ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
1516
17
1819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 17 février 2016


Société

Affaire Jutra : une enquête nécessaire

Les révélations contenues dans livre <em>Claude Jutra</em> d'Yves Lever ont suscité de nombreuses réactions dans le monde du cinéma et provoqué des remous médiatiques sans précédent.
Les révélations contenues dans livre Claude Jutra d'Yves Lever ont suscité de nombreuses réactions dans le monde du cinéma et provoqué des remous médiatiques sans précédent.     Photo : CBC

Les confidences du dénommé Jean (nom fictif) dans La Presse de ce matinviennent répondre aux questions suscitées par la biographie d'Yves Lever sur Claude Jutra : le défunt cinéaste aurait bel et bien été pédophile. Michel Dorais, sociologue de la sexualité, explique à Catherine Perrin pourquoi il trouve le geste de Jean courageux, mais pourquoi une enquête demeure nécessaire. 
 
« C'est infiniment triste l'histoire qu'on lit, ce monsieur qui vit dans la honte. C'est terrible », observe Michel Dorais. Selon lui, la révélation est une chose positive. « Il faut avancer avec des faits quand on parle de cela. Je vais aller plus loin : il devrait y avoir une enquête policière. Même si la personne est morte. Est-ce qu'il y a eu des complicités, des silences complices? Je pense qu'on devrait pousser encore plus loin. » 
 
Encourageant 
En lisant le témoignage de Jean dans La Presse, le spécialiste a reconnu des similarités avec des cas qu'il a étudiés. Il croit que ces révélations encourageront d'autres victimes à dénoncer ou à chercher de l'aide, y compris des victimes du même agresseur. « Souvent, dans une affaire comme celle-là, quand il y a une personne qui parle, d'autres suivent, on peut presque en être certain... Si jamais il y a d'autres victimes. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - « Une victime de Claude Jutra témoigne: des attouchements dès 6 ans » dans La Presse
HYPERLIEN - Claude Jutra : biographie sur le web
HYPERLIEN - Michel Dorais sur le site de l’Université Laval

Arts et culture

Marc Labrèche de retour avec Info, sexe et mensonges

March Labrèche
March Labrèche     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'animateur bien connu sera de retour cet automne sur ICI Radio-Canada Télé avec un nouveau concept, à mi-chemin entre le bulletin de nouvelles satirique et l'émission de variétés. Il s'agira de sa première aventure télévisuelle depuis Les bobos. Marc Labrèche décrit ses intentions pour cette nouvelle émission et explique sa définition de la fête, maintenant qu'il est dans la force de l'âge.

Cinéma

Race : la filière québécoise d'un film sur la vie de Jesse Owens

Dominique Séguin, Louis-Philippe Rochon et Daniel St-Hilaire
Dominique Séguin, Louis-Philippe Rochon et Daniel St-Hilaire     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le nouveau film de Stephen Hopkins (24) porte sur la vie d'un coureur noir sacré champion du 200 m aux Jeux olympiques de Berlin, en 1936, en plein régime nazi. Louis-Philippe Rochon et Dominique Séguin ont produit cette coproduction France-Allemagne-Canada, tandis que Daniel St-Hilaire, entraîneur professionnel en athlétisme, a servi de conseiller principal pour ce film. Ils parlent à Catherine Perrin des défis à relever pour recréer la course telle qu'elle était pratiquée dans les années 1930, ainsi que pour illustrer les répercussions historiques de l'exploit de Jesse Owens. 
 
Bande-annonce de Race 
 
 
Le film Race prend l'affiche le 19 février.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Race sur le web
HYPERLIEN - Race sur Facebook

Société

Drogues récréatives : comment l'humain a acquis le goût de l'évasion

Des jeunes fumant de la marijuana
Des jeunes fumant de la marijuana     Photo : Associated Press/Brennan Linsley

La légalisation projetée de la marijuana a pris une place de choix sur le devant de la scène politique depuis l'arrivée au pouvoir de Justin Trudeau, l'automne dernier. Le magazine The Economist y consacre également un dossier cette semaine. La psychologue Rachida Azdouz, l'historien André Champagne et la sociologue Valérie Harvey expliquent à Catherine Perrin les raisons qui poussent l'humain à consommer des drogues, ainsi que la place changeante des substances récréatives au fil du temps. 
 
De l'opium au pub 
André Champagne rappelle que jusqu'au 19e siècle, la société ne voyait pas les drogues comme néfastes. En Angleterre, on pouvait se procurer de l'opium dans les pubs, tandis qu'aux États-Unis, il n'y avait qu'à en commander par la poste. La reine Victoria était par ailleurs férue de haschisch. « En réalité, la dangerosité a vraiment été remarquée, analysée, perçue à partir de la fin du 19e siècle, lorsqu'on a commencé à réglementer la pharmacie, explique-t-il. Ça a pris le triomphe de l'esprit scientifique et académique pour réglementer. » 
 
Rôles sociaux nombreux 
Valérie Harvey souligne que la perception sociale des substances récréatives n'a que peu de lien avec le danger qu'elles représentent. Un rapport du gouvernement français datant de 1998 classe l'alcool dans la même catégorie que l'héroïne alors que la marijuana, elle, est classée parmi les drogues les moins dangereuses. La sociologue énumère également les différents rôles sociaux de l'usage de la drogue : pour modifier son rapport au monde, pour vivre en paix, pour fins thérapeutiques ou pour faciliter la conformité aux normes sociales. Elle cite Jean-Jacques Pin : « Ça permet à l'individu de se fondre dans la société en échappant à l'angoisse née de l'incapacité de répondre aux questions que lui posaient le monde. » 
 
Encadrer ou interdire? 
Rachida Azdouz revient sur les trois types de consommation de drogue d'un point de vue psychologique (usage, abus et dépendance) et décrit les motivations des partisans de l'encadrement comme celles des partisans de l'interdiction totale. « Ceux qui favorisent l'encadrement utilisent l'argument psychanalytique de Freud, comme quoi la transgression est source de plaisir. Donc interdire, c'est automatiquement favoriser la transgression, indique-t-elle. Mais on retrouve aussi les tenants de l'utilité identitaire : [...] un individu appartient à un groupe bien défini et il a intérêt à s'ancrer dans ce groupe en adoptant des attitudes qui vont parfois à l'encontre de son intérêt. »

Musique

Simple Plan assume son âge avec Taking One for the Team

Pierre Bouvier et Charles Comeau
Pierre Bouvier et Charles Comeau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le groupe montréalais lance vendredi son cinquième album en carrière. Celui-ci arrive au moment où le groupe souligne son quinzième anniversaire, que ses membres sont désormais pères de famille et que l'industrie du disque poursuit son déclin de plus belle. Le chanteur Pierre Bouvier et le batteur Charles Comeau, tous deux à la tête du groupe, expliquent à Catherine Perrin comment ces facteurs influencent la musique de Simple Plan. 
 
Vidéoclip d'I Don't Wan't to Go to Bed de Simple Plan (avec Nelly) 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Simple Plan sur le web
HYPERLIEN - Simple Plan sur Facebook

International

Un Kurde et une Russe décortiquent le conflit syrien

Ludmila Proujanskaïa et Huseyin Akyol
Ludmila Proujanskaïa et Huseyin Akyol     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La crise en Syrie s'envenime et se complexifie avec le bombardement des positions kurdes par la Turquie, qui menace de laisser passer les réfugiés vers l'Europe et qui s'oppose également à Moscou. Les Turcs luttent pourtant contre le groupe armé État islamique, mais ses agissements renforcent l'organisation terroriste. Huseyin Akyol, avocat montréalais d'origine kurde, et Ludmila Proujanskjaïa, traductrice d'origine russe, expliquent à Catherine Perrin ce qu'ils comprennent des récents développements. 
 
La Turquie et le problème kurde 
« L'armée turque est opposée aux Kurdes qui vivent dans l'Est [de la Turquie], indique Huseyin Akyol. La Turquie, sous prétexte d'éliminer le terrorisme, est en train de tuer des civils. Il y a beaucoup de villes dans l'est de la Turquie qui sont sous couvre-feu, en ce moment, et on n'en parle pas beaucoup. Chaque jour, il y a des morts. L'autre jour, dans le sous-sol d'une maison, 60 civils ont été massacrés. Personne n'en a parlé. La Turquie met toujours ça sur le compte du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation terroriste, mais ce n'est pas le cas. »  
 
Selon l'avocat, la Turquie espère endiguer l'avancée kurde, qui occupe déjà des territoires à sa frontière. « Lorsque ces territoires étaient contrôlés par l'État islamique, Al-Qaïda, ou al-Nosra, la Turquie n'était pas dérangée. Lorsque les Kurdes prennent ces territoires-là, la Turquie bombarde. » 
 
La Russie joue son influence 
Ludmila Proujanskjaïa rappelle que la Russie a longtemps été l'alliée de la Turquie, mais que la destruction d'un avion russe par la Turquie, en novembre dernier, a tout changé. « Depuis ce moment, les deux leaders semblent ne pas vouloir se parler, les deux s'accusent mutuellement de ne pas vouloir dialoguer, dit-elle. La Russie participe activement aux hostilités en Syrie. Il faut quand même rappeler que depuis l'invasion de l'Afghanistan, en 1979, jamais la Russie n'avait participé aux hostilités militaires à l'extérieur de son ex-pays. C'est très significatif. »  
 
La Russie souhaite par ailleurs le maintien du régime de Bachar al-Assad. « La Russie possède l'unique base militaire qui reste en Méditerranée. Elle a perdu toutes ses bases et l'influence qu'elle avait à l'époque soviétique, alors elle y tient. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L''armée turque bombarde des positions kurdes en Syrie sur ICI Radio-Canada.ca

Science et technologie

Les marques de morsures insuffisantes pour identifier un suspect

Les marques de morsure constituent une preuve insuffisante pour reconnaître un suspect selon des experts.
Les marques de morsure constituent une preuve insuffisante pour reconnaître un suspect selon des experts.     Photo : iStock

Cette semaine, au bureau des études, les journalistes scientifiques Jean-François Bouthillette et Raphaëlle Derome nous parlent, entre autres, des preuves insuffisantes que sont les marques de morsure en médecine légale ainsi que de la forte proportion de climatosceptiques dans le corps enseignant aux États-Unis. 
 
Références des sujets traités 
 
Les marques de morsures jugées pas assez fiables pour identifier un suspect – Rapport du National Criminal Justice Reference Service 
 
Les climatosceptiques bien représentés dans le corps enseignant américain – Article dans Science 
 
La privation de sommeil rend les gens plus susceptibles de faire de fausses confessions – Article dans Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America  
 
Comment traiter avec les climatosceptiques et les antivaccins sans les braquer – Article sur le site du congrès annuel de l'Association américaine pour l'avancement des sciences 
 
Bande-annonce du film Climatosceptiques : la guerre du climat 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Raphaëlle Derome sur le site de l’AJIQ
HYPERLIEN - Jean-François Bouthillette sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
1516
17
1819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant