ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Cinéma

Uranium PQ, un débat sur l'exploitation minière ou une guerre de communication féroce

Le mercredi 23 janvier 2013

L'autobus du groupe Sept-Îles sans uranium
L'autobus du groupe Sept-Îles sans uranium

Le festival du film de Sept-Îles, Ciné7, présente en première, ce soir, le documentaire Uranium PQ, de Stanley Brown. Le réalisateur sera présent en Minganie, où il a recueilli pendant plus de 18 mois les réactions des opposants à l'exploitation de l'uranium, comme celles favorables à l'industrie minière. Catherine Perrin en parle avec le réalisateur. Elle a également invité Louis Aucoin d'Octane stratégie pour analyser les opérations de communication utilisées par les deux camps. 
 
Au début de la réalisation du documentaire, Stanley Brown ne pouvait prendre position. Il est allé chercher les points de vue des camps, ceux qui sont pour l'industrie de l'uranium et ceux qui sont contre. « Il y a eu une campagne des médecins contre l'uranium qui a énormément changé la donne dans le débat. »  
 
Selon Louis Aucoin, il y a une course à la cristallisation. «  La population se fait une idée, une opinion. Les stratèges en communication doivent se dépêcher pour convaincre rapidement la population. La compagnie qui désire exploiter l'uranium a ciblé le mauvais objectif pour faire sa campagne. »


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

25 août 2016

Nitro rush : une pâle copie des films d'action américains, selon Georges Privet

19 août 2016

Cinéma en ligne : des solutions de rechange à Netflix et à iTunes

19 août 2016

Les cowboys : un film sur la radicalisation à demi-réussi selon Helen Faradji

17 août 2016

9, le film : la difficulté de communiquer selon neuf réalisateurs

12 août 2016

Blood Father : retour intéressant de Mel Gibson, selon nos critiques

5 août 2016

Mon ami Dino : un portrait intelligent selon nos critiques