ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
891011
12
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du vendredi 12 juin 2015


Société

Catherine Perrin au Quartier DIX30

Catherine Perrin et son équipe se sont rendues au Quartier DIX30, à Brossard, en direct du restaurant Allô Mon Coco, pour voir la banlieue et ses habitants de près. Entre les tables du restaurant et les clients en plein déjeuner, l'équipe s'est penchée sur les réalités de la vie en périphérie des grands centres en compagnie de Boucard Diouf, de Josée Blanchette, de Jean-Pierre Charbonneau, de Benoît Brière et de quelques personnalités de la vie politique et culturelle de la Rive-Sud.

EN COMPL�MENTALBUM PHOTO - Album photo - Catherine Perrin au Quartier DIX30

Politique

Le lavage de la semaine avec Josée Blanchette et Jean-Pierre Charbonneau

Josée Blanchette et Jean-Pierre Charbonneau
Josée Blanchette et Jean-Pierre Charbonneau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La chroniqueuse Josée Blanchette et l'ancien député Jean-Pierre Charbonneau passent en revue les événements marquants de l'actualité. Josée Blanchette aimerait savonner la langue du premier ministre indien, Narenda Modi, pour ses commentaires sexistes à l'endroit de la première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina. Jean-Pierre Charbonneau aimerait savonner celle des policiers du SPVM pour leur tenue vestimentaire lors des funérailles de Jacques Parizeau.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Josée Blanchette dans Le Devoir
HYPERLIEN - Josée Blanchette sur Twitter

Société

Comment le transport vers le travail affecte la santé mentale

Annie Barreck
Annie Barreck     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Annie Barreck, candidate au doctorat en relations industrielles, est l'auteure d'une étude sur les liens entre le transport et l'épuisement professionnel. Elle a constaté que la voiture était le mode de déplacement le plus adapté pour maximiser l'efficacité professionnelle en région rurale, que le transport actif nuisait à l'efficacité professionnelle, et que les passagers de voitures étaient plus efficaces à leur travail. Catherine Perrin s'entretient avec elle. 
 
« Quand on veut étudier l'effet du transport sur la santé mentale des travailleurs, on ne doit pas seulement regarder la durée de leurs déplacements, mais aussi la durée en fonction de leur moyen de transport et de la région, souligne Annie Barreck. [...] Si les entreprises veulent offrir un environnement professionnel encore plus sain à leurs employés, ils devraient mettre en place des pratiques de gestion qui aident les gens à mieux gérer leurs déplacements. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Trajet vers le travail : le métro est moins stressant! sur le site de l'Université de Montréal
HYPERLIEN - Annie Barreck sur Twitter

Société

Vie en banlieue : le prix d'une qualité de vie

Catherine Perrin et ses invités
Catherine Perrin et ses invités     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le calme, les propriétés abordables, la proximité humaine... Les raisons de s'établir en banlieue sont nombreuses, et aucun des invités de Catherine Perrin ne regrette son choix. Ils réalisent néanmoins devoir faire des concessions en ce qui a trait à la mobilité et aux horaires de travail. Josée Blanchette, Boucar Diouf, l'ex-député Jean-Pierre Charbonneau, le conseiller municipal Dom Lebo et la représentante municipale Doreen Assaad expliquent pourquoi les avantages supplantent les désavantages pour eux. 
 
« Acheter à Montréal, ça impliquait peut-être de la rénovation, ça impliquait des locataires, ça impliquait beaucoup d'inconnues. À ce moment-là, je jouais du drum! » explique Dom Lebo, qui était jadis membre du groupe Les Cowboys Fringants. « Je n'avais pas envie d'acheter et de devoir continuer de louer ailleurs un local de répétition. » 
 
Pour un sourire 
« Moi, ce qui m'a frappé en banlieue, c'est surtout l'amabilité des gens », dit Josée Blanchette, qui attribue l'attitude urbaine plus froide à la densité et à la circulation. « J'ai trouvé en banlieue des gens relax, des gens qui sourient, des gens qui vous saluent dans la rue. Je n'ai pas connu ça à Montréal. » 
 
L'horaire urbain l'emporte 
« Je suis sur le bord de la rivière Richelieu, j'ai la montagne... Je n'irais jamais vivre à Montréal », déclare Jean-Pierre Charbonneau, qui se demande quand même pourquoi il doit vivre aux heures de la ville. « Pourquoi tout le monde est-il obligé de commencer à 8 h, 8 h 30, 9 h? Pourquoi des gens ne commencent-ils pas à 10 h ou à 7 h? La fourchette n'est pas assez large. » 
 
Le pire à venir 
Boucard Diouf souligne les problèmes de circulation et de stationnement pour se rendre en ville et craint que le pire ne soit à venir. « On idéalise un tout petit peu la banlieue, dit-il. Quand on va dynamiter l'échangeur Turcot et qu'on va se mettre à refaire le pont Champlain et le pont-tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, je ne sais pas comment on va s'en sortir. [...] Pas seulement à Montréal, mais aussi pour les banlieues. La communication va être extrêmement difficile. »  
 
Combler tous les besoins 
Doreen Assad aimerait remédier au problème du transport en favorisant le développement économique à Brossard, en y offrant davantage de services et en accroissant le développement du réseau cyclable. « On veut réellement que Brossard soit une ville-lisière où les gens peuvent habiter et travailler, affirme-t-elle. Je trouve ça dommage qu'on parle toujours de voiture quand on parle de banlieue. »

Art de vivre

Le déjeuner : portrait d'une nouvelle culture

Pascale Lévesque
Pascale Lévesque     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le déjeuner n'est plus seulement un repas, c'est une culture en elle-même. De l'importance grandissante du brunch comme moment de rassemblement social à la multiplication des restaurants consacrés au déjeuner, le premier repas de la journée est un phénomène qui n'est plus qu'alimentaire. La chroniqueuse culturelle Pascale Lévesque examine les tendances reliées au déjeuner et leur origine.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Blogue On déjeune
HYPERLIEN - « Research finds egg preference reflects personality » dans World Poultry (en anglais)
HYPERLIEN - Pascale Lévesque sur Twitter

Arts et culture

Le combat des chefs : Benoît Brière en restaurateur malchanceux

Benoît Brière
Benoît Brière     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Benoît Brière foule les planches du Théâtre du Vieux-Terrebonne cet été dans la pièce Le combat des chefs. Il y interprète un restaurateur malmené qui tente d'ouvrir un établissement aux abords des chutes du Niagara. Catherine Perrin le reçoit. 
 
Vidéo promotionnelle de la pièce Le combat des chefs 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Le combat des chefs sur le web
HYPERLIEN - Madame Lebrun sur Facebook

Arts et culture

Vie culturelle en banlieue : une offre complémentaire

Claude Larrivée et Danielle Bilodeau
Claude Larrivée et Danielle Bilodeau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'avènement de grandes salles de spectacle en banlieue a amené en périphérie des têtes d'affiche comparables à celles qui se produisent dans les grands centres, voire les mêmes. Claude Larrivée, président de la Compagnie Larrivée Cabot Champagne, Danielle Bilodeau, directrice générale du Théâtre de la Ville de Longueuil, et le comédien Benoît Brière expliquent à Catherine Perrin comment cela a influé sur l'écosystème culturel. 
 
Danielle Bilodeau estime que les gens continuent de fréquenter les grands centres pour ce qui leur est exclusif, mais attendent que les spectacles susceptibles de partir en tournée s'arrêtent à proximité de chez eux. « Les gens qui habitent à l'extérieur et qui n'ont pas pu voir ce succès qui a fait salle comble à Montréal sont heureux de recevoir cette culture chez eux, explique-t-elle. En même temps, on peut offrir autre chose, parce qu'il n'y a pas de bars-spectacles dans la banlieue. [...] C'est une offre complémentaire qui est très, très riche. L'un ne fait pas concurrence à l'autre. L'identité de Montréal est unique. » 
 
Marché distinct 
Claude Larrivée croit pour sa part que l'offre en banlieue a bel et bien subtilisé une partie de la clientèle des grands centres. Sa compagnie gère la salle L'Étoile, située dans le quartier DIX30, mais aussi des salles montréalaises. « Il y a véritablement eu un déplacement, dit-il. Sur une tournée de Louis-Josée Houde ou de Martin Matte, il y a 35 représentations minimum à L'Étoile. Ça, c'est effectivement des dates qui avaient en partie lieu à Montréal. » Il observe que l'offre culturelle s'est scindée en deux. « En banlieue, on a une qualité d'artistes nationaux. Il faut voir Montréal de plus en plus comme une ville cosmopolite. » 
 
Benoît Brière croit lui aussi qu'une partie du public préfère ne plus se rendre en ville. « C'est un lieu magnifique pour les piétons. C'est une histoire d'horreur pour le stationnement, souligne-t-il. On va arrêter de parler du Festival Juste pour rire. Le festival du cône jaune-orange, lui, est permanent. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - L'Étoile sur le web
HYPERLIEN - Le Théâtre de la ville sur le web

Arts et culture

Pourquoi le public québécois applaudit tant

Boucar Diouf applaudit.
Boucar Diouf applaudit.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Lors des spectacles, le public québécois est réputé pour son enthousiasme débordant, qu'il manifeste en applaudissant à tout rompre et à coup d'ovations debout. Applaudit-on trop?  
D'où vient cette habitude caractéristique des spectateurs d'ici? Catherine Perrin en discute avec le comédien Benoît Brière, la chroniqueuse Pascale Lévesque, l'animateur Boucar Diouf, Danielle Bilodeau du Théâtre de la Ville de Longueil et Claude Larrivée de la Compagnie Larrivée Cabot Champagne.

Art de vivre

Comment la banlieue a changé la mode

Jean-Pierre Desnoyers
Jean-Pierre Desnoyers     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Les centres commerciaux en banlieue ont beaucoup évolué au cours des dernières décennies. Les changements démographiques et les stratégies des commerçants ont changé l'offre des magasins et, par conséquent, les tendances en mode hors des grands centres ont aussi changé. Le styliste et designer d'intérieur Jean-Pierre Desnoyers fait la radiographie de ces changements.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Jean-Pierre Desnoyers sur Ton Barbier

Science et technologie

Horticulture : ces espèces envahissantes dont il faut se méfier

Lorsque vient le temps d'aménager ses plates-bandes, certaines espèces peuvent sembler attirantes, mais sont susceptibles de causer des dommages à moyen ou à long terme. Fougères, pivoines, topinambours... Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, explique quelles sont ces espèces.

EN COMPL�MENT

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
891011
12
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant