ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
123
4
5
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
293031
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 4 décembre 2014


Société

La vie après la prison

Le cinéaste Steve Patry et l'ex-détenue Brigide
Le cinéaste Steve Patry et l'ex-détenue Brigide     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Que deviennent les prisonniers une fois qu'ils ont purgé leur peine? Certains n'ont connu que la criminalité et l'incarcération dans leur vie. Recouvrent-ils vraiment la liberté? Le cinéaste Steve Patry s'est penché sur ce sujet dans le documentaire De prisons en prisons, qui suit le parcours de trois ex-détenus qui tentent de réintégrer la société. Catherine Perrin le reçoit, ainsi que Brigide, ex-détenue, toxicomane, présentement en probation avec suivi. 
 
Dans son documentaire, Steve Patry suit Julie-Chantal, une mère dans la trentaine toxicomane, Jean-François, vendeur de drogue récidiviste, et Yves, héroïnomane. Il s'attendait à être témoin de leur réintégration, mais il a plutôt assisté à leur rechute et, souvent, à un retour derrière les barreaux.  
 
Portes tournantes 
« J'avais entendu parler des portes tournantes, du cercle vicieux, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de retours en prison », dit-il, avouant que son film n'est pas très optimiste. « Évidemment, après trois ans de vie passés avec eux, on s'attache, on veut qu'ils s'en sortent. On voit très bien qu'ils ne prennent pas les bonnes décisions tout le temps, mais ce n'était ma place de leur faire la morale ou encore moins les juger. » 
 
Bande-annonce de De prisons en prisons 
 
Baisser les bras malgré tout 
Brigide a fait plusieurs séjours en prison provinciale pour ses problèmes de toxicomanie. Elle dit s'identifier aux trois protagonistes du film de Steve Patry, et comprendre les mécanismes qui mènent aux rechutes. « Aussi aberrant que ça puisse paraître, même si on connaît les conséquences et qu'on sait ce qui va se passer, à un moment donné, on baisse les bras et on retombe dans cet enfer-là », dit-elle. 
 
De prisons en prisons prend l'affiche le 5 décembre au cinéma Excentris, à Montréal, ainsi qu'en vidéo sur demande sur les sites d'Excentris et de l'Office national du film.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - De prisons en prisons sur le web

Consommation

Lions de Cannes : le meilleur de la pub présenté au public

Image de la campagne <i>Nerds today, bosses tomorrow</i>, contre l’intimidation
Image de la campagne Nerds today, bosses tomorrow, contre l’intimidation     Photo : YouTube

Le Festival international des Lions de Cannes, dont la plus récente présentation a eu lieu en juin dernier, met en compétition les meilleures publicités provenant des quatre coins du monde depuis 1954. Des rétrospectives de la cuvée 2014 seront présentées à Montréal, Québec et Toronto en décembre et en janvier. Arnaud Granata, vice-président d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, planificateur stratégique pour l'agence lg2, font part de leurs coups de coeur de cette année. 
 
Arnaud Granata dit avoir été marqué par la campagne Sweetie, de l'association de solidarité internationale Terre des hommes, aux Pays-Bas, contre la cyberpédophilie. Elle présente une opération qui a permis d'arrêter 1000 prédateurs sexuels. « Ce qui est intéressant dans cette campagne, c'est qu'elle a été menée principalement hors médias, explique-t-il. Ça a permis de sensibiliser à cet enjeu-là et à un flou juridique [en matière de cybercriminalité]. L'aspect technologique est aussi très intéressant. [...] Souvent on se fait dire que ce n'est pas de la publicité. Par contre, c'est un enjeu de communication. » 
 
Vidéo de la campagne Sweetie, contre la pédophilie sur Internet (en anglais) 
 
 
Campagne Nerds today, bosses tomorrow, contre l'intimidation (en anglais) 
 
 
La rétrospective des Lions de Cannes sera présentée à compter du 5 décembre au Cinéma du Parc à Montréal, à partir du 11 décembre au Bloor Hot Docs Cinema de Toronto, ainsi qu'au cinéma Beaubien à Montréal et au cinéma Le Clap de Québec à compter du 9 janvier. 
 
Il est également question de la « déconsommation » des Québécois et de la campagne du Service de police de Gatineau contre la « sextorsion ».

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le Festival international des Lions de Cannes sur le web
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter
HYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter

Arts et culture

Concours Sur les traces de Kerouac : une gagnante dans la famille

Couverture du livre numérique <i>Sur les traces de Kerouac</i>
Couverture du livre numérique Sur les traces de Kerouac     Photo : Radio-Canada

Nous vous avons offert la chance de gagner un voyage pour deux personnes dans l'une des quatre grandes villes qui ont fait partie des périples racontés dans le livre phare de la génération beat, Sur la route : New York, La Nouvelle-Orléans, San Francisco ou Chicago! Pour participer, il suffisait de répondre à une des questions posées chaque jour du 17 au 28 novembre. Catherine Perrin s'entretient avec la grande gagnante, dont le nom est... Karyne Kerouac. Oui, il y a un lien de parenté! 
 
N'oubliez pas de télécharger gratuitement le livre numérique Sur les traces de Kerouac et de réécouter la série du même nom signée Franco Nuovo, Gabriel Anctil et Jean-Philippe Pleau!

Société

Gais et cultivateurs en milieu rural

Maxime Dion et Philippe Benoît, cultivateurs de la ferme La Bourrasque, à Saint-Nazaire d'Acton
Maxime Dion et Philippe Benoît, cultivateurs de la ferme La Bourrasque, à Saint-Nazaire d'Acton     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'organisme Fierté agricole, qui rassemble des agriculteurs et agricultrices gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres, s'apprête à tenir son souper de Noël annuel. Catherine Perrin en profite pour discuter de la réalité des gens de la communauté LGBT en milieu rural avec deux membres du groupe, Maxime Dion et Philippe Benoît, un couple qui tient une ferme de légumes biologiques dans la région de Saint-Nazaire d'Acton. 
 
Tous deux formés dans des disciplines reliées aux arts, Maxime Dion et Philippe Benoît se sont lancés en agriculture après un voyage, au cours duquel ils ont travaillé dans des fermes et ont eu la piqûre. Ils se sont installés sur une terre qui appartenait à la famille de Philippe depuis 1912 pour fonder la ferme La Bourrasque, qui cultive 150 variétés de légumes biologiques. 
 
Un milieu tolérant, mais conservateur 
Ils n'ont pas eu à vivre l'homophobie, mais ils reconnaissent que l'agriculture est un milieu conservateur. « Ce sont des environnements habituellement très homogènes, où on ne voit pas souvent des gens différents », souligne Maxime. « La tradition et la famille y sont souvent importantes », ajoute Philippe.  
 
Favoriser la diversité 
Fierté agricole fait office d'outil de promotion et d'association de soutien. « C'est aussi pour encourager les jeunes homosexuels à sortir de la ville et à venir dans le milieu de l'agriculture », souligne Philippe. [On veut] favoriser la diversité. « Dans tous les secteurs d'activité, c'est agréable d'avoir des gens de l'extérieur qui réinventent la profession », renchérit Maxime.  
 
Le souper des Fêtes de Fierté agricole aura lieu le 6 décembre à Sainte-Rosalie.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - « Fierté agricole, une association d'agriculteurs gais » sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Ferme La Bourrasque sur le web
HYPERLIEN - Souper des Fêtes de Fierté agricole sur Facebook

Sports

Une année au tennis avec Yvan Ponton

Le comédien et commentateur sportif Yvan Ponton
Le comédien et commentateur sportif Yvan Ponton     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le comédien Yvan Ponton, connu comme arbitre à la Ligue nationale d'improvisation (LNI) et pour son rôle de Jacques Mercier dans Lance et compte, commente le tennis depuis 1993 à RDS. Catherine Perrin discute avec lui de l'année 2014 dans ce sport qui a vu des joueurs canadiens comme Eugénie Bouchard et Milos Raonic connaître des succès. 
 
Amateur de sport depuis toujours, Yvan Ponton a découvert le théâtre sur le tard. Il s'étonne d'avoir pu combiner aussi étroitement ses deux passions depuis qu'il est devenu arbitre dans la LNI, à la fin des années 1970. « Presque en même temps est arrivé le film Slap shot, et ensuite Lance et compte. J'avais toujours dit : "Mon Dieu, que j'aimerais gagner ma vie dans un univers où on joue." », raconte-t-il. 
 
Il considère que 2014 a été une année exceptionnelle pour le tennis canadien. Il explique : « On savait déjà que Milos Raonic, du côté des hommes, avait installé des bases, et même aussi Vasek Pospisil. Même Raonic avait suivi en finale. Eugenie Bouchard, elle, on ne l'avait pas vue venir. Elle a posé quelques jalons en 2013, elle a eu de grands moments. [...] Elle a fait l'histoire. Elle nous a écarquillé les yeux, et c'est pour ça qu'on se demande : "Mais qu'est-ce qui va arriver avec Eugenie en 2015?" »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Yvan Ponton sur le site de RDS

Sports

Souvenirs de Jean Béliveau

Le capitaine du Canadien, Jean Béliveau, tient la coupe Stanley après avoir battu les Blackhawks de Chicago, le 19 mai 1971.
Le capitaine du Canadien, Jean Béliveau, tient la coupe Stanley après avoir battu les Blackhawks de Chicago, le 19 mai 1971.     Photo : PC/CP PHOTO/Files-AP

Le journaliste sportif Guy D'Aoust et l'auteur, scripteur et concepteur Guillaume St-Onge passent en revue les événements marquants de l'actualité sportive. Il est évidemment question de la disparition de Jean Béliveau, mais aussi d'une initiative sportive en lien avec les événements de Ferguson, aux États-Unis.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Guy D'Aoust sur Twitter
HYPERLIEN - Guillaume St-Onge sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
123
4
5
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
293031
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant