ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12
3
45
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du mercredi 3 juin 2015


Société

Commission de vérité et réconciliation : anatomie d'une justice alternative

Des enfants dans un pensionnat autochtone
Des enfants dans un pensionnat autochtone     Photo : Archives de Radio-Canada

Après six ans de travaux, la Commission de vérité et réconciliation du Canada, chargée de faire la lumière sur le traitement des enfants dans les pensionnats autochtones de 1890 à 1996, s'est achevée et a rendu son rapport hier. Le document est formel : le Canada est coupable de génocide culturel. La psychologue Rachida Azdouz, l'historien André Champagne et le sociologue Éric Pineault analysent le travail de la Commission. 
 
L'éducation pour une paix durable 
Rachida Azdouz analyse le principe même de la commission. Il s'agit pour elle d'une forme alternative de justice où l'accent est mis sur la réparation au-delà des parties concernées. Elle souligne les problèmes qu'impliquent la réparation d'un génocide culturel, les effets du pardon, puis rappelle les parallèles entre la justice réparatrice et, ironiquement, la spiritualité amérindienne. « La plus grande difficulté, en ce moment, est qu'on est enlisés depuis 20 ans dans la repentance et le repentir. Or, ultimement, il faut parvenir à une paix durable, à une cohabitation entre les peuples fondateurs et les immigrants dans des rapports égalitaires. Et ça, ça passe par l'éducation », dit-elle. 
 
L'impasse sud-africaine 
André Champagne indique qu'on dénonçait déjà la maltraitance des Premières nations au XVIe siècle. Il trace des parallèles entre les méthodes canadiennes pour l'assimilation et celles des Américains. Il rappelle qu'en Afrique du Sud, un processus semblable de justice réparatrice a été initié par Nelson Mandela, en 1995, mais qu'il a mené à une impasse. « Malheureusement, ce qui en est sorti, c'est une très grande déception dans la majorité noire, raconte-t-il. On n'a qu'à voir à quel point le pays est violent aujourd'hui. Donc, ça n'a rien réglé. » 
 
Des recommandations essentielles 
Éric Pineault qualifie le rapport de la Commission de vérité et réconciliation de choquant à lire et estime qu'il impose une relecture de notre histoire et de notre identité. Pour lui, l'épisode des pensionnats autochtones représente une version concrète et violente du rapport Durham, qui prônait l'assimilation des francophones. Il considère essentiel de suivre les recommandations de la commission. « Globalement, les recommandations qui sont là sont la base de toute politique future à l'égard des autochtones qui serait crédible, affirme-t-il. Si on ne fait pas ce qu'il y a dans ces recommandations-là, on [le Canada] n'est pas crédible aux yeux de la communauté internationale. » 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Pensionnats autochtones : un génocide culturel, dit la Commission de vérité et réconciliation sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada sur le web
HYPERLIEN - Commission de vérité et réconciliation du Canada sur le web

Arts et culture

Une installation québécoise au sommet du One World Trade Center

Joël Proulx-Bouffard et Roger Parent
Joël Proulx-Bouffard et Roger Parent     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'observatoire du One World Trade Center, construit sur le site du World Trade Center, a ouvert ses portes le 29 mai. C'est une installation québécoise, centrée sur une projection vidéo de 2 minutes 30 secondes, qui accueille les visiteurs à l'ouverture des portes. Catherine Perrin s'entretient avec deux artisans du projet : Roger Parent, président de la firme Réalisation inc., et l'artiste 3D Joël Proulx-Bouffard. 
 
« Il y a une partie de [cette installation] qui est très humaine. Dans une zone sensible, dans un épicentre de la planète où il s'est passé quelque chose de douloureux, on a voulu s'en aller dans quelque chose qui n'était pas un grattage de bobo, qui n'était pas non plus un musée sur le passé », souligne Roger Parent, habitué de travailler aux États-Unis, notamment aux côtés de Robert Lepage.  
 
« On est allés dans la direction de l'échelle et de l'individu, puis on a mis de côté tous les clichés et stéréotypes qu'on pouvait avoir dès le premier moment : la statue de la Liberté, trop de drapeaux, Times Square et Central Park... L'humain y est à son échelle », explique Joël Proulx-Bouffard au sujet de la projection, qui a nécessité quatre jours de tournage.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Extrait de la vidéo du One World Trade Center sur le site du Devoir
HYPERLIEN - Réalisations inc. sur le web

Société

L'enfant d'avril : le récit touchant d'un avortement tardif

Katherine Girard
Katherine Girard     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« De l'intérieur, j'ai été complètement détruite. Comme si je ne pouvais plus vivre après ce que j'ai fait. Je me suis sentie comme une meurtrière », avoue Katherine Girard, auteure de L'enfant d'avril, un livre qui raconte son choix d'avoir recours à un avortement tardif thérapeutique à 23 semaines de grossesse. Des tests avaient indiqué que le foetus était atteint de tyrosinémie, une maladie qui cause la dégradation du foie. Catherine Perrin reçoit Katherine Girard. 
 
Au moment du diagnostic, l'auteure n'a eu que quelques jours pour prendre sa décision et elle doute toujours d'avoir fait le bon choix. Elle dit avoir été affectée par le cheminement de son frère, né avec une malformation rénale handicapante, et à qui Katherine Girard a fait don d'un rein. 
 
Pas de militantisme 
« Je ne milite pas du tout dans ce livre-là, ni pour ni contre l'avortement, surtout l'avortement tardif, précise-t-elle. Il y a tout un processus de réflexion dans le livre : pourquoi j'en suis venue à ça, qu'est-ce qui aurait été mieux, la façon dont on m'a guidée, la façon dont le Québec réfléchit à ça... » 
 
« La vie m'a aidée à guérir mes blessures, poursuit-elle. Mais il y a une blessure de nature philosophique qui va rester toute ma vie à l'intérieur de moi. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - L'enfant d'avril sur le site des Éditions JCL
HYPERLIEN - Corporation de recherche et d'action sur les maladies héréditaires (CORAMH)
HYPERLIEN - Génome Québec sur le web

Science et technologie

Le fructose contribue à la prise de poids et à l'inactivité

Le poids et la perception de l'image corporelle sont deux choses bien différentes.
Le poids et la perception de l'image corporelle sont deux choses bien différentes.     Photo : iStock

Cette semaine, au bureau des études, les journalistes scientifiques Mario Masson et Binh An Vu Van nous parlent, entre autres, des conséquences de la consommation de fructose sur le poids et l'activité physique, et du lien entre les antidouleurs et les tendances meurtrières.  
 
Références des sujets traités 
 
Le fructose contribue à la prise de poids et à l'inactivité – Article dans EurekAlert! 
 
Certains antidouleurs augmentent le risque de commettre un homicide – Article dans EurekAlert! 
 
Augmentation du nombre de reclus pour des raisons physiques – Article dans The Journal of the American Medical Association 
 
Des bactéries programmées pour détecter le cancer – Article dans Science

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Binh An Vu Van sur Twitter

Arts et culture

Récemment à l'émission : un recueil de mots coquins

Stéphane Dompierre, écrivain chroniqueur et Josée Blanchette, chroniqueuse au <em>Devoir </em>
Stéphane Dompierre, écrivain chroniqueur et Josée Blanchette, chroniqueuse au Devoir     Photo : Radio-Canada/Pascale Kutowski

« Emmener le petit au cirque », « avoir l'abricot en folie » ou encore « se faire un petit solo de mandoline ». Voilà quelques-unes des expressions choisies pour illustrer la couverture du livre Le bouquin des mots du sexe, d'Agnès Pierron. La chroniqueuse Josée Blanchette et l'auteur Stéphane Dompierre ont lu l'ouvrage. Catherine Perrin en discutait avec eux le 30 mars. Réécoutez l'entrevue ici.

Sports

Nourrir la passion du sport féminin : un mouvement pour faire bouger les filles

Chantal Petitclerc
Chantal Petitclerc     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'athlète et conférencière Chantal Petitclerc est porte-parole de Nourrir la passion du sport féminin, un mouvement social parrainé par les producteurs laitiers canadiens qui vise à aider les femmes à progresser dans le sport. C'est en effet seulement 4 % des jeunes filles canadiennes qui atteignent le niveau recommandé d'activité physique quotidienne et 19 % des femmes adultes qui font du sport. Catherine Perrin s'entretient avec Chantal Petitclerc.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Nourrir la passion du sport au féminin sur le web
HYPERLIEN - Chantal Petitclerc sur le web

Société

Pour de meilleures lois favorisant l'inclusion des personnes à mobilité réduite

Kéven Breton et Chantal Petitclerc
Kéven Breton et Chantal Petitclerc     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

À l'occasion de la Semaine québécoise des personnes handicapées, des citoyens réclament une loi plus contraignante pour favoriser l'accessibilité universelle et pour dénoncer l'effet des mesures d'austérité sur les personnes en situation de handicap. Catherine Perrin en discute avec Kéven Breton, co-initiateur de l'exposition virtuelle À la porte, Laurence Parent, militante pour le collectif Québec accessible, et l'athlète et conférencière Chantal Petitclerc. 
 
Laurence Parent rappelle qu'une telle loi existe en Ontario. « Au Québec, on a la Charte des droits et libertés. Le métro de Montréal devrait être accessible. C'est déjà un droit qui est reconnu, explique-t-elle. Le problème est que ce n'est pas vraiment mis en application. Une loi-cadre viserait justement à établir des normes concrètes avec des objectifs pour y arriver, chose que nous n'avons pas, présentement, au Québec. » 
 
Une société au ralenti 
Kéven Breton explique que l'exposition virtuelle À la porte, inspirée du concept américain Humans of New York, est née du besoin de mettre un visage sur le problème de l'inaccessibilité. « Une société qui n'est pas accessible est une société qui fonctionne au ralenti, qui se prive de la contribution pleine et entière de citoyens qui ont un pouvoir de consommation, qui ont une matière grise exceptionnelle, qui veulent aller à l'école, qui veulent travailler », rappelle-t-il. 
 
« J'ai l'impression qu'on a progressé beaucoup sur le plan de l'attitude, de l'ouverture d'esprit, mais des fois sur le plan pratico-pratique, il reste beaucoup à faire. Et ça reste la base », affirme Chantal Petitclerc. 
 
Le lancement de l'exposition virtuelle À la porte aura lieu ce soir au restaurant Robin des Bois, à Montréal.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - À la porte sur le web
HYPERLIEN - Québec accessible sur le web
HYPERLIEN - Québec accessible sur Facebook

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12
3
45
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant