ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56
7
89
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 7 mai 2014


Arts et culture

Boucar Diouf et la génération spontanée d'humour

L'humoriste et biologiste Boucar Diouf.
L'humoriste et biologiste Boucar Diouf.     Photo : Radio-Canada/Christian Côté

« Heureusement, Dieu a fait la couleur noire, qui absorbe la lumière. Le Noir synthétise beaucoup moins la vitamine D que le Blanc. Il n'y a rien de parfait. » L'évolution expliquée par Boucar Diouf, c'est l'histoire de la vie parfumée d'anecdotes qui génèrent des images qui demeurent. L'humoriste-biologiste explique le chaud et le froid, entre le lion des savanes et l'éperlan sous les glaces. 
 
L'adaptation sous toutes ses formes. C'est un peu ce qui stimule Boucar Diouf ce matin lors de la discussion avec Isabelle Craig. Qu'il soit question du poivron, de la noix de coco ou du Québécois qui migre vers le sud pour fuir le froid, l'adaptation est de tous les enjeux.  
 
Cet été, Boucar Diouf anime La nature selon Boucar, présentée sur ICI Radio-Canada Première, le samedi à 11  h.

Société

Le citoyen souverain ou l'individualité exacerbée

Les libertariens refusent toute intervention de l'État dans la vie du citoyen.
Les libertariens refusent toute intervention de l'État dans la vie du citoyen.     Photo : iStockphoto/furtaev

Diogène, vivant dans son tonneau, serait-il le premier libertarien? Difficile à dire. Autour de la table des humanistes, on parle de William Henry Thoreau, qui a vécu en ermite pendant de longues années. Puis, il y a eu aussi les anarchistes qui refusaient le monde inégal imposé lors de la révolution industrielle. Même l'époque actuelle compte ses libertariens, comme ces citoyens qui se disent souverains et refusent de rendre des comptes à l'État. 
 
Un citoyen de la région de Québec, Alain Painchaud, subira cet été un procès pour importation illégale de médicaments. L'homme de 45 ans s'est autoproclamé citoyen souverain et rejette désormais les lois canadiennes. Il refuse aussi de payer les impôts. 
 
Les humanistes rappellent que le libertarianisme est une application de façon radicale de la philosophie libérale. Selon Éric Pineault, le pilote de course Jacques Villeneuve serait l'exemple parfait du libertarien moderne : fortuné, il a choisit de s'exiler à Andorre pour éviter de payer des impôts.

Société

Prostitution juvénile : ça commence par une relation amoureuse

Dïana Bélice, auteure du livre <i>Les prostituées des gangs de rue</i>.
Dïana Bélice, auteure du livre Les prostituées des gangs de rue.     Photo : Radio-Canada/Christian Côté

Comment certaines jeunes filles aboutissent-elles à la prostitution au sein d'un gang de rue? L'auteure Dïana Bélice explique que les groupes de délinquants leurrent des adolescentes, parfois fragilisées, avec des biens matériels et des compliments. 
 
Dans son nouveau livre, Les prostituées des gangs de rue, l'auteure, qui est aussi coordonnatrice du projet Sortie de secours, dépeint une réalité qu'elle connaît bien. 
 
Ça commence avec une relation amoureuse : des jeunes hommes repèrent les adolescentes autour des écoles secondaires ou des centres jeunesse et font en sorte qu'elles tombent amoureuses. Ils utilisent le love bombing et leur offrent des iPhone ou des iPad, par exemple, dans le but d'amadouer leur victime. Une fois éprise, la jeune fille écoute son copain « au doigt et à l'oeil », comme l'expose Dïana Bélice. « On va commencer à l'introduire à des comportements sexuels qui sont un peu libertins. Son copain va par exemple lui dire "J'ai un chum qui feel pas, veux-tu lui faire une fellation?" » 
 
Les prostituées des gangs de rue, collection Le Point de vue, VLB éditeur

Arts et culture

Normand Brathwaite se libère des griffes de la télévision... pour un temps

L'animateur Normand Brathwaite
L'animateur Normand Brathwaite     Photo : Radio-Canada/Christian Côté

Normand Brathwaite a connu ses premiers succès sur une scène, à l'époque de Pied-de-poule. Et depuis, ça fait plus de 30 ans, l'artiste et animateur n'a jamais rejoué dans un spectacle sur les planches. Ça va changer bientôt puisqu'il sera de la distribution de Sister act, cet été à Montréal. 
 
« C'est très agréable de te faire diriger. Tu ne te sens plus seul », note celui qui se retrouvera sous l'égide de Denise Filiatrault, qui l'avait fait jouer dans l'émission Chez Denise, notamment.  
 
Pourquoi ne pas avoir remonté sur scène en 30 ans? 
 
« La télévision s'est "pitchée" sur moi, explique Normand Brathwaite. Ça va vite, tu deviens animateur et ça part. »  
 
Dans un autre ordre d'idées, Normand Brathwaite lancera son été en célébrant, encore une fois, la Saint-Jean Baptiste. Après avoir animé les festivités de la St-Jean pendant 10 ans, il devient le porte-parole de la fête nationale.

Santé

Repenser la vaccination : un retour sur la grippe espagnole

Une personne se fait vacciner
Une personne se fait vacciner     Photo : iStock/buffaloboy

La grippe espagnole, qui a tué près de 50 millions de personnes en 1918 et 1919 s'attaquait principalement à de jeunes adultes, en pleine santé. Mais pourquoi? Des chercheurs de l'Université d'Arizona et de l'Université d'Édimbourg brossent un portrait détaillé de cet épisode d'influenza. 
 
Comme Binh An Vu Van, journaliste scientifique, l'explique, les chercheurs ont remarqué que la grippe espagnole, de souche H1N1, n'était pas présente durant les années 1890. Les enfants qui naissaient à cette époque n'étaient donc pas immunisés contre cette maladie. Quand la grippe H1N1 a ressurgi vers la fin des années 1910, les jeunes adultes, qui n'avaient pas été en contact avec cette grippe durant leur petite enfance, ont été foudroyés par la maladie.  
 
Les mutations de grippe, comme la H1N1, arrivent par décennie. Cette étude incite donc à repenser la manière de vacciner, selon Binh An Vu Van. « Est-ce qu'on ne pourrait pas changer les manières de vacciner? Au lieu de courir toujours après la prochaine grippe, on pourrait vacciner en fonction des générations. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Article sur la recherche

Société

L'Outarde libérée : pour ces Français tombés du nid

L'équipe de <i>L'outarde libérée</i> lors du lancement du webzine. On reconnaît au centre,  Nathalie Simon-Clerc, cofondatrice du nouveau média.
L'équipe de L'outarde libérée lors du lancement du webzine. On reconnaît au centre, Nathalie Simon-Clerc, cofondatrice du nouveau média.     Photo : Page Facebook de L'outarde libérée

Le nom « Outarde libérée », ça vous dit quelque chose? Non, il ne s'agit pas d'un totem scout. C'est plutôt le titre d'un nouveau webzine qui fait le lien entre les communautés française et québécoise. « Nous essayons d'être un journal extrêmement sérieux, qui travaille avec rigueur et neutralité », lance Nathalie Simon-Clerc, cofondatrice du nouveau média.  
 
Avec cette nouvelle parution en ligne, l'équipe veut donner le point de vue sur la relation franco-québécoise, au-delà de la question de la langue française. Et joindre cette communauté qui ne cesse de grandir. On dénombre autour de 120  000  ressortissants français au Québec, un total qui atteint les 200 000 au Canada. 
 
« Au départ, c'était un porte-folio d'étudiants en journalisme français au Québec qui ne voulaient pas perdre la main. Ça s'est transformé en un laboratoire journalistique, ces jeunes journalistes ont un talent fou », note Nathalie Simon-Clerc.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56
7
89
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant