ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223
24
2526
27
28
29
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 24 février 2016


International

Enlevée par Boko Haram : le terrifiant parcours d'une ex-otage

Jeunes filles secourues des mains de Boko Haram par des soldats nigérians, en mai 2015
Jeunes filles secourues des mains de Boko Haram par des soldats nigérians, en mai 2015     Photo : Getty/AFP/EMMANUEL AREWA

Le livre de la journaliste Mina Kaci relate l'enlèvement par le groupe islamiste d'Assiatou, une jeune Nigériane de 14 ans. Pourtant déjà pieuse, elle a été prise avec une quarantaine d'autres adolescentes pour être soumise à un apprentissage intensif du Coran, mariée de force et violée. Après 45 jours, elle a réussi à s'échapper. Mina Kaci explique à Catherine Perrin que tout au long de son calvaire, la jeune fille n'a pas compris pourquoi Boko Haram utilise la religion pour commettre ses méfaits. 
 
Mina Kaci a fait la connaissance d'Assiatou lors d'un reportage au Niger sur le travail des Nations unies auprès de la population locale. « Il a fallu du temps pour gagner sa confiance, mais surtout pour la gagner jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'à ce qu' Assiatou puisse me parler de l'innommable : les viols qu'elle a subis de la part de celui qu'elle appelle "le criminel", qu'on lui a présenté comme étant son mari », relate-t-elle. 
 
L'islam déchiré 
« C'était l'occasion de montrer concrètement que ce sont en priorité les populations de confession musulmane qui subissent le terrorisme dans le monde, dit également la journaliste. Il faut savoir qu'il y a un combat au sein même de l'islam. Il y a ceux qui veulent effectivement imposer cette théocratie, cet islam politique, et ceux qui veulent que la religion reste du domaine privé, exactement comme Assiatou, sa famille et la majorité des gens de confession musulmane dans le monde. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Enlevée par Boko Haram sur le web

Arts et culture

Parconaute : Olivier Morin au royaume des parcs thématiques inusités

Olivier Morin
Olivier Morin     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Hantés, recréant les conditions de travail des prisonniers soviétiques, peuplés de sirènes... Il y a dans le monde des parcs thématiques autrement plus extravagants que La Ronde ou Disneyland, et la nouvelle série documentaire animée par Olivier Morin nous les fait découvrir. Le comédien et animateur explique à Catherine Perrin en quoi cet univers peu connu renvoie à des mythologies oubliées. 
 
Bande-annonce de Parconaute 
 
 
Parconaute sera diffusée le mardi à 19 h sur TV5 à partir du 1er mars. 
 
Olivier Morin participera à l'événement Théâtre à relire, consacré à l'oeuvre de Jean-Claude Germain, le 26 février à la Grande Bibliothèque, à Montréal. 
 
Il fera également partie de la distribution de la pièce Diablogues, présentée du 29 mars au 23 avril au Théâtre du Rideau Vert.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Parconaute sur le web
HYPERLIEN - Olivier Morin sur le web
HYPERLIEN - Olivier Morin sur Twitter

Arts et culture

Fredy : une pièce de théâtre revisite l'affaire Villanueva

Marc Beaupré, Iannicko N'Doua et Alice Pascual
Marc Beaupré, Iannicko N'Doua et Alice Pascual     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La nouvelle pièce d'Annabel Soutar (Grain(s), Sexy béton) traite de la mort d'un adolescent sous les balles de policiers à Montréal-Nord, en 2008. Était-ce bien un accident ou le produit d'un racisme institutionnel? Le metteur en scène Marc Beaupré et les comédiens Iannicko N'Doua et Alice Pascual expliquent à Catherine Perrin qu'ils cherchent à provoquer une réflexion sans imposer de lecture des événements. 
 
Présentation vidéo de Fredy par Annabel Soutar 
 
 
La pièce Fredy sera présentée du 1er au 26 mars à La Licorne, à Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Fredy sur le web

Arts et culture

Le graffiteur montréalais FONKi retrouve ses racines cambodgiennes

FONKi
FONKi     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Né de parents khmers, réfugiés du génocide cambodgien des années 1970, FONKi fait l'objet du documentaire Retour aux sources, présenté hier aux Rendez-vous du cinéma québécois, ainsi que de la websérie documentaire FONKi World, sur l'art de rue. Dans Retour aux sources, l'artiste retourne au Cambodge pour réaliser une murale en hommage à sa famille. FONKi explique à Catherine Perrin comment la culture cambodgienne s'est infiltrée dans son art. 
 
Né en France, FONKi a tout su de l'histoire trouble du Cambodge par ses parents. Dans ses murales, il mêle aujourd'hui son propre style de lettrage aux codes ornementaux traditionnels du Cambodge, et signe chaque œuvre d'un sourire (le Cambodge est surnommé « pays des sourires »). 
 
Bande-annonce de Retour aux sources 
 
 
Il ne rougit pas d'être établi et d'avoir de véritables clients pour son travail, même si le graffiti tire une partie de son prestige de son illégalité. « Pendant un moment, ça faisait peur, mais ça s'est fait assez graduellement. Les graffiteurs de la génération avant moi – les pionniers du graffiti, avec qui j'ai la chance de travailler avec le collectif A'SHOP, par exemple – ont démocratisé cet art et ont fait ce virage plus commercial, qui permet de se faire de l'argent et de se faire respecter, aussi. Donc, je n'ai pas eu à défoncer de portes. [...] J'ai commencé illégalement et ai continué la pratique pure du graffiti en retournant au Cambodge. Ce retour était en phase avec l'école pure et dure du graffiti, à laquelle j'ai adhéré pendant les 7 premières années de ma pratique. »  
 
Le documentaire Retour aux sources est offert en visionnement gratuit sur le site d'Unis TV.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - FONKi World sur le web
HYPERLIEN - Retour aux sources sur le web
HYPERLIEN - Retour aux sources sur le site d''Unis TV
HYPERLIEN - FONKi sur le web
HYPERLIEN - FONKi sur Facebook

Science et technologie

Une application pour détecter les tremblements de terre

Sismographe en action
Sismographe en action     Photo : iStock/Furchin

Cette semaine, au bureau des études, la journaliste scientifique Raphaëlle Derome nous parle, entre autres, d'une nouvelle application pour téléphones intelligents qui peut détecter les tremblements de terre ainsi que du lien entre le poids et la perception des distances. 
 
Références des sujets traités 
 
MyShake : l'application pour téléphones intelligents qui détecte les tremblements de terre – Article dans Science Advances 
 
Notre poids influence notre perception des distances – Article dans ScienceDirect 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Raphaëlle Derome sur le site de l’AJIQ

Arts et culture

Caroline Dhavernas : la vie après les États-Unis

Caroline Dhavernas
Caroline Dhavernas     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La comédienne est Liza Gilbert dans la nouvelle adaptation cinématographique de la légende Chasse-galerie. Elle est aussi dans la série Blue Moon, produite par Fabienne Larouche. Après avoir beaucoup travaillé aux États-Unis, notamment dans la série Wonderfalls, la fille des comédiens Michèle Deslauriers et Sébastien Dhavernas se plaît à renouer avec le Québec. Elle explique à Catherine Perrin pourquoi elle n'est plus prête à tous les sacrifices pour vivre le rêve américain. 
 
Maintenant qu'elle s'est départie de son appartement new-yorkais, la comédienne ne dit pas non au travail à l'étranger, mais privilégie les contrats qui ne la tiendront pas éloignée trop longtemps de ses proches. « J'aime le travail, mais ça fait longtemps que je travaille. Ça va faire 30 ans que je fais ce métier-là, et j'ai vraiment envie qu'il me rende encore heureuse, affirme-t-elle. Je n'ai pas envie de me réveiller un jour et de me dire : "Je n'aime plus ce métier". C'est un métier qui est trop magique pour qu'on devienne blasé, alors j'ai envie de faire des choix qui vont me donner l'occasion d'être heureuse. » 
 
Bande-annonce de Chasse-galerie 
 
 
Le film Chasse-galerie prend l'affiche le 26 février.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Chasse-galerie sur le web

Société

Vancouver, championne de la qualité de vie en Amérique du Nord

Vue de la ville de Vancouver
Vue de la ville de Vancouver     Photo : iStock

La 18e enquête Mercer sur la qualité de vie dans les grandes villes du monde consacre Vancouver comme ville où il fait le meilleur vivre en Amérique du Nord. L'étude est menée chaque année pour aider les multinationales à établir une rémunération équitable pour les employés affectés à l'étranger. Vancouver est classée cinquième sur le palmarès global, devant Toronto, alors que des villes européennes, comme Vienne, trônent au sommet. Evelyne Charuest, journaliste et animatrice pour Radio-Canada en Colombie-Britannique, discute du palmarès avec Catherine Perrin.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Palmarès Mercer 2016 sur la qualité de vie sur le web
HYPERLIEN - Evelyne Charuest sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223
24
2526
27
28
29
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant