ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h  
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
31
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 27 mai 2016

Société

Lavage de la semaine : Darryl Rondeaul, Sébastien Proulx et Bernie Sanders

Marie Grégoire et Camil Bouchard
Marie Grégoire et Camil Bouchard     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'ex-politicienne et commentatrice Marie Grégoire et l'ex-député et psychologue Camil Bouchard passent en revue les événements marquants de l'actualité. Marie Grégoire accorde le titre de tache de la semaine à Darryl Rondeau, qui a profité du feu de Fort McMurray pour escroquer la communauté qui l'a accueilli. Camil Bouchard l'accorde pour sa part au ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, pour sa déclaration selon laquelle la formation professionnelle serait pour les jeunes avec moins de potentiel.  
 
Il est également question du système de justice, de l'achat de Kahala Brands par MTY, des énergies vertes au Portugal, d'Angelina Jolie et de Ken Loach.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Camil Bouchard sur Twitter
HYPERLIEN - Marie Grégoire sur Twitter

Art de vivre

Le déchétarisme : trouver sa nourriture dans les ordures

Anick-Marie Bouchard, Anaïs Deleuze et Kevin Novakowski
Anick-Marie Bouchard, Anaïs Deleuze et Kevin Novakowski     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Que ce soit par nécessité ou par envie de lutter contre le gaspillage, certains s'efforcent de se procurer leurs aliments dans les déchets d'autrui. Ils font partie d'un réseau qui les informe où et comment trouver des denrées jetées. L'orthophoniste Anaïs Deleuze, la globe-trotter et auteure Anick-Marie Bouchard et le pâtissier et cuisinier Kevin Novakowski expliquent à Catherine Perrin qu'on peut trouver des aliments très frais dans les ordures. 
 
« Je peux passer six mois à me balader d'un endroit à l'autre. Je vis avec entre 3 et 5 dollars par jour en fonction des pays où je suis. En général, pour la nourriture, j'essaie de payer le moins possible, mais d'être quand même généreuse avec ce que j'ai, indique Anick-Marie Bouchard, qui pratique le déchétarisme depuis 2009. C'est une bonne façon, pour moi, d'aller chercher de la nourriture pour des personnes qui m'hébergent, s'ils sont ouverts. » 
 
Le respect avant tout 
« La règle de base, c'est d'être respectueux du lieu où l'on va, de savoir que, quand on ouvre une poubelle et qu'on va chercher de la nourriture dedans, il faudrait la rendre aussi propre après, voire plus », dit Anaïs Deleuze, qui s'est mise à cette pratique il y a un mois, par désir d'une vie plus minimaliste et produisant moins de déchets. « La plupart des commerçants qui mettent des cadenas sur leurs conteneurs ne le font pas parce qu'ils ne veulent pas que les gens prennent la nourriture, c'est parce qu'on leur laisse le lieu dans un état déplorable. » 
 
Précautions nécessaires 
« Dans mon métier, j'ai vu vraiment beaucoup de gaspillage », affirme Kevin Novakowski, qui a pratiqué le déchétarisme dans sa France natale et s'y est remis ici pour aider ses colocataires. « Évidemment, on nettoie tous les fruits et les légumes. Moi, j'évite de manger tout ce qui est cru... Je cuis quasiment tout, comme ça, au moins, je sais que sur le plan des bactéries, on est vraiment tranquilles. Après, il s'agit de prendre des précautions, avec des gants, quand on fouille dans les poubelles. On fait très attention, au cas où il y aurait quelques seringues ou des choses comme ça. Ça peut arriver, malheureusement. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Dumpster Diving Montreal sur le web
HYPERLIEN - Dumpsterray sur Facebok
HYPERLIEN - Free Food For Free People sur Facebook
HYPERLIEN - Freegan Station
HYPERLIEN - Trashwiki
HYPERLIEN - Anick-Marie Bouchard sur Twitter
HYPERLIEN - La bible du grand voyageur sur le web

Arts et culture

La Suite 2116 en l'honneur de Dédé Fortin

Vues de la suite 2116 à l'HOTEL10, à Montréal
Vues de la suite 2116 à l'HOTEL10, à Montréal     Photo : Guy Hamelin

L'HOTEL10 Montréal, situé dans l'édifice où André « Dédé » Fortin a habité, aux coins du boulevard Saint-Laurent et de la rue Sherbrooke, vient d'inaugurer une suite en l'honneur du chanteur des Colocs, mort en 2000. Le lieu est orné d'artefacts des Colocs et de citations du défunt leader du groupe. La journaliste Nathalie Petrowski et le comédien et rappeur Sébastien Ricard, qui ont visité l'endroit, expliquent à Catherine Perrin en quoi la Suite 2116 célèbre un pan de la culture musicale québécoise.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Une suite Dédé Fortin inaugurée dans un hôtel de Montréal sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - HOTEL10 sur le web

Arts et culture

Herby Moreau, ambassadeur de Nuits d'Afrique

Herby Moreau
Herby Moreau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le chroniqueur mondain agit comme porte-parole du Festival international Nuits d'Afrique, qui prendra le centre-ville de Montréal d'assaut cet été. Le chanteur algérien Rachid Taha en assurera le spectacle d'ouverture, le chanteur et saxophoniste Manu Dibango y recevra un prix et l'on pourra notamment visiter un village africain reconstitué. Herby Moreau explique à Catherine Perrin pourquoi Nuits d'Afrique est le festival qui lui ressemble le plus. 
 
Le Festival international Nuits d'Afrique aura lieu du 12 au 24 juillet à Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le festival international Nuits d''Afrique sur le web
HYPERLIEN - Herby Moreau sur le web
HYPERLIEN - Herby Moreau sur Twitter

Cinéma

High Rise : la lutte des classes mise en images avec brio

Tom Hiddleston dans <i>High Rise</i> de Ben Wheatley
Tom Hiddleston dans High Rise de Ben Wheatley     Photo : facebook.com/High.Rise.The.Film

« C'est vraiment texturé comme film. C'est un film de mise en scène, de flashs cauchemardesques. C'est un peu comme si l'on voyait le film fait par le personnage d'Orange mécanique », dit Helen Faradji au sujet du film de Ben Wheathley, adapté d'un roman de J.G. Ballard. Helen Faradji déplore un manque de substance, mais a été emballée par la facture visuelle. Georges Privet est plus partagé, mais qualifie néanmoins le film de « déception la plus intéressante de l'année ». « Il y a une métaphore extrêmement puissante, mais la métaphore bouffe le film », dit-il.  
 
Bande-annonce de High Rise 
 
 
Il est également question des films Au-delà des montagnes, de Jia Zhang-ke, et de X-Men : Apocalypse, de Bryan Singer. 
 
Bande-annonce d'Au-delà des montagnes 
 
 
Bande-annonce de X-Men : Apocalypse 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter
HYPERLIEN - Georges Privet sur le web

Musique

Le Quatuor Ébène revisite Schubert

Pochette du disque </i>Schubert : String Quintet and Lieder</i> du Quatuor Ébène, paru sous étiquette Warner Classics
Pochette du disque Schubert : String Quintet and Lieder du Quatuor Ébène, paru sous étiquette Warner Classics

« C'est tellement bien joué », dit Frédéric Lambert au sujet de Schubert : String Quintet and Lieder, le nouvel opus de l'ensemble français, qui comprend également la participation du violoncelliste Gautier Capuçon et du chanteur Mattias Goerne. Le programme est constitué notamment d'une des dernières oeuvres composées par Schubert, partiellement réarrangée. Notre chroniqueur explique en quoi la version du Quatuor Ébène se démarque des multiples autres interprétations de cette pièce. 
 
Il est également question du spectacle de la violoniste Émilie Brûlé, qui aura lieu le 29 mai à 15 h à l'Espace Créatif Desjardins du Musée d'art de Joliette.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Frédéric Lambert sur Twitter

Arts et culture

Marseille : une série si mauvaise qu'elle en est bonne

Nadia Farès et Benoît Magimel dans la nouvelle minisérie de Netflix, <i>Marseille</i>
Nadia Farès et Benoît Magimel dans la nouvelle minisérie de Netflix, Marseille     Photo : marseillelaserie.tumblr.com

« C'est une série tellement improbable qu'elle en devient spectaculairement mauvaise. On prend un vrai plaisir à la regarder », dit Helen Faradji au sujet de la nouvelle série de Netflix qui met en vedette Gérard Depardieu et Benoît Magimel. Celle-ci avait été annoncée comme un pendant français de la série House of Cards, mais le verdict est tout autre : « On se dit : "C'est pas possible, ça doit être une parodie!" » La chroniqueuse survole quelques sites parodiques qui profitent du fiasco de Marseille. 
 
« Vous pouvez jouer au bingo en regardant Marseille, révèle Helen Faradji. C'est sur le site Numerama. Il y a 15 cases à remplir. Vous pouvez en faire un jeu à boire, aussi; ça marche très bien. Avec des cases comme : "Attention, un bandit utilise une astuce technologique!", "Attention, une remarque sexiste!", "Un figurant ne rate pas sa réplique" ou, bien sûr, "Gégé envoie un texto en majuscules". Parce qu'effectivement, notre pauvre Gérard a hérité d'un rôle de dinosaure. »  
 
Bande-annonce de Marseille 
 
 
Helen Faradji relève également un article du webzine Slate, qui recense les textos envoyés par le personnage de Gérard Depardieu, de même qu'une page Tumblr qui rassemble les répliques les plus truculentes de la série.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Marseille Bingo : saurez-vous le compléter en regardant le nanard de Netflix? dans Numerama
HYPERLIEN - Il faut regarder « Marseille » pour les sublimes textos de Depardieu dans Slate
HYPERLIEN - Marseille la série sur Tumblr
HYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter

Arts et culture

Le Festival TransAmériques, un déclencheur

Martin Faucher
Martin Faucher     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« Je pense qu'il y a un esprit de chercheurs scientifiques chez les artistes qu'on présente », dit Martin Faucher, directeur artistique du rendez-vous montréalais consacré à la danse, au théâtre et à l'art multidisciplinaire. « Des fois, le rayonnement large a lieu 15, 20 ou 30 ans plus tard! » Selon lui, des événements grand public, comme ceux du Cirque du Soleil, se nourrissent de réussites passées du Festival TransAmériques. Martin Faucher explique à Catherine Perrin qu'il a encore un « plaisir de spectateur » à assister aux événements de son propre festival.  
 
« On ne sait pas quand les choses vont rejoindre le public. C'est ce qui est beau dans ce geste vraiment gratuit. Il y a peut-être 15 personnes, 25 personnes, 150 personnes, maximum, qui vont voir, pour un soir, ce type de spectacle, mais moi, je refuse de penser que c'est confidentiel ou élitiste », dit Martin Faucher.  
 
Il renchérit : « Dana Michel, il y a deux ans, était complètement inconnue des diffuseurs internationaux. Le lendemain de sa première pour Yellow Towel, [elle a reçu] des propositions de Vienne, des propositions de tournées aux États-Unis; elle a fait le New York Times et on la compare à Pina Bausch... C'est incroyable combien les gens peuvent s'inscrire rapidement dans des réseaux prestigieux. » 
 
Le Festival TransAmériques se poursuit jusqu'au 8 juin, à Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le Festival TransAmériques sur le web
HYPERLIEN - Le Festival TransAmériques sur Facebook
Les incontournables 2016

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
23242526
27
28
29
30
31
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le show de la rentrée