ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617
18
1920
21
22
2324252627
28
29
30
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 18 juin 2014


Société

Café mortel : le deuil en partage

Johane Despins et Richard Cummings
Johane Despins et Richard Cummings     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

Organisés dans des endroits publics, les Cafés mortels réunissent des étrangers, endeuillés ou non, pour parler de la mort et du deuil. Le concept, créé en 1990 en Suisse, relancé à Londres en 2011, ne cesse de gagner en popularité. Il y a désormais ce type de réunions à Montréal. Johane Despins, coanimatrice de L'épicerie, et l'auteur Richard Cummings ont assisté à une rencontre. On y laisse la place à la discussion en suivant deux consignes : respecter les autres et la confidentialité.  
 
Johane Despins a perdu ses parents atteints de cancer, à quatre mois d'intervalle. L'animatrice a assisté à un de ces cafés mortels. « Je croyais que ce serait une soirée difficile, avec des pleurs. Finalement, cela n'a pas été le cas. Selon Kit Racette, l'hôtesse, chaque soirée est différente. Quand j'y suis allée, on était quatre. Les conversations étaient plus philosophiques. Je pensais qu'il y aurait de la pudeur, mais non, en cinq minutes, tous étaient curieux de connaître les histoires des autres. »  
 
« C'est une discussion informelle. Kit Racette, nous lance la question : "Pourquoi êtes-vous là ce soir?" Elle n'impose pas de thème. Il y a une liberté totale », résume Richard Cummings, qui a perdu son fils Michaël, atteint d'une maladie neuromusculaire dégénérative. « Cette soirée se forme à partir de ce qui émerge. Je trouve que cela répond à un besoin. Ce n'est pas une démarche thérapeutique, mais avoir un lieu pour parler de la mort, ça fait du bien. J'ai besoin de communiquer ce que j'ai appris au sujet de mon deuil. »  
 
À ce jour, près de 900 cafés mortels ont été organisés dans une vingtaine de pays d'Europe et d'Asie, ainsi qu'en Amérique du Nord et en Australie. Montréal a ses cafés mortels mensuels, à l'initiative de Kit Racette, qui les organise depuis octobre 2013.  
 
- Le prochain café mortel en anglais aura lieu le 16 juillet.  
 
- Le prochain café mortel en français aura lieu le 27 août.  
 
- Richard Cummings, Michaël, mon fils , Éditions de l'Homme, 2009 
 
- Julia Assante, The last frontier, New World Library, 2012

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Death cafe (Café Mortel)

Sports

Françoise Abanda : la pro des juniors au tennis

Françoise Abanda
Françoise Abanda     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

Françoise Abanda a commencé à jouer au tennis à l'âge de 7 ans. Elle jouait pour le plaisir avec sa soeur et, 10 ans plus tard, elle est devenue l'espoir canadien en tennis féminin. « L'entraîneur a vu que ma soeur et moi, nous avions un talent pour ce sport. Il nous a inscrites à des tournois canadiens et, par la suite, à des tournois internationaux. On nous comparait aux soeurs Williams. » Celle qui s'est rendue en demi-finale du tournoi junior des Internationaux de France, à Roland-Garros, au début du mois de juin se prépare à retourner au combat à Wimbledon à la fin du mois.  
 
À 17 ans, Françoise Abanda est une grande athlète. Elle ne veut peut-être pas dévoiler ses secrets, mais avoue que sa taille, 5 pieds 10, est un atout. « Ma grandeur aide pour couvrir le terrain », dit-elle. « Le tennis est un sport très complet. Il faut être bon en tout et avoir un jeu complet, sinon l'adversaire va s'attarder à nos points faibles. C'est un jeu très mental. Il faut bien jouer même quand on ne sent pas bien. »

Société

Le métier de professeur et les humanistes

Professeur devant une classe

L'année scolaire tire à sa fin. Que ce soit au primaire, au secondaire, au cégep ou même à l'université, toute l'année, des professeurs ont tenté de transmettre leur savoir à leurs élèves et leur donner envie d'apprendre. Nos humanistes sont tous professeurs ou l'ont déjà été. Qu'ont-ils à raconter sur cette profession?  
 
 
Rachida Azdouz, directrice des Services de soutien à l'enseignement à l'Université de Montréal et psychologue spécialisée en relations interculturelles  
« Il y a une crise de légitimité. L'enseignant ne jouit plus d'une autorité. Celle-ci s'est effritée au fil des réformes. Sa légitimité, il la tire de sa parole, son premier outil de travail. Mais aujourd'hui, il y a une crise de la parole sensée, parce que tout le monde bavarde. L'enseignant doit avoir quelque chose de plus que les autres pour que sa parole puisse être au-dessus de la mêlée. Je suis d'accord avec André Champagne, la première autorité en classe, c'est le savoir! » 
 
André Champagne, historien  
« En 1870, l'école obligatoire et gratuite est établie en Ontario. Au Québec, il faudra attendre jusqu'en 1943. L'Église catholique s'oppose à l'école obligatoire et gratuite, étant donné qu'elle n'a pas suffisamment d'effectifs et serait contrainte d'engager des laïcs. On justifiera cette opposition en prétendant que l'instruction n'est pas vraiment importante pour les enfants d'agriculteurs et de travailleurs. Savoir lire, écrire et compter, c'est suffisant. » 
 
Éric Pineault, professeur au Département de sociologie de l'Université du Québec à Montréal  
« Moi, j'enseigne avec une posture où je partage le goût du savoir et d'approfondir nos connaissances. La passion est extrêmement importante. On est seul devant 120 étudiants pendant trois heures. On n'a aucune équipe technique dernière nous. »

Livres

Pascal Bruckner a-t-il été un bon fils?

Pascal Bruckner
Pascal Bruckner     Photo : Miguel Medina / AFP

« J'ai grandi dans une ambiance de hurlements constants, il y a eu des coups et des gifles, des mots blessants que mon père lançait à ma mère. » Pascal Bruckner décrit dans son plus récent livre, Un bon fils, la relation amour-haine qu'il a eue avec son père antisémite et agressif. « Il y a un paradoxe dans le titre, car les rapports entre mon père et moi ont été tendus. J'ai eu un lourd dossier sur lui. Il avait le don de m'exaspérer. » L'auteur de Lunes de fiel livre ses secrets de famille et dévoile son enfance, passée dans un climat familial rempli de colère.  
 
- Pascal Bruckner, Un bon fils, Grasset, 2014  

Sports

Suzanne Beaudet et Louise Laparé : chums de pêche

Louise Laparé et Suzanne Beaudet
Louise Laparé et Suzanne Beaudet     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

« On n'est pas des spécialistes de pêche, on est des passionnées », dit Louise Laparé en compagnie de sa grande amie Suzanne Beaudet. Les deux comédiennes coanimeront au printemps 2015 l'émission Elles pêchent, sur les ondes de la nouvelle chaîne Unis. Deux femmes à la barre d'une émission de pêche? Rien de plus naturel pour les deux complices qui pêchent ensemble à la mouche depuis 18 ans. 
 
L'émission ne s'adressera pas seulement aux femmes ou aux pêcheurs, mais aux amoureux de la nature en général. « On veut transmettre la passion, le plaisir du plein air, le sens de la découverte... » 
 
La chaîne Unis, qui se donne pour mandat de promouvoir la diversité francophone partout au Canada, sera lancée en septembre et sera offerte avec le service de base. 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617
18
1920
21
22
2324252627
28
29
30
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant