleu... la suite 
 
 
La peur des émotions 
Fondateur de l'organisme Les hommes de coeur, coach en entreprise et intervenant, Luc Lacroix anime les discussions dans les deux films. « Je pense que le monde des émotions, ça fait peur aux gars. Se découvrir, se dévoiler, ce n'est pas dans nos habitudes. Ça fait peur aux humains », fait-il remarquer.  
 
Faire tomber les masques 
Jean-François Beauregard conservait un excellent souvenir de sa participation à Ni rose, ni bleu. L'expérience a marqué un tournant dans sa vie et il estime avoir désormais plus de facilité à s'ouvrir aux autres. Il a accepté de participer à la suite pour montrer que les hommes sont plus que les conditionnements auxquels on les associe. Ian Oliveri, lui, l'a fait par plaisir de partager des propos authentiques et par désir de faire tomber les masques.  
 
Le documentaire Ni rose, ni bleu... la suite sera présenté dès le 27 mars au Cinéma Beaubien, à Montréal.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Le Cinéma Beaubien sur le web

Arts et culture

Deux étudiants montréalais champions d'un concours d'art oratoire canadien

Les deux vainqueurs du Championnat canadien de débat universitaire francophone 2015, Tristan Gutteriez Garcia et Amal Azouz
Les deux vainqueurs du Championnat canadien de débat universitaire francophone 2015, Tristan Gutteriez Garcia et Amal Azouz     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Amal Azouz et Tristan Gutteriez Garcia, deux étudiants de l'Université de Montréal, ont remporté le Championnat canadien de débat universitaire francophone, qui avait lieu les 13 et 14 mars à l'École polytechnique de Montréal. La compétition regroupait des clubs de débats universitaires de partout au Canada. Catherine Perrin reçoit les deux gagnants.

Arts et culture

La directrice de la Galerie de l'UQAM lauréate d'un Prix du Gouverneur général

La directrice de la Galerie de l’UQAM, Louise Déry
La directrice de la Galerie de l’UQAM, Louise Déry     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Louise Déry, qui est à la tête de la Galerie de l'UQAM depuis près de 20 ans, a été choisie pour recevoir un Prix du gouverneur général pour sa contribution exceptionnelle aux domaines des arts visuels et des arts médiatiques contemporains. Catherine Perrin s'entretient avec elle. 
 
Louise Déry recevra son Prix du gouverneur général le 8 avril. 
 
Le Musée des beaux-arts du Canada présentera, du 9 avril au 30 août, une exposition spéciale regroupant une sélection d'oeuvres des lauréats du Prix du gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques de cette année. 
 
Louise Déry est la commissaire de l'exposition Aude Moreau, présentée à la Galerie de l'UQAM jusqu'au 11 avril. 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - La Galerie de l'UQAM sur le web

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
232425
26
27
28
29
3031
 
 
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant