ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
16
17181920
21
22
2324252627
28
29
30
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 16 juin 2014


Politique

Véronique Hivon, la députée des dossiers sans partisanerie

Véronique Hivon
Véronique Hivon     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

Le jeudi 5 juin, 94 députés de l'Assemblée nationale se sont levés un à un pour appuyer le projet de loi 52 concernant les soins de fin de vie. Après plus de quatre ans de travail, le Québec est alors devenu le premier endroit au pays à autoriser l'aide médicale à mourir. Ce vote historique marque la fin d'un débat mené de front par la députée péquiste Véronique Hivon, devenue au fil des années le visage public de ce dossier. La députée de Joliette résume son expérience comme un marathon, avec toutes sortes de rebondissements. 
 
« De rendre non partisan le dossier d'autoriser l'aide médicale à mourir a été plus une épreuve de fond qu'un combat. Il faut souligner que le statut non partisan de ce dossier a été unique dans notre système parlementaire. Il y a eu un alignement des astres. Grâce au courage des gens de partout au Québec, on a pu avoir un débat. On a souhaité une participation citoyenne et on l'a eue. Il y a eu beaucoup de générosité des gens. Il y a aussi eu une belle implication des professionnels, comme les avocats, les médecins et les infirmières qui se sont prononcés. J'ai décidé de m'impliquer dans ce dossier, car il y a eu des cas personnels qui m'ont touchée. Les questions d'éthique en santé ont suscité mon intérêt depuis mes études en droit. »  
 
Aujourd'hui, l'ancienne ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse se trouve du côté de l'opposition. Elle est désormais porte-parole de l'opposition officielle en matière de culture, de communications, d'enseignement supérieur, de recherche et de soins de fin de vie. Malgré tout, la députée de Joliette veut se consacrer à plusieurs dossiers, comme l'autisme et l'itinérance, qui pourraient solliciter des votes sans partisanerie.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Projet de loi n°52 : loi concernant les soins de fin de vie

Musique

Marie-Nicole Lemieux entre Saint-Irénée et Salzbourg

Marie-Nicole Lemieux
Marie-Nicole Lemieux     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

La vie se déroule à une vitesse folle pour la contralto Marie-Nicole Lemieux. À peine descendue de l'avion, elle repart le 24 juin pour Salzbourg. « Je fais une saucette au Québec. » Elle fait un saut pour passer quelques jours à Saint-Irénée. Pour rien au monde elle ne voudrait rater le Festival international du Domaine Forget. Elle en est d'ailleurs l'ambassadrice, pour une troisième année consécutive. Elle fait une halte dans le studio pour nous parler de son été tout coloré.  
 
Marie-Nicole Lemieux est au sommet de sa forme vocale. « À mon âge, la voix de contralto commence à prendre une belle maturité. » Elle fait des concerts aux quatre coins de la planète, mais elle doit toujours revenir à la base et travailler sur sa voix. « Une fois par mois, il faut se poser et s'exercer. »  
 
Samedi prochain commencera le 36e Festival international du Domaine Forget à Saint-Irénée dans la région de Charlevoix, qui se tiendra jusqu'au 24 août. Pour le week-end d'ouverture, Marie-Nicole Lemieux sera de deux rendez-vous : samedi soir, en compagnie des Violons du Roy et du flûtiste français Emmanuel Pahud et dimanche, en compagnie cette fois de la pianiste de jazz Lorraine Desmarais et du saxophoniste Yannick Rieu. Elle y interprétera des classiques d'inspiration jazz.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Marie-Nicole Lemieux sur le web
HYPERLIEN - Festival international du Domaine Forget

Arts et culture

Les Zouvi : comédiens de père en fils

Les comédiens Frédéric Millaire Zouvi et Alain Zouvi
Les comédiens Frédéric Millaire Zouvi et Alain Zouvi     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

Au lendemain de la fête des Pères, Catherine Perrin reçoit un beau duo de père et fils, celui d'Alain Zouvi et de Frédéric Millaire Zouvi. Cet été, le père dirige Fédéric dans une pièce de théâtre, Mission séduction. Alain Zouvi reprendra son chapeau de metteur en scène pendant que son fils Frédéric sera sur scène. « J'adore quand il est là, je suis heureux de l'avoir avec moi. Au théâtre, on n'a pas une relation père-fils, c'est plutôt metteur en scène et comédien. Mais, au travail, je l'appelle, malgré tout, "fils" », explique le père fier.  
 
Mission séduction, une comédie de Sophie Clément, mise en scène par Alain Zouvi, sera présentée du 12 juin au 30 août au Théâtre Saint-Sauveur.

Arts et culture

Deborah de Robertis : l'origine du monde au naturel

«L'origine du monde» de Gustave Courbet
«L'origine du monde» de Gustave Courbet     Photo : Pascal Guyot /AFP/Getty Images

Deborah de Robertis, une artiste luxembourgeoise, s'est fait récemment remarquer au musée d'Orsay, à Paris. Le 29 mai dernier, elle a dévoilé son sexe devant le célèbre tableau de Gustave Courbet L'origine du monde. « Ce geste n'a pas été improvisé, il n'est pas intime non plus, il est plutôt public. Dans ce cas, la nudité est un vêtement, car elle est en public et non dans l'intimité. » La démarche artistique de cette jeune femme de 30 ans a fait depuis beaucoup réagir. Catherine Perrin a joint l'artiste dans notre studio à Paris.  
 
Lorsque Deborah de Robertis s'est assise devant la toile, elle n'avait pas averti personne. Elle portait une robe dorée qui invoquait le cadre de la toile de Courbet. Ce qui l'intéressait dans ce geste, ce n'était pas le regard que l'on pose sur elle. « Je voulais renvoyer le regard à celui qui regarde mon geste. »  
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - À regarder sur la page Viméo de «L'essentiel» : Jambes écartées devant L'Origine du monde

Société

La chaire des genres : les magazines masculins, la paternité et la stigmatisation des salopes

Couverture du magazine «Esquire»
Couverture du magazine «Esquire»

Le sociologue de l'Université Concordia Marc Lafrance se penche sur la presse masculine d'aujourd'hui en analysant le numéro spécial d'été 2014 d'Esquire. Il en profite aussi pour commenter l'article sur la paternité publié dans ce magazine pour hommes américain, qui insiste sur un modèle de la famille traditionnelle. Aurélie Lanctôt, blogueuse au journal Voir, s'intéresse à une étude sur le slut-shaming ou la stigmatisation des salopes. La recherche exhaustive de cinq ans avance que le fait de juger le comportement sexuel des femmes inciterait à imposer une étiquette de classes sociales sur ces dernières. Plus la femme est jugée par rapport à ses activités sexuelles, plus elle est considérée provenant d'une classe sociale inférieure.

Société

L'agenda de la semaine : oléoducs et la victime de la mode du 19e siècle

Trois observateurs de l'actualité culturelle et politique, l'ancien journaliste Daniel Lessard, le chroniqueur David Desjardins, ainsi que le chroniqueur Pierre Thibeault, tendent leurs antennes pour capter ce qui sera à surveiller cette semaine. 
 
Diane Kruger : une histoire bouleversante qui agite notre époque : 
 
Source : YouTube/United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR)

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Journée mondiale des réfugiés
HYPERLIEN - Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse
HYPERLIEN - Site du musée Bata : l'exposition Fashion Victims : The Pleasures and Perils of Dress in the 19th Century
HYPERLIEN - À consulter : dossier spécial sur l'exploitation des ressources pétrolières « Or noir à vendre »

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
16
17181920
21
22
2324252627
28
29
30
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant