ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

Ces ressources dont manquent les pères

Le mercredi 18 février 2015

De gauche à droite et de haut en bas : le directeur du Regroupement pour la valorisation de la paternité, Raymond Villeneuve, la directrice générale de l’Initiative Amis des pères au sein des familles, Francine De Montigny, l'auteure du livre <i>Les pères et la prise du congé parental ou de paternité : une nouvelle réalité</i>, Diane-Gabrielle Tremblay, et l'animateur Alexandre Courteau
De gauche à droite et de haut en bas : le directeur du Regroupement pour la valorisation de la paternité, Raymond Villeneuve, la directrice générale de l’Initiative Amis des pères au sein des familles, Francine De Montigny, l'auteure du livre Les pères et la prise du congé parental ou de paternité : une nouvelle réalité, Diane-Gabrielle Tremblay, et l'animateur Alexandre Courteau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le discours social valorise de plus en plus les pères au sein des familles. Ils sont désormais reconnus comme incontournables dans l'équation parentale. Les politiques publiques tardent toutefois encore à tenir compte de la réalité du père. Que reste-t-il à faire pour reconnaître pleinement la paternité? Catherine Perrin en discute avec Raymond Villeneuve, directeur du Regroupement pour la valorisation de la paternité, Francine de Montigny, directrice générale de l'Initiative Amis des pères au sein des familles, Diane-Gabrielle Tremblay, auteur du livre Les pères et la prise du congé parental ou de paternité : une nouvelle réalité, et Alexandre Courteau, animateur à ICI Musique et père de trois enfants. 
 
Difficile à cerner 
« Dans le programme national de santé publique, au Québec, il y a 25 fois le mot mère, et 0 fois le mot père, déplore Raymond Villeneuve. Dans les lois, il n'y a aucune discrimination. Cependant, beaucoup de pères racontent des expériences négatives. Mais on manque de données. Je ne peux pas dire où est le bobo. C'est difficile à cerner. » 
 
Besoin d'une réflexion différente 
« Les pères ont besoin d'être reconnus. Ce n'est souvent pas fait parce que le réflexe est souvent de parler directement à la femme, souligne Francine de Montigny. Les mères aussi doivent apprendre à réfléchir sur cet espace-là différemment. » 
 
Des animaux rares 
« Si un père participe à une activité, on le traite comme un animal rare, remarque Diane-Gabrielle Tremblay. Dans plusieurs lieux, ils ne sont pas tout à fait au naturel. On s'attend à ce que ça soit les femmes dans l'organisation des ressources humaines. » 
 
Une ouverture 
Alexandre Courteau, qui vient tout juste d'accueillir son troisième enfant, n'a pour sa part jamais senti que les pères n'étaient pas assez valorisés, ou si peu. « Quand je vais au parc, j'amène ma fille dans le vestiaire des hommes, et il y a beaucoup d'hommes qui font de même », souligne-t-il.  
 
Il précise qu'à la naissance de son premier enfant l'hôpital lui avait manqué de respect et il s'en est plaint. « Ils ont changé le protocole. Quand le personnel discutait avec les parents, je sentais qu'on s'adressait à moi aussi. Je trouvais chouette qu'on prenne ce temps-là, chose qu'on ne faisait pas avant. Il y a une ouverture. »


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

10 avril 2017

Plaidoyer pour un meilleur diagnostic de la maladie de Lyme au Canada

10 avril 2017

La crise de l'emploi, préoccupation majeure pour les Français

10 avril 2017

Dépôt cette semaine du projet de loi fédéral sur la légalisation de la marijuana

7 avril 2017

Frappes en Syrie : l'absence de consultation avec les alliés inquiète

6 avril 2017

Pepsi : vie et mort d'une publicité catastrophique

5 avril 2017

Danielle Ouimet dévoile ce qui menace les entreprises