ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 
(en rediffusion à 21 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
11
12131415
16
17
1819202122
23
24
25262728
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 11 février 2013


Société

L'agenda de la semaine : Agnès Maltais à Ottawa, Lady Gaga et le chaos tunisien

La chanteuse Lady Gaga.
La chanteuse Lady Gaga.

Nos trois observateurs de l'actualité culturelle et politique tendent leurs antennes pour capter ce qui sera à surveiller cette semaine. Daniel Lessard prédit la rencontre à venir de la ministre provinciale Agnès Maltais avec le gouvernement Harper. Pénélope McQuade parle de la grande visite américaine qui s'arrête à Montréal ce soir, Lady Gaga. David Desjardins jette un coup d'oeil à la situation en Tunisie.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Daniel Lessard sur le web
HYPERLIEN - Compte Twitter de David Desjardins
HYPERLIEN - Compte Twitter de Pénélope McQuade

International

Le désespoir des femmes en Inde

M. Jean-François Bigras, propriétaire d'immeuble et enseignant en finance, et Mme Brigitte Aubé, conseillière en économie sociale.
M. Jean-François Bigras, propriétaire d'immeuble et enseignant en finance, et Mme Brigitte Aubé, conseillière en économie sociale.

Brigitte Aubé et Jean-François Bigras ont vu de près le désarroi qui habite bien des femmes indiennes. Lors d'un voyage d'écotourisme en Inde, les deux Montréalais logeaient chez une mère de famille qui s'est immolée par le feu peu de temps après leur arrivée. Ils nous expliquent les causes et la signification de ce geste désespéré. Pénélope McQuade, qui rentre elle aussi de l'Inde, se joint à la discussion. 
 
Mme Aubé et M. Bigras avaient arrangé leur voyage avec une organisation non gouvernementale (ONG) qui verse une aide aux familles hébergeant des voyageurs. Mais la dame qui accueillait le couple montréalais était privée de cet argent par un mari abusif.  
 
Accueil agréable, premier contact positif... Les Bigras-Aubé n'ont décelé aucun problème à leur arrivée, mais la découverte de leur hôtesse grièvement blessée quelques heures plus tard a levé le voile sur la situation précaire de la dame. 
 
« La présence de voyageurs est somme toute positive pour eux, mais le modèle plus égal et participatif du couple qu'on leur montre peut aussi faire remonter leurs souffrances à la surface », souligne Mme Aubé.  
 
Le couple n'a pas pour autant perdu le goût de l'Inde. Selon les Bigras-Aubé, il faut consolider les liens avec ce pays pour que la jeune génération ait envie de s'éduquer.  
 
« Il faut maintenir une présence là-bas, ne serait-ce que pour les enfants. Car c'est par eux que le changement arrivera », note Mme Aubé.

EN COMPLÉMENTAUDIO - Brigitte Aubé et Jean-François Bigras racontent leur voyage en Inde

Société

Peut-on se passer des pesticides?

La journaliste et réalisatrice Marie-Monique Robin.
La journaliste et réalisatrice Marie-Monique Robin.

À l'occasion de la diffusion cette semaine du documentaire Les moissons du futur, qui a également fait l'objet d'un livre, nous recevons l'auteure de l'enquête, la journaliste Marie-Monique Robin. Selon elle, il existe des solutions de rechange à l'utilisation massive des pesticides. Elle décrit quelques systèmes qui pourraient être appliqués en agriculture. 
 
Responsable des documentaires-choc Le monde selon Monsanto (2008) et Notre poison quotidien (2011), Mme Robin a voulu démontrer les possibilités de l'agroécologie après avoir entendu les propos d'un ministre de l'Agriculture et d'un représentant de l'industrie agroalimentaire sur les ondes d'une grande émission de télé. Ceux-ci déclaraient que les pesticides étaient une nécessité incontournable. 
 
Or, selon Mme Robin, des techniques paysannes répandues dans plusieurs pays démontrent qu'il est possible d'agir autrement. Par exemple en introduisant d'autres variétés de semences dans les plantations. 
 
« Pour moi, le plus gros mensonge de l'industrie chimique, c'est de dire qu'on ne peut pas nourrir le monde sans les pesticides, soutient-elle. Il va falloir changer de cap, repenser une agriculture en fonction des changements climatiques. »

EN COMPLÉMENTAUDIO - Marie-Monique Robin nous parle des Moissons du futur
HYPERLIEN - Le site de Marie-Monique Robin
HYPERLIEN - La fiche du documentaire Les moissons du futur sur le site de la chaîne Arte

Société

Qui est à l'appareil... Denise Verreault

Cellulaire-general- photo
Cellulaire-general- photo

Un téléphone cellulaire circule sur la place publique, d'auditeur en auditeur, certains connus, d'autres moins. Chaque semaine, l'animatrice compose le numéro sans savoir qui répondra. La semaine dernière, elle a parlé avec Nicolas Falcimaigne. Ce dernier a par la suite donné l'appareil à Denise Verreault.

EN COMPLÉMENTAUDIO - Qui est à l'appareil du 11 février 2013

Santé

Denise Bombardier vieillit avec grâce

La journaliste et romancière Denise Bombardier.
La journaliste et romancière Denise Bombardier.     Photo : ©Radio-Canada/Olivier Lalande

Denise Bombardier a eu 72 ans le 18 janvier dernier. On l'a connue comme journaliste et romancière, mais voici qu'elle entreprend d'aider les gens à mieux vieillir. Dans le livre Vieillir avec grâce, elle s'associe au docteur en physiologie et endocrinologie Éric Dupont pour donner des conseils pour un vieillissement harmonieux, tant sur le plan physique que mental. 
 
Selon la communicatrice, vieillir est un phénomène inévitable qu'on peut néanmoins encadrer si on le désire. Tout est question d'attitude. Le travail, notamment, permet pour elle de freiner le vieillissement.  
 
La chirurgie esthétique est également une option honorable. Elle y a elle-même eu recours à plusieurs reprises. Elle encourage toutefois la retenue. 
 
«Il ne faut pas s'entêter au point de croire qu'on peut arrêter le vieillissement. Ce qu'il faut, c'est aménager l'âge, lance-t-elle. Il ne faut pas se laisser aller, c'est tout ce que je dis! Tant qu'on est en vie, il ne faut pas démissionner de la vie.» 
 
Interrogée par Catherine Perrin au sujet des allégations de plagiat dont elle a déjà fait l'objet, elle réitère son innocence et son agacement à propos de cette question. 
 
Elle parle également de son prochain projet de livre, dont la publication est prévue pour l'an prochain.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Fiche du livre Vieillir avec grâce sur le site des Éditions de l'Homme

Arts et culture

Pour une reconnaissance des éducateurs musicaux

La chanteuse et violoncelliste Jorane.
La chanteuse et violoncelliste Jorane.

Hier, à la remise des prix Grammy, le chanteur Justin Timberlake a annoncé en ondes la création d'un nouveau prix à l'intention des professeurs de musique. Devrait-on faire de même au Québec? La chanteuse Jorane croit que oui. Elle nous décrit le rôle qu'un éducateur musical a dans la vie d'un musicien. 
 
Jusqu'au 15 avril, le public américain est invité à voter pour déterminer le lauréat du premier prix Music Educator Award. Celui-ci sera attribué pour la première fois lors de la prochaine remise des Grammys, en 2014. 
 
Jorane, titulaire d'une formation musicale en guitare au cégep, puis en violoncelle à 18 ans, soutiendrait une initiative semblable pour le Gala de l'ADISQ.  
 
Selon elle, derrière chaque grand musicien, il y a un grand professeur.  
 
« Ce sont eux qui sont à la base de notre persévérance, de notre motivation, de notre confiance en nous! Oui, ça prend de la persévérance, mais ça prend d'abord un professeur qui va nous dire : "t'es capable"! », dit-elle.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le site de Jorane

Société

Les intervenants en santé et service sociaux sont au bout du rouleau

Les éducateurs spécialisés Julie Lefebvre, Cathy Raymond et Sébastien Dupuis.
Les éducateurs spécialisés Julie Lefebvre, Cathy Raymond et Sébastien Dupuis.

La vie des travailleurs auprès des personnes en trouble de comportement n'est pas un long fleuve tranquille. Les cas sont souvent lourds, nombreux, et l'augmentation de la médication et la multiplication des troubles au cours de la dernière décennie ont mené à une surcharge. La CSN fait présentement campagne pour sensibiliser le public et le gouvernement à la réalité des intervenants. Nous en discutons avec trois éducateurs spécialisés, Julie Lefebvre, Sébastien Dupuis et Cathy Raymond. 
 
Agressions, surmenage, multiplication des cas lourds... Les travailleurs du milieu de la santé et des services sociaux ont des conditions de travail de plus en plus difficiles. Les horaires serrés, aux pauses insuffisantes et aux congés trop rares, ne permettent pas aux intervenants de composer sainement avec le stress.  
 
Ce sont ces carences, entre autres, que la CSN souhaite faire disparaître par sa campagne nationale de sensibilisation au travail lié aux troubles graves du comportement.  
 
Julie Lefebvre, Sébastien Dupuis et Cathy Raymond sont trois éducateurs spécialisés en centres jeunesse qui montent au front chaque jour. Ils sont motivés par d'occasionnelles « grandes réussites » en voyant d'anciens bénéficiaires recouvrer une certaine autonomie, mais doivent aussi traiter avec de plus en plus d'usagers aux prises avec des « multiproblématiques » du comportement, ainsi que des jeunes de plus en plus médicamentés.  
 
« Nous, ce qu'on demande, c'est des journées de congé pour respirer un peu quand on a eu des semaines difficiles », lance Sébastien Dupuis.

EN COMPLÉMENTAUDIO - Trois éducateurs spécialisés nous parlent de leur réalité
HYPERLIEN - Communiqué de la CSN sur la campagne nationale de sensibilisation au travail lié aux troubles graves de comportement

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
11
12131415
16
17
1819202122
23
24
25262728
 
 

Prochainement à l'émission

Le jeudi 27 novembre 2014
La quête d'une personne née intersexuée

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Teaser_Salon_du_livre2014