ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
123
4
5
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du jeudi 4 juin 2015


Société

Masculinisme : un nouveau souffle pour les antiféministes québécois

Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri
Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le mouvement masculiniste au Québec, un ouvrage paru en 2008 sous la direction de la sociologue Mélissa Blais et du professeur en sciences politiques Francis Dupuis-Déri, vient d'être réédité en version augmentée. Cette mise à jour s'intéresse au nouveau souffle de ce courant antiféministe, axé sur les réseaux sociaux et sur une prise en charge des institutions. Catherine Perrin reçoit les deux auteurs. 
 
Après les gestes d'éclat, l'intrusion 
« Ce qui a changé, c'est l'anonymat que permettent les espaces comme Facebook, Twitter, et les stratégies de traque », explique Mélissa Blais, chargée de cours à l'Institut de recherches et d'études féministes (IREF) de l'UQAM. « Les réseaux sociaux permettent d'être assez intrusif. [...] Ça fait des charges beaucoup plus violentes vis-à-vis des femmes qui prennent la parole. »  
 
Selon elle, les antiféministes ont dépassé le stade d'accrocher des bannières aux ponts et intègrent maintenant les groupes de recherches et les ministères. Ce mouvement se résume, selon elle, au désir de maintenir des privilèges masculins. 
 
Pas une réponse légitime 
Les deux auteurs rejettent l'idée du masculinisme en tant que réponse légitime à une crise de la masculinité. D'abord parce qu'il n'existe aucun indicateur social, économique ou autre d'un tel phénomène. « Ce n'est pas un équivalent dans la mesure où la situation des hommes et des femmes n'est pas la même », souligne Francis Dupuis-Déri, professeur en sciences politiques à l'UQAM et responsable du Groupe interdisciplinaire de recherche sur l'antiféminisme (GIRAF) de l'IREF.  
 
Il explique que l'idée d'une crise de la masculinité avait cours dans la Rome antique et au Moyen-Âge. « Qui a plus d'argent? Qui a peur d'être violenté? Qui a peur de marcher le soir? Tendanciellement, ce sont les femmes qui sont désavantagées par rapport aux hommes. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Le mouvement masculiniste au Québec : l’antiféminisme démasqué sur le site des éditions du Remue-Ménage
HYPERLIEN - Mélissa Blais sur Academia
HYPERLIEN - Francis Dupuis-Déri sur le site du Département de science politique de l'UQAM

Société

Corruption à la FIFA : un dénouement guidé par les commanditaires

Sepp Blatter
Sepp Blatter     Photo : VALERIANO DI DOMENICO/AFP/Getty Images

La démission du président de la Fédération internationale de Football Association (FIFA), Sepp Blatter, quelques jours après sa réélection, aurait tout à voir avec les pressions des commanditaires dans la foulée du scandale pour corruption qui secoue l'organisation. Arnaud Granata, rédacteur en chef d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, planificateur stratégique chez lg2, se prononcent sur le poids de Coca-Cola, de Visa et d'autres entreprises dans cette affaire. 
 
« Ce qui est fascinant, c'est qu'au moment du scandale, monsieur Blatter, qui est encore indemne d'accusations, réussit à se faire réélire de manière extraordinairement forte, explique Stéphane Mailhiot. Ce que la politique n'a pas été capable de faire, les commanditaires ont réussi à le faire. [...] C'est la position du chef de marketing de Coke qui nous montre que derrière les positions officielles, il y a du brasse-camarade. » 
 
Il est aussi question du dévoilement de la nouvelle identité féminine de Bruce Jenner par le magazine Vanity Fair, de l'utilisation du wi-fi contre les coups de soleil et d'une photo controversée de la maison Yves Saint Laurent qui montre un mannequin beaucoup trop maigre.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Commentaire de l'animateur Jon Stewart sur la nouvelle identité de Caitlyn Jenner (en anglais)
HYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter

Politique

Pierre Karl Péladeau : portrait d'un néophyte introverti

Pierre Karl Péladeau
Pierre Karl Péladeau     Photo : PC/Paul Chiasson

Dans la nouvelle édition du magazine L'actualité, le journaliste Alec Castonguay signe un portrait en profondeur du nouveau chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau. Il présente un homme replié sur lui-même, étranger aux mécanismes de la politique, profondément marqué par son histoire familiale ainsi que ses études en philosophie et en droit. Catherine Perrin s'entretient avec Alec Castonguay. 
 
« Il est méfiant envers les journalistes. Il n'est pas à l'aise avec eux », affirme Alec Castonguay, qui a suivi Pierre Karl Péladeau durant la course à la direction du Parti québécois. « C'est quelqu'un de très solitaire. [...] Pour être bien honnête, je ne sais pas si j'ai gagné sa confiance. Je ne sais pas si, à la fin, il m'apprécie, il me déteste... Ce n'est pas quelqu'un de très émotif. Ce n'est pas quelqu'un qui s'ouvre. C'est quelqu'un qui vit ça beaucoup en dedans. Ce n'est pas un naturel en politique. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - L’actualité sur le web
HYPERLIEN - Alec Castonguay sur Twitter

Santé

Les infirmières de la francophonie au secours des personnes âgées

Christine Maupetit et Marie Abemyl
Christine Maupetit et Marie Abemyl     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le Congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones se tient présentement à Montréal. Sous le thème Défi des maladies chroniques : un appel à l'expertise infirmière, plus de 1500 participants se penchent plus particulièrement sur le sort des personnes âgées dans le monde. Catherine Perrin reçoit des infirmières de Suisse et du Cameroun : Christine Maupetit et Marie Abemyl. 
 
Bouger pour mieux vieillir 
En Suisse et au Cameroun autant qu'au Canada, le vieillissement de la population pose son lot de défis, surtout en Suisse, où les personnes âgées composent 40 % de la population. « Même si les enfants sont très présents auprès des personnes âgées, il y a quand même un phénomène d'isolement social, qui est aussi lié au fait que les femmes deviennent veuves et souvent, se retrouvent seules », explique Christine Maupetit. La Suisse s'attaque au problème en favorisant l'activité physique chez les personnes âgées. « Le renforcement musculaire est très important pour éviter les chutes. [...] Même après 90 ans, on peut améliorer sa mobilité. » 
 
Problème ignoré 
Marie Abemyl déplore qu'au Cameroun, le problème soit encore ignoré. « On ne voit pas l'importance de se préoccuper de ce phénomène. [...] Avant, les aînés étaient souvent pris en charge par la famille. Maintenant, les choses commencent à changer. Une statistique montre que 37 % sont abandonnés par les enfants », dit-elle.  
 
Là aussi, la solution passe par le maintien d'une certaine activité. « Une étude a démontré que les aînés vivant en milieu rural conservent une meilleure santé. Ils ne développent de maladies chroniques en tant que telles. La nutrition y est différente. Il n'y a pas de sodas ni d'aliments transformés », ajoute-t-elle, notant toutefois le problème de la solitude.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Le Congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones sur le web
HYPERLIEN - Le Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone sur le web
HYPERLIEN - Le Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone sur Facebook

Arts et culture

Le malaise du canular télévisuel à l'heure de la téléréalité extrême

Une image de l'émission <i>Les 400 coups</i>, diffusée à TVA
Une image de l'émission Les 400 coups, diffusée à TVA

Une nouvelle émission télévisée animée par Philippe Bond, Les 400 coups, reprend le principe ancien de la caméra cachée aux dépens de vedettes, un peu comme le faisait Surprise sur prise. Une telle émission a-t-elle encore sa place à l'âge de la téléréalité sensationnaliste? L'auteur et chroniqueur Samuel Archibald rend compte des moyens utilisés pour adapter le concept à l'air du temps. 
 
Samuel Archibald souligne le côté un peu brutal des gags mis en scène à l'émission. « Est-ce qu'on va annoncer à quelqu'un que son enfant a la leucémie la semaine prochaine? se demande-t-il. J'espère qu'on va maintenir ce côté mordant, mais il y a un moment où on se demande jusqu'où ça va pouvoir aller. En attendant, il y a quelque chose qui se passe et qui est assez peu fréquent à la télévision : on a l'impression d'avoir une bête qu'on n'arrive pas tout à fait à contrôler. Ça amène un peu de réalité dans la téléréalité. » 
 
Les 400 coups est diffusée les lundis à 20 h sur TVA.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Samuel Archibald sur Pop en stock
HYPERLIEN - Samuel Archibald sur Twitter

Société

La fête des non-parents : pour une nouvelle tradition égalitaire

Magenta Baribeau et Gisèle Palancz
Magenta Baribeau et Gisèle Palancz     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Une première fête québécoise des non-parents aura lieu en fin de semaine à Montréal. Née en Belgique en 2009, l'initiative vise à célébrer le choix de ne pas avoir d'enfants, en réponse à la fête des Mères et à la fête des Pères. Catherine Perrin s'entretient avec deux coanimatrices de l'événement, Magenta Baribeau et Gisèle Palancz. 
 
Magenta Baribeau constate que son choix de ne pas avoir d'enfants est souvent accueilli avec incrédulité. Elle dit être accusée d'égoïsme, d'immaturité, d'inutilité et de ne pas être une femme. Soulignant l'existence de mouvements antinatalistes et dénatalistes, elle précise toutefois ne pas en faire partie. « Je respecte les gens qui font des enfants. J'aimerais qu'on me respecte également, déclare-t-elle. On est très jugés. Au travail, par exemple, on va vous demander de faire beaucoup plus que les parents. On va vous demander de faire de plus longues heures parce que vous n'avez pas d'enfants à aller chercher à la garderie. »  
 
Pas pour tout le monde 
Gisèle Palancz est l'auteure du livre Pas de bébé à bord. Les raisons pour lesquelles elle n'a pas eu d'enfants sont circonstancielles. « Je ne m'inscris pas dans un courant comme Magenta. Je crois tout simplement que ça devrait être un choix personnel, affirme-t-elle. La maternité n'est pas nécessairement pour tout le monde. Il y a des gens qui l'assument moins bien que d'autres. [...] On ne devrait pas être mise au ban pour ça. »  
 
La fête des non-parents aura lieu le 6 juin au Bar populaire à Montréal.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Fête des non-parents sur le web
HYPERLIEN - Fête des non-parents sur Facebook

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
123
4
5
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant