ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910
11
1213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 11 juin 2014


Société

Dire ou non son âge

Annie-Soleil Proteau et René Homier-Roy
Annie-Soleil Proteau et René Homier-Roy     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

Annie-Soleil Proteau ne dit pas son âge. Alors que René Homier-Roy n'hésite pas à dire le sien. Il a eu 74 ans en avril. En cette ère de jeunisme, de Botox et autre déridage, devrait-on mentir sur son âge pour rester dans le coup? Selon l'animateur de Culture Club sur ICI Radio-Canada Première, on ne peut plus le cacher. Est-ce la même chose pour les femmes que pour les hommes? « Dans mon milieu professionnel, je ne dis plus mon âge. Au début, quand j'ai commencé dans les médias, j'étais trop jeune pour un emploi ou trop vieille [pour un autre] », affirme l'animatrice à Rythme FM. Discussion sur les conséquences de taire ou d'affirmer son âge.  
 
« Dire son âge : c'est savoir que l'on approche de la mort. C'est plus facile de se leurrer en le taisant. » Annie-Soleil Proteau trouve que l'idéal, c'est, bien entendu, d'assumer son âge, mais selon elle, il y a un fossé entre ce que vivent les hommes et les femmes. « Il reste que nous sommes confrontées à une certaine compétition dans le milieu du travail, qui est un monde cruel. »  
 
René Homier-Roy croit que l'âge est inéluctable, mais il trouve consternant d'observer un phénomène de jeunisme. « Moi, j'étais chauve à 20 ans, j'avais l'air très vieux. Je n'ai pas changé depuis longtemps. Aujourd'hui, je sens que le regard des autres a changé. Mais je n'y peux rien! Par contre, ce qui fait que l'on supporte mieux notre âge, c'est d'avoir de la sécurité d'emploi, une sécurité de vie. »

Santé

Étienne Boulay : un père poule s'intéresse à la santé de ses enfants

Étienne Boulay
Étienne Boulay     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

Les résultats d'un sondage ont interpellé Étienne Boulay : au Québec, il y a 80 000 pères monoparentaux et 99 % des pères sont impliqués dans la santé de leurs enfants. Le joueur de football retraité a donc décidé de s'impliquer davantage pour conscientiser les pères à l'importance de tenir jour le carnet de vaccins pour éviter le pire. En plus de ce mandat, ce père de trois enfants poursuit une carrière dans les médias, comme analyste de football. Petite rencontre avec lui. 
 
Étienne Boulay collabore à l'émission Cap sur l'été. Il y tient une chronique sur le sport. Il est aussi analyste de football pour ICI Radio-Canada Télé et RDI. Il est le porte-parole officiel de Jeunesse, j'écoute et de l'Opération Wixx de Québec en forme, qui fait bouger les jeunes de 8 à 13 ans. Il coanime l'émission Les testeurs avec Patrice Bélanger, le vendredi à 17 h sur Vrak.TV.

Société

Les humanistes et la retraite

Le gouvernement ontarien souligne que moins de 35% des travailleurs de la province peuvent compter sur un régime de retraite.
Le gouvernement ontarien souligne que moins de 35% des travailleurs de la province peuvent compter sur un régime de retraite.     Photo : Gouvernement de l'Ontario

Bon gré, mal gré, on trouve sur le marché du travail deux types différents de retraite : il y a celle pour les travailleurs issus du secteur public, mieux armés pour affronter leurs vieux jours, et celle pour ceux du secteur privé, qui doivent payer pour les ratés des caisses de retraite des premiers... tout en faisant face à leurs propres difficultés financières. C'est un débat de société. Les humanistes réfléchissent sur la retraite, sur les raisons de sa création et son importance.  
 
Rachida Azdouz, directrice des Services de soutien à l'enseignement à l'Université de Montréal et psychologue spécialisée en relations interculturelles  
« La retraite relève de notre rapport à l'argent, à l'âge et au travail. La conception du travail a évolué, le désir de retraité n'est plus relié à la pénibilité. » 
 
 
André Champagne, historien 
« Au 17e siècle, en France, les marins et les soldats profitaient de la retraite, mais on parle de 60 000 qui profitaient d'une rente, soit 0,1 % de la population. Pour les autres, la retraite était assurée par la descendance. C'est en 1883, en Allemagne, que Bismarck a instauré le premier système de retraite. À cette époque, l'âge de la retraite était de 63 ans. » 
 
 
Éric Pineault, professeur au Département de sociologie de l'Université du Québec à Montréal  
« Tout ce système subit les contraintes d'une démographie changeante. En moyenne, les gens vivent beaucoup plus longtemps qu'au moment où ces régimes furent établis, pensés pour faire vivre pendant 10 ans (65 à 75 ans) un retraité qui a travaillé et cotisé pendant 45 ans (de 20 à 65 ans). Pour les mêmes régimes, ils doivent de plus en plus aujourd'hui soutenir pendant 30 ans (de 60 à 90 ans) une personne qui a travaillé pendant 40 ans (de 20 à 60 ans).... la pression est énorme, peu importe la formule. »

Arts et culture

L'humour à Québec voit grand avec Sylvain Parent-Bédard

Sylvain Parent-Bédard
Sylvain Parent-Bédard     Photo : David Cannon

Le Festival Grand Rire de Québec fête ses 15 ans cette année. Ce rendez-vous désormais incontournable de l'humour est l'idée de Sylvain Parent-Bédard, président fondateur de QuébéComm. Il s'était pourtant fait dire par Gilbert Rozon, du Festival Juste pour rire, qu'il n'y avait pas de marché pour l'humour à Québec. Il a de l'ambition... Il rêve. Il veut devenir le numéro 1 de l'humour dans le monde. Sylvain Parent-Bédard nous parle de sa vision, de ses projets et de ses rêves.  
 
Le Grand Rire se trouve aussi au Maroc, en Belgique et en Suisse. Sylvain Parent-Bédard produit l'émission LOL, diffusée partout sur la planète. En plus du Grand Rire, le nom de QuébéComm a aussi été associé à plusieurs grands événements musicaux, tels le spectacle de Madonna et celui de Céline Dion, tous les deux présentés sur les plaines d'Abraham à Québec.

Musique

Hélène Grimaud : voyage entre la musique et la nature

Hélène Grimaud
Hélène Grimaud     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

« Ma rencontre avec Yannick Nézet-Séguin a été un moment de pivot de mon existence. On trouve chez lui une synthèse si rare entre l'intellect, l'intuition et le coeur. Il a une intelligence musicale très particulière et une grande élégance du coeur. » Voilà comment Hélène Grimaud décrit ce chef de l'Ochestre métropolitain. La pianiste française donnera deux concerts avec cet ensemble montréalais. Au courant de sa vie, Hélène Grimaud a fait une autre rencontre qui a changé sa vie. Cette passionnée de la biologie a croisé un loup et a eu envie de connaître cet animal. Elle a donc fondé un centre de protection pour les loups à New York., Hélène Grimaud fait une halte dans le studio.  

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910
11
1213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant