ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
23
24252627
28
29
3031
 
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du lundi 23 mars 2015


Société

Prendre soin de l'autre : un objectif pour tous

La chaire des genre, avec Marc Lafrance et Aurélie Lanctôt
La chaire des genre, avec Marc Lafrance et Aurélie Lanctôt     Photo : Radio-Canada/Marie-Ève Soutière

Pendant que certaines personnes tentent de s'accomplir, d'autres, dans l'ombre, les aident à y parvenir. L'éthique du soin (ethics of care) vise à valoriser le caractère essentiel des soins apportés aux autres et des gens qui les prodiguent. La chaire des genres, composée d'Aurélie Lanctôt, étudiante en droit, diplômée en journalisme et chroniqueuse pour Ricochet, et Marc Lafrance, professeur au Département de sociologie et d'anthropologie à l'Université Concordia, s'intéresse notamment à cette nouvelle éthique du soin. 
 
Il sera aussi question de journées à thème sexiste proposées dans les services de garde du Québec, de la croisade contre la taxation des tampons et de la ministre Vallée qui refuse de mesurer les répercussions de l'austérité sur les femmes. 
 
L'éthique du soin 
« Prendre soin de l'autre est un concept qui devrait s'étendre à tout le monde », explique Aurélie Lanctôt. Le premier volet de cette nouvelle éthique est de mettre l'accent sur autre chose que la réussite sociale. Il s'agit d'un sujet qui intéresse beaucoup les féministes qui cherchent une façon de valoriser les gens qui prennent soin des autres, tout en transformant l'idée préconçue voulant que ces tâches reviennent aux femmes. 
 
Selon Marc Lafrance, il faut casser l'idée que les femmes sont meilleures que les hommes pour s'occuper des autres.  
 
Des journées thématiques sexistes dans les services de garde 
« C'est hautement troublant, mais le côté positif dans cette histoire, c'est que les parents ont réagi rapidement, forçant l'association à émettre une lettre d'excuse sur son site Internet », explique Marc Lafrance. Jusqu'à il y a une semaine, l'Association des services de garde en milieu scolaire du Québec proposait des journées thématiques telles que maquillage, tresses, frisettes, gymnastique et scrapbooking pour les filles, et des expériences scientifiques, des courses, des chasses aux insectes et des films d'action pour les garçons.  
 
Pour Aurélie Lanctôt, il est clair que cet incident n'est pas dû à la mauvaise foi du personnel enseignant, mais il montre plutôt que le milieu scolaire doit, encore aujourd'hui, faire face à des défis qu'on croyait relevés depuis longtemps. 

Société

Infiltration du collectif Anonymous

Un membre du collectif Anonymous
Un membre du collectif Anonymous     Photo : Radio-Canada

Peu à peu, elle a gagné leur confiance, elle a pris part à des discussions, a rencontré certaines personnes. Pendant sept ans, l'anthropologue américaine Gabriella Coleman a infiltré le collectif Anonymous, ce regroupement d'activistes qui s'expriment de façon anonyme sur le web. Elle était la première à le faire. La journaliste Marine Roux l'a rencontrée.

Arts et culture

Faire sa toilette, du moyen âge à aujourd'hui

Affiche de l'exposition <em>La toilette, naissance de l'intime</em>, présentée à Paris.
Affiche de l'exposition La toilette, naissance de l'intime, présentée à Paris.     Photo : Musée Marmottan Monet

Le professeur d'histoire de l'art Hélios Azoulay conseille fortement d'aller voir l'exposition La toilette, naissance de l'intime, qui traite de l'histoire du bain, de la toilette et de l'intimité. Aujourd'hui, faire sa toilette dans une pièce spécifiquement dédiée à l'exercice, loin des regards, va de soi. Pourtant, cela n'a pas toujours été le cas. L'exposition, présentée au Musée Marmottan Monet à Paris, réunit des œuvres d'artistes majeurs du 16e siècle à aujourd'hui, concernant les rites de la propreté, leurs espaces et leurs gestuelles. Hélios Azoulay y est allé. 
 
« Au-delà de la propreté, cette exposition relate l'histoire de la pudeur », explique Hélios Azoulay. 
 
La peur de l'eau 
Au moyen âge et pendant longtemps, l'on avait peur de l'eau qui avait la réputation de transporter d'affreux microbes. La toilette se faisait donc sans eau. C'est seulement depuis le 19e siècle que l'eau est utilisée pour effectuer sa toilette.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Le musée Marmottan Monet, à Paris

Société

L'agenda : nouvel album de Louis-Jean Cormier, budgets et ville intelligente

Louis-Jean Cormier, à Montréal en lumière, en 2014
Louis-Jean Cormier, à Montréal en lumière, en 2014     Photo : Radio-Canada

Trois observateurs de l'actualité politique et culturelle, les journalistes Daniel Lessard, David Desjardins et Marie-Christine Blais, tendent leurs antennes pour capter les événements à surveiller cette semaine. 
 
Daniel Lessard parle du deuxième budget à venir du gouvernement Couillard, de la proposition du gouvernement Harper de prolonger la mission militaire du Canada en Irak et du dépôt du budget de l'Alberta. 
 
Marie-Christine Blais surveille notamment le lancement du 2e album solo de Louis-Jean Cormier, Les grandes artères, la 53e Journée mondiale du théâtre et la 6e Biennale de gigue contemporaine. 
 
David Desjardins parle du rapport sur les fouilles, attendu dans les prochains jours; de la sortie au Québec du documentaire Marinoni, le film et de Smart City Expo Montréal, trois jours de conférences pour discuter de la ville intelligente, au Palais des congrès de Montréal. 

Art de vivre

Les Chevaliers de Colomb : « faire du bien autour de soi »

Rolland Giroux, Patrick James Alcaide et Richard Desrochers
Rolland Giroux, Patrick James Alcaide et Richard Desrochers     Photo : Radio-Canada/Marie-Ève Soutière

« On est là pour faire du bien », explique Richard Desrochers, député d'État des Chevaliers de Colomb pour le Québec. En 2015, le mouvement qui regroupe des hommes laïcs catholiques compte quelque 90 000 membres au Québec et plus d'un million dans le monde. L'organisation vient de recevoir le prix de l'entreprise la plus éthique au monde, pour son volet assurances. Discussion sur l'esprit chevaleresque qui anime ses membres, avec Richard Desrochers, Rolland Giroux et Patrick James Alcaide.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Les Chevaliers de Colomb

Société

Répercussions des décisions politiques sur les hommes et les femmes

Égalité entre la femme et l'homme
Égalité entre l'homme et la femme     Photo : iStock

« Le but de l'ADS est d'apporter un éclairage judicieux sur les décisions à prendre dans le respect de l'égalité des citoyens et des citoyennes. C'est un travail qui est neutre », explique la spécialiste des questions de genre et de gouvernance, Élaine Hémond, qui a signé, le 11 mars dernier, une lettre ouverte dans Le Soleil au sujet de l'ADS, l'analyse différenciée selon les sexes. Catherine Perrin s'entretient avec elle. 
 
L'ADS est un engagement pris par le gouvernement du Québec en 1995, lors de la Conférence mondiale sur les femmes à Pékin, dans lequel le Québec souscrivait, aux côtés de 188 autres gouvernements, à prendre en compte les effets distincts des diverses orientations gouvernementales sur les femmes et les hommes. Malgré cette promesse, Le Devoir rapportait récemment que la ministre Vallée refusait d'étudier les répercussions des mesures d'austérité sur les femmes.  

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
23
24252627
28
29
3031
 
 
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant