ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Une pensée pour Anne-Marie Séguin
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 30 septembre 2016

Art de vivre

Les choix d'Élyse Lambert : les meilleurs vins nature et biologiques

Les choix d'Élyse Lambert
Les choix d'Élyse Lambert     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« C'est extrêmement difficile de trouver des vins nature qui sont très bons et très justes », souligne Élyse Lambert. La seule Master Sommelier québécoise en a néanmoins déniché deux qui remplissent ces critères. Le premier est un pinot noir biologique, donc dépourvu de sulfites. Le second est un shiraz végétalien, donc avec sulfites, mais sans dérivés d'oeufs ou de poisson. Élyse Lambert fait part de ses choix à Catherine Perrin. 
 
« Il faut aimer le pinot, il faut aimer la finesse, il faut aimer l'élégance », dit Élyse Lambert au sujet du Nature d'Ursulines. 
 
« On est sur des notes de confitures, de fruits noirs, ça sent le gâteau aux fruits. Tout ce qui va coller aux doigts peut fonctionner avec ce shiraz », indique-t-elle au sujet du Yalumba. 
 
Les choix d'Élyse Lambert 
- Jean Claude Boisset Nature d'Ursulines 2014 (Bourgogne), code SAQ : 12666619, prix : 29,80 $ 
- Yalumba Shiraz Organic (Australie méridionale), code SAQ : 12990531, prix : 18,95 $

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Élyse Lambert sur le web

Société

Donald Trump, tache de la semaine selon l'économiste Youri Chassin

Régine Laurent et Youri Chassin
Régine Laurent et Youri Chassin     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le directeur de la recherche à l'Institut économique de Montréal, Youri Chassin, et la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, Régine Laurent, passent en revue les événements marquants de l'actualité. Régine Laurent accorde le titre de tache de la semaine aux évêques de l'Ouest canadien, qui refusent des funérailles religieuses aux personnes ayant eu recours à l'aide médicale à mourir. Youri Chassin l'accorde plutôt à Donald Trump, qui a multiplié les mensonges lors du premier débat en vue de l'élection présidentielle américaine. 
 
Il est également question de la chercheuse montréalaise que l'Iran vient de libérer, Homa Hoodfar, de l'ADISQ, de l'implantation de sites d'injection supervisée et de l'annulation d'un appel d'offres pour 1000 MW d'électricité verte.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Nurses'' Voices from the Northern Ireland Troubles sur le web
HYPERLIEN - Youri Chassin sur Twitter
HYPERLIEN - Régine Laurent sur Twitter

Société

Les bienfaits et les dangers de parler aux étrangers

Nicolas Dickner, Rachida Azdouz et Marcia Pilote
Nicolas Dickner, Rachida Azdouz et Marcia Pilote     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Discuter avec des inconnus peut être très enrichissant, mais une telle spontanéité n'est pas pour tout le monde. Voilà ce qu'en disent la psychologue Rachida Azdouz, l'animatrice Marcia Pilote et l'auteur Nicolas Dickner. En marge du livre When Strangers Meet: How People You Don't Know Can Transform You, de Kio Stark, ils expliquent à Catherine Perrin pourquoi on décide ou non de parler à un quidam.  
 
Marcia Pilote est férue des conversations impromptues avec n'importe qui. « Je ne vis que pour ça. Si je pouvais avoir un divan au coin d'une rue, je passerais mes journées assise à dire au monde : "Venez me raconter votre vie, je vais vous raconter la mienne", dit-elle. Je veux avoir cela tous les jours, toutes les heures de ma vie, et ce, depuis que j'ai 9 ans. C'est le besoin de savoir que je peux aller au cœur de la vie humaine qu'il y a là, devant moi, que toute personne a une belle histoire, que toute personne a une belle vie. [...] C'est important qu'on lâche la tête pour vivre en connexion avec le cœur. » 
 
L'obstacle de la misanthropie
 
Nicolas Dickner est plutôt le contraire de Marcia. Il blâme les chaînes d'information continue pour ses tendances misanthropes. « Il est vrai que je ne suis pas du genre à arrêter parler aux inconnus dans la rue, mais ça ne veut pas dire que je ne le fais pas à l'occasion. Ça dépend des circonstances. Ça dépend de ce que je veux », indique-t-il. Il constate que les catastrophes et les événements imprévus parviennent à le faire sortir de sa coquille. « Tout d'un coup, les barrières sociales entre les individus s'effondrent et on est tous dans une expérience commune qui fait qu'on partage une chose et qu'on se met à parler à n'importe qui dans la rue. » 
 
On ne change pas une société 
Rachida Azdouz rappelle que les sociétés où la conversation avec autrui est plus naturelle s'appuient sur des structures sociales et non seulement sur cette coutume.  
 
« On ne décide pas comme ça, du jour au lendemain, de planter une vigile du Calinours et, tout à coup, on devient une société plus humaine. C'est plus subtil et plus complexe que ça, indique-t-elle. Le problème, c'est d'aller à l'autre bout du spectre et d'en faire une mode qui ne réglera pas les besoins qui sont sous-jacents, c'est-à-dire le besoin d'un contact plus vrai, plus authentique. On se retrouve dans des situations où l'on se livre au-delà de ce qu'on aurait voulu. On se livre parfois quand on est dans une salle d'attente, dans un ascenseur, dans la rue, devant un autobus... Un faux sentiment d'intimité qui se crée, alors qu'il n'y a pas de pacte de confidentialité. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - When Strangers Meet: How People You Don''t Know Can Transform You sur le web
HYPERLIEN - Nicolas Dickner sur Twitter
HYPERLIEN - Marcia Pilote sur le web

Cinéma

Queen of Katwe : un film gentil qui divise nos critiques

Lupita Nyong'o et Madina Nalwagna dans <i>Queen of Katwe</i>, de Mira Nair
Lupita Nyong'o et Madina Nalwagna dans Queen of Katwe, de Mira Nair     Photo : facebook.com/QueenOfKatwe

« C'est un film qui a évidemment le coeur sur la main. Si on remplaçait les échecs par les maths, on aurait à peu près une version Teletubbies de Good Will Hunting. C'est gentillet. C'est très, très gentillet », dit Helen Faradji au sujet du nouveau film de Mira Nair. La critique reproche au film un regard condescendant sur l'Afrique. « C'est un film qui, malheureusement, ne réparera pas le problème de diversité à Hollywood. » Georges Privet n'est pas de cet avis : Mira Nair, pour moi, est arrivée à trouver la vie et l'âme derrière la formule. « Le film ne mérite pas d'être porté aux nues, mais il ne mérite pas non plus d'être descendu en flammes. Il faut le prendre pour ce qu'il est. »  
 
Bande-annonce de Queen of Katwe 
 
 
Il est également question des films Miss Peregrine's Home for Peculiar Children, de Tim Burton, et Un petit boulot, de Pascal Chaumeil. 
 
Bande-annonce de Miss Peregrine's Home For Peculiar Children 
 
 
Bande-annonce d'Un petit boulot
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter
HYPERLIEN - Georges Privet sur le web

Musique

Marie-Nicole Lemieux envisage de boycotter la Russie

Marie-Nicole Lemieux
Marie-Nicole Lemieux     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La contralto originaire du Lac-Saint-Jean songe à annuler son récital prévu en Russie, en raison du rôle de ce pays dans les bombardements en Syrie. En entrevue avec Catherine Perrin, la cantatrice se dit peu encline à « apporter du beau en Russie » dans un contexte où les hôpitaux d'Alep sont bombardés avec l'accord de Vladimir Poutine. Attendue en mars prochain à Moscou, elle souligne toutefois ne pas avoir pris de décision finale quant à la tenue de son spectacle. 
 
« La médiocrité partout, les hôpitaux bombardés en Syrie... Personne ne fait rien! Je pense que j'ai besoin de m'isoler », a dit Marie-Nicole Lemieux à Catherine Perrin.  
 
Elle ignore si elle donnera vraiment le récital prévu le 3 mars au Tchaikovsky Concert Hall de Moscou. « J'ai juste émis cette idée-là ce matin, dit-elle. Si la situation ne change pas, je n'ai pas envie d'aller apporter du beau à Moscou. Je n'ai pas envie. Même si je sais que ce ne sont pas tous les Russes qui pensent comme ça... Je ne sais pas. Ce sont des idées en l'air. Je vais voir comment ça va évoluer. »  
 
Baudelaire à l'honneur 
Marie-Nicole Lemieux a également parlé du récital consacré à la poésie de Charles Baudelaire qu'elle donnera sous peu à Montréal. Accompagnée du pianiste Daniel Blumenthal et du comédien Raymond Cloutier, la cantatrice proposera des œuvres de Baudelaire mises en musique par Duparc, Debussy et Fauré.  
 
Elle a expliqué à Catherine Perrin comment elle intègre à sa vie personnelle l'ordre, la beauté, le luxe, le calme et la volupté que prescrivait le poète maudit : « La volupté, c'est le bien-être, la bonne bouffe, savoir profiter de l'instant. Des plaisirs tout simples. La sensualité n'a pas que le sexe comme vecteur. Il y a toutes les sensations : les câlins avec sa petite fille, les câlins avec son mari, avoir une couverture douce, aller courir au froid... Je suis très, très sensuelle. Le toucher et les odeurs sont pour moi excessivement importants. » 
 
Le récital L'invitation au voyage aura lieu le 4 octobre au Théâtre Outremont, à Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Diane Dufresne et Marie-Nicole Lemieux reçoivent l''Ordre du Canada sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Marie-Nicole Lemieux sur le web
HYPERLIEN - Marie-Nicole Lemieux sur Facebook

Arts et culture

Donald Trump, cible favorite des humoristes américains

Donald Trump
Donald Trump     Photo : Reuters/Lucas Jackson

Cet automne, le candidat républicain aux élections présidentielles est caricaturé par toutes les émissions télévisées américaines. Le rendez-vous du samedi soir Saturday Night Live a donné le personnage au comédien Alec Baldwin, qui s'en est emparé sans lésiner sur les moues caractéristiques de l'homme d'affaires. Certains croient même que Donald Trump pourrait être un personnage de feu l'humoriste culte Andy Kaufman, mort en 1984. Pascale Lévesque, chroniqueuse en culture populaire, fait le condensé des boutades dont le controversé milliardaire fait l'objet. 
 
Bande-annonce de Saturday Night Live avec Alec Baldwin en Donald Trump 
 
 
Il est également question du groupe canadien de danse Maritime Bhangra Group. 
 
Le Maritime Bhangra Group en action 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Pascale Lévesque sur Twitter

Musique

Trésors baroques : Pinchas Zuckerman hors de sa zone de confort

Pochette de l'album <i>Trésors baroques</i> de l'Orchestre du Centre national des arts du Canada sous la direction de Pinchas Zukerman, paru sous étiquette Analekta
Pochette de l'album Trésors baroques de l'Orchestre du Centre national des arts du Canada sous la direction de Pinchas Zukerman, paru sous étiquette Analekta

« C'est un drôle de choix pour clôturer. On n'est pas tant dans une approche subtile. C'est à l'image du chef : c'est très romantique », dit Frédéric Lambert au sujet du dernier disque de Pinchas Zukerman à la tête de l'Orchestre du Centre national des arts du Canada. Le répertoire choisi est fait de pièces de Handel, de Tartini, de Vivaldi, de Bach et de Telemann. Frédéric Lambert qualifie le résultat de surprenant du début à la fin : « C'est comme entendre un son d'autrefois, mais avec la qualité sonore d'aujourd'hui. C'est une drôle de rencontre. C'est intéressant. » 
 
Il est également question des activités du Conservatoire de musique de Montréal à l'occasion des Journées de la culture, qui se tiendront ce soir et au courant de la fin de semaine.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec sur le web
HYPERLIEN - Conservatoire de musique de Montréal sur Facebook
HYPERLIEN - Frédéric Lambert sur Twitter

Arts et culture

À voir sur le web : One, Two, une incursion dans le monde du spectacle

Natalia Tena dans la websérie <i>One, Two</i>
Natalia Tena dans la websérie One, Two     Photo : Vimeo

De la politique dans House of Cards et Veep au monde de la drogue dans Breaking Bad, en passant par la télévision dans 30 Rock, le petit écran aime désormais ancrer ses histoires dans les coulisses d'univers véritables. Une nouvelle websérie, One, Two, lève maintenant le voile sur la réalité des musiciens en tournée. La critique de cinéma Helen Faradji explique à Catherine Perrin que la série atteint des résultats savoureux malgré un budget dérisoire, grâce à la participation de musiciens connus.  
 
Épisode de One, Two : The Slooze
 
 
 
Il est également question de la nouvelle publicité télévisée d'Hillary Clinton contre son rival aux présidentielles américaines, Donald Trump. 
 
Publicité d'Hillary Clinton contre Donald Trump
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - One, Two sur le web
HYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter
Les incontournables 2016

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter