ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
567
8
9
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 8 janvier 2015


Société

Blasphème et liberté d'expression : sommes-nous trop frileux?

Une des caricatures controversées publiées par <i>Charlie Hebdo</i>
Une des caricatures controversées publiées par Charlie Hebdo     Photo : Charlie Hebdo

L'attentat contre Charlie Hebdo a déclenché une vague de soutien envers le journal satiriste, envers les caricaturistes et la presse en général. Certains trouvent que ce soutien arrive un peu trop tard et qu'on défend peu la liberté d'expression. Tient-on cette valeur démocratique pour acquis? Doit-on se parer contre le blasphème? Catherine Perrin y réfléchit en compagnie de Simon Jodoin, rédacteur en chef du journal Voir et ancien étudiant en théologie, et Marc-Antoine Dilhac, professeur adjoint en éthique et philosophie politique à l'Université de Montréal. 
 
Marc-Antoine Dilac est spécialiste des questions de tolérance et de blasphème. Il ne sent pas de crainte marquée en ce qui concerne le blasphème dans nos sociétés, mais note une augmentation des recours judiciaires contre les caricaturistes, auteurs et médias depuis les années 1980. « Il y a un durcissement contre toute forme de blasphème par une frange radicalisée, très iconoclaste, qui brise toutes les icônes. On a un phénomène qui est particulier à l'islam », affirme-t-il. 
 
Simon Jodoin rappelle que la philosophie occidentale est en rupture totale avec la notion de blasphème. Il déplore en revanche l'absence d'un dialogue véritable sur le multiculturalisme et la liberté religieuse. « Comment menons-nous ce débat démocratique ici? Comment les gens se sentent-ils lorsque, d'année en année, chaque fois que quelqu'un demande un menu halal, on crie à l'intégrisme? Ce dialogue peut être vicié à la base. Chacun reste sur ses positions. Il faut appliquer ici ce qu'on réclame chez les autres. » 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Marc-Antoine Dilhac sur le site du Département de philosophie de l'Université de Montréal
HYPERLIEN - Simon Jodoin sur Twitter

Société

Je suis Charlie : anatomie d'un mouvement de solidarité

L'image qui a beaucoup circulé sur les médias sociaux en soutien à <i>Charlie Hebdo</i>.
L'image qui a beaucoup circulé sur les médias sociaux en soutien à Charlie Hebdo.     Photo : facebook.com/jesuischarlieparis

Dans les minutes qui ont suivi les attentats contre le journal Charlie Hebdo, hier, à Paris, un vaste mouvement de solidarité s'est déclenché dans les médias traditionnels et les médias sociaux. Les caricaturistes ont été les premiers à témoigner de leur soutien et de leur douleur. Les salles de nouvelles d'un peu partout ont emboîté le pas. Arnaud Granata, vice-président d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, planificateur stratégique pour l'agence lg2, analysent ces réactions. 
 
Image de l'artiste Lucille Clerc, relayée par l'artiste Banksy, en soutien à la liberté d'expression dans la foulée de l'attentat contre <i>Charle Hebdo</i> Image de l'artiste Lucille Clerc, relayée par l'artiste Banksy, en soutien à la liberté d'expression dans la foulée de l'attentat contre Charle Hebdo Photo : twitter.com/LucilleClerc 
 
Il est également question d'une campagne de sociofinancement pour envoyer une mission africaine sur la Lune, des publicités diffusées durant le Bye bye et de la nouvelle campagne publicitaire de la marque Céline.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Mouvement Je suis Charlie sur Facebook
HYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter

Société

L'art du réseautage

Deux hommes échangent une poignée de main.
Deux hommes échangent une poignée de main.     Photo : iStock

En ce début d'année, plusieurs ont comme résolution de se trouver un nouvel emploi, ou simplement d'accroître leur banque de contacts. Comment procéder? Faut-il privilégier les méthodes traditionnelles en personne ou miser sur les réseaux sociaux, de Facebook à LinkedIn? Catherine Perrin en discute avec Réjean Gauthier et Valérie Lesage, coauteurs du livre Dans la jungle du réseautage, et Christian Dumont, stratège en médias sociaux. 
 
Des compléments 
Selon Réjean Gauthier, le réseautage en ligne n'a pas encore remplacé le réseautage en personne. « Je vois ça comme des compléments. Le spécialiste de l'un n'a pas nécessairement besoin d'être spécialiste de l'autre. Je pense que tout bon réseauteur doit faire un beau mélange des deux », dit-il. Il qualifie le réseautage de mode de vie et rappelle l'importance de bien préparer chaque activité de réseautage 
 
L'entrepreneur et auteur Réjean Gauthier et le stratège en médias sociaux Christian Dumont. Absente de la photo : la journaliste et auteure Valérie Lesage. L'entrepreneur et auteur Réjean Gauthier et le stratège en médias sociaux Christian Dumont. Absente de la photo : la journaliste et auteure Valérie Lesage. Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande 
 
Des patrons trop peu engagés 
Christian Dumont déplore qu'on sache encore mal utiliser les réseaux sociaux du côté des chefs d'entreprise. « Même si la plupart des dirigeants sont sur les réseaux sociaux, la plupart ne les utilisent que très peu, ils sont très peu engagés, indique-t-il. Ce que ça veut dire, c'est que lorsque ces dirigeants-là se présentent en réseautage, ils sont souvent mal préparés. Ils n'ont tout simplement pas eu le temps de vérifier à qui ils avaient affaire. » 
 
Trouver chaussure à son pied 
Selon Valérie Lesage, il importe de ne pas se limiter aux 5 à 7, aux lancements de produits et aux soirées de reconnaissance dans son réseautage. « Il faut essayer différentes choses pour voir où l'on est le plus à l'aise, plaide-t-elle. Pour certains, ce sera du réseautage un à un, dans des dîners, par exemple. Pour d'autres, ça va être de s‘impliquer dans un conseil d'administration, où ils vont côtoyer des gens sur une base régulière et développer des relations qui pourront devenir payantes. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Dans la jungle du réseautage sur le site des éditions Transcontinental
HYPERLIEN - Ateliers Dans la jungle du réseautage sur le web
HYPERLIEN - Christian Dumont sur le web
HYPERLIEN - Valérie Lesage sur Twitter

International

Kichka, caricaturiste israélien pour la paix

Un dessin du caricaturiste israélien Kichka publié sur son blogue en hommage aux victimes de l'attentat contre <i>Charlie Hebdo</i>
Un dessin du caricaturiste israélien Kichka publié sur son blogue en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo     Photo : fr.kichka.com

D'origine belge, Michel Kichka est l'un des caricaturistes les plus connus d'Israël. Il dessine pour le Jerusalem Post ainsi que pour TV5, en plus de faire partie du regroupement Cartooning for peace, une initiative de l'Organisation des Nations unies pour promouvoir une meilleure compréhension et un respect mutuel entre des populations de différentes croyances ou cultures à travers le dessin de presse. Il a perdu des mentors, des amis et des collègues dans les attentats contre Charlie Hebdo. Catherine Perrin s'entretient avec lui. 
 
« Quand on est dessinateur de presse, on est obligé de traiter tous les événements. On ne peut pas faire la passe sur un événement difficile à traiter. C'est un événement très difficile à traiter », déclare le dessinateur à propos de l'attentat contre Charlie Hebdo. « C'est un événement qui touche le monde de la presse en général, qui touche les citoyens du monde libre et démocratique, qui touche les dessinateurs en particulier. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Kichka sur le web

Société

Un auteur français pense avoir résolu le mystère du Dahlia noir

Surnommée le Dahlia noir, la comédienne Elizabeth Short, à droite, a été retrouvée coupée en deux et vidée de son sang au matin du 15 janvier 1947.
Surnommée le Dahlia noir, la comédienne Elizabeth Short, à droite, a été retrouvée coupée en deux et vidée de son sang au matin du 15 janvier 1947.     Photo : Getty/AFP/INTERNATIONAL NEWS PHOTO

Le meurtre non résolu d'Elizabeth Short, dont le cadavre coupé en deux a été retrouvé sur un terrain vague le 15 janvier 1947, fascine depuis 68 ans. Policiers, auteurs et journalistes ont tenté en vain de trouver le coupable. Même le grand Elliott Ness s'y est frotté. L'auteur Stéphane Bourgoin, spécialiste des tueurs en série, pense avoir résolu ce mystère. Il publie le résultat de sa quête dans le livre Qui a tué le Dahlia noir? L'énigme enfin résolue. Catherine Perrin s'entretient avec lui. 
 
Les médias ont fait les choux gras de ce cas et ont d'ailleurs été accusés d'avoir sabordé l'enquête des policiers. Après la découverte du corps, la publication d'une édition spéciale d'un des journaux de Randolph Hearst a résulté dans la deuxième vente de journaux en importance de l'histoire des États-Unis, devant le bombardement de Pearl Harbour et l'explosion de la première bombe atomique sur Hiroshima. À ce jour, de nombreuses légendes urbaines continuent de circuler sur l'affaire.  
 
Enquête de fond 
Stéphane Bourgoin, lui, a consulté entre 15 000 et 18 000 dossiers de crimes non résolus sur tout le territoire américain, sur près de deux décennies, pour faire la lumière sur ce meurtre. L'affaire du « boucher de Cleveland », considéré comme le responsable de 14 meurtres entre 1934 et 1950, présente tant de similitudes avec le meurtre du Dahlia noir que l'auteur lui attribue aujourd'hui la mort d'Elizabeth Short. 
 
« Ce qui est très frappant dans le rapport d'autopsie, c'est cette sophistication du criminel, cette organisation, ces fantasmes qu'il a mis en place », explique Stéphane Bourgoin, qui a lui-même dont la conjointe a été victime d'un tueur en série dans les années 1970. « Pour moi, c'est absolument impossible que cet assassin en ait été à son premier crime. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Qui a tué le Dahlia noir? L'énigme enfin résolue sur le site des éditions Ring
HYPERLIEN - Stéphane Bourgoin sur Twitter

Société

L'art dramatique pour faire de l'éducation sexuelle dans le Nord

hoto prise lors d'un atelir du programme FOXY
Photo prise lors d'un atelir du programme FOXY     Photo : facebook.com/ArcticFoxyNWT

Un groupe de jeunes filles des Territoires du Nord-Ouest a remporté en décembre une bourse de 1 million de dollars pour le programme FOXY (Fostering open expression among youth), qui consiste en des ateliers d'art et d'art dramatique pour faire l'éducation sexuelle des jeunes dans les petits villages du Nord. Catherine Perrin en discute avec Caroline Nepton-Hotte, journaliste à CBC North et animatrice de Boréal hebdo, et Makenzie Zouboules, facilitatrice pour le programme FOXY.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - FOXY sur le web
HYPERLIEN - FOXY sur Facebook

Sports

Comment un joueur letton moyen s'est classé pour le Match des étoiles

Zemgus Girgensons en tête du scrutin en prévision du match des étoiles
Zemgus Girgensons en tête du scrutin en prévision du match des étoiles     Photo : Jen Fuller

Le journaliste sportif Guy D'Aoust et l'auteur, scripteur et concepteur Guillaume St-Onge passent en revue les événements marquants de l'actualité sportive. Il est question du cas Zemgus Girgensons, un joueur letton sans envergure qui s'est retrouvé sur la première équipe d'étoiles en vue du Match des étoiles de la LNH grâce au vote du public, samedi dernier.  
 
Il est également question des solutions possibles pour remettre les Maple Leafs sur pied.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Guy D'Aoust sur Twitter
HYPERLIEN - Guillaume St-Onge sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
567
8
9
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant