ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 
(en rediffusion à 21 h)

Catherine Perrin

Médium large
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 3 mars 2015

Société

Marketing de compassion : ces individus qui deviennent des causes

Le professeur à la Faculté de philosophie de l’Université Laval Jocelyn Maclure, la responsable de la campagne Sauvons Mai Duong, Vanessa Jourdain, et le professeur titulaire à HEC Montréal Jacques Nantel
Le professeur à la Faculté de philosophie de l’Université Laval Jocelyn Maclure, la responsable de la campagne Sauvons Mai Duong, Vanessa Jourdain, et le professeur titulaire à HEC Montréal Jacques Nantel     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Les collectes de fonds pour venir en aide à des particuliers sont de plus en plus courantes. La campagne Help save Matthew, qui amasse des dons pour un jeune homme atteint de leucémie aiguë lymphoblastique, ainsi que celle pour trouver un donneur de cellules souches pour Mai Duong, l'été dernier, ont été fort efficaces. Se font-elles au détriment d'autres causes? Catherine Perrin en discute avec Vanessa Jourdain, responsable de la campagne Sauvons Mai Duong, Jocelyn Maclure, professeur à la Faculté de philosophie de l'Université Laval, et Jacques Nantel, professeur titulaire à HEC Montréal. 
 
Un substitut à la justice? 
Jocelyn Maclure voit bien là le reflet d'une époque. « Il y a une certaine anesthésie de notre capacité à nous émouvoir avec tous les drames dans le monde. Ça en prend beaucoup pour nous décider à donner, » souligne-t-il. Selon lui, les scandales de mauvaise gestion dans certains organismes caritatifs ont contribué à détourner les dons vers des campagnes pour des individus. « La charité n'est pas la justice, ajoute-t-il. Le combat principal est politique. Il ne faut pas penser que la philanthropie et la générosité peuvent y remédier. » 
 
Authenticité et transparence 
Vanessa Jourdain trouve dans la campagne pour aider le jeune Matthew Schreindorfer la même chose qui a fait le succès de celle pour Mai Duong. « C'est l'authenticité et la transparence, dit-elle. On voit vraiment la personnalité de Matthew et de son épouse dans leurs communications. [...] Les gens qui font un don sont à un clic de cette personne [qui reçoit les dons]. Il y a une proximité avec la cause que les gens décident de soutenir. » 
 
Faire la différence 
« Les histoires individuelles ont toujours eu la capacité de nous émouvoir, fait remarquer Jacques Nantel. Il faut qu'on ait l'impression de faire une différence. Plus le don est personnalisé, plus on a l'impression de faire une différence. Avec ces campagnes, on est vraiment au coeur des principes du marketing direct. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Campagne Help save Matthew sur Facebook
HYPERLIEN - Campagne Sauvons Mai Duong sur le web
HYPERLIEN - Campagne Sauvons Mai Duong sur Facebook

Consommation

Marie-Soleil Michon, nouvelle ambassadrice d'Etsy

L'animatrice et chroniqueuse Marie-Soleil Michon
L'animatrice et chroniqueuse Marie-Soleil Michon     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'animatrice de C'est de la TV, de Ça vaut le coût et chroniqueuse au Vero show vient d'être nommée ambassadrice pour le site d'artisanat Etsy, au Québec. Elle considère que le marché en ligne, fondé à Brooklyn en 2005, est une bonne manière pour les artisans de se faire connaître et une source intarissable de découvertes. Catherine Perrin s'entretient avec Marie-Soleil Michon. 
 
« Ce qui rend ça différent d'Amazon, ou d'eBay, c'est le côté personnalisé, le fait main », souligne Marie-Soleil Michon, qui dément les rumeurs selon lesquelles le site serait devenu la proie des revendeurs de babioles faites en Chine. « Il y a une communauté autour de cela. Il y a l'aspect réseau social. Cette communauté-là est très vigilante. Il y a de l'autorégulation qui se fait pour garder le côté artisan, charmant, d'Etsy. Il y a de l'entraide, aussi, pour savoir comment avoir une boutique qui fonctionne bien. » 
 
C'est juste de la télé est diffusée les vendredis à 21 h sur ICI ARTV. 
 
Ça vaut le coût est diffusée les lundis à 19h sur Télé-Québec.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Etsy
HYPERLIEN - C'est juste de la TV sur le web
HYPERLIEN - Ça vaut le coût sur le web
HYPERLIEN - Marie-Soleil Michon sur Twitter

Sports

Une championne olympique anglophone porte-parole des Rendez-vous de la francophonie

L’ancienne championne olympique de l’équipe de hockey féminine canadienne Jennifer Botterill est l'une des deux porte-paroles des Rendez-vous de la francophonie.
L’ancienne championne olympique de l’équipe de hockey féminine canadienne Jennifer Botterill est l'une des deux porte-paroles des Rendez-vous de la francophonie.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'ancienne championne olympique de l'équipe de hockey féminine canadienne Jennifer Botterill est porte-parole des Rendez-vous de la francophonie, qui se tiendront du 6 au 22 mars dans tout le pays. L'événement vise à promouvoir et à soutenir le dialogue et le rapprochement entre les différentes cultures francophones du Canada. Catherine Perrin s'entretient avec Jennifer Botterill.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Les Rendez-vous de la francophonie sur le web
HYPERLIEN - Jennifer Botterill sur le web
HYPERLIEN - Jennifer Botterill sur Twitter

Art de vivre

De chirurgienne à fromagère

La chirurgienne otorhinolaryngologiste et fromagère Valérie Brousseau
La chirurgienne otorhinolaryngologiste et fromagère Valérie Brousseau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Chirurgienne otorhinolaryngologiste de profession, Valérie Brousseau est récemment devenue productrice de fromage de brebis. Sa ferme, nommée Taliah, est située à Saint-Christophe d'Arthabaska, dans les Bois-Francs. Un fromager bien connu dit de ses fromages qu'ils sont parmi les meilleurs lancés au Québec depuis longtemps. Catherine Perrin reçoit Valérie Brousseau. 
 
Dotée de ce qu'elle appelle un estomac italien, qui lui fait apprécier la cuisine simple, Valérie Brousseau n'avait d'expérience ni en affaires, ni en agriculture. Elle a recruté des experts pour s'occuper de sa ferme et créer ses fromages. « Comme chirurgienne, je suis assez pragmatique. La clé, je crois, est de s'entourer de gens qui ont des connaissances. Moi, je suis l'investisseuse », dit-elle.  
 
« On veut aller chercher une niche particulière, ajoute-t-elle. Le cheddar est quelque chose que tout le monde goûte. On voulait créer quelque chose qui n'existe pas. Le cheddar de brebis, ça n'existe pas sur le marché, même en Europe. » 
 
En rupture de stock, les fromages Taliah sont pour le moment des produits saisonniers. Valérie Brousseau estime qu'ils seront plus faciles à trouver à Pâques.



EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Les fromages Taliah sur le web

Santé

Stat : les urgences en bande dessinée

Quelques cases de la bande dessinée <i>Stat</i>, par François Paquet et Yves Lessard
Quelques cases de la bande dessinée Stat, par François Paquet et Yves Lessard     Photo : statcomics.blogspot.ca

Un urgentologue et un infirmier, François Paquet et Yves Lessard, se sont inspirés de leur quotidien dans les corridors de l'hôpital pour créer la bande dessinée Stat, dont le deuxième tome vient de paraître. Alain Vadeboncoeur, chef de l'urgence à l'Institut de cardiologie de Montréal et blogueur à L'actualité, l'a lue et nous dit ce qu'on y retrouve.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur le web
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur Twitter
HYPERLIEN - Blogue d’Alain Vadeboncoeur sur L’actualité

Art de vivre

Le nouvel âge d'or des croustilles

La critique gastronomique Lesley Chesterman derrière une montagne de croustilles
La critique gastronomique Lesley Chesterman derrière une montagne de croustilles     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Les Canadiens accordent 24 % de l'alimentation aux collations. Aux États-Unis, les croustilles sont la collation numéro un et représentent un marché de 3,25 milliards de dollars. Partout, on en mange de plus en plus, et les saveurs sont de plus en plus nombreuses. Lesley Chesterman, critique gastronomique au quotidien Montreal Gazette, nous dit pourquoi et fait un tour d'horizon des genres de croustilles qu'on trouve. 
 
« Pourquoi, tout à coup, mange-t-on plus de chips? On est souvent devant la télé, on sort de moins en moins, on est tous en train de regarder House of cards sur Netflix... Mais il y a une autre raison : c'est parce qu'il y a une explosion de saveurs, estime Lesley Chesterman. Il y a un [type de] chips pour tout le monde. »  
 
Les bons coups 
Les croustilles aux pelures de pommes de terre de Ruffles 
Les croustilles aux truffes Torres 
Les croustilles au vinaigre de malt et au sel de mer Miss Vickie's 
 
Les mauvais coups 
Les croustilles au bacon à l'érable Kettle 
Les croustilles à la sauce sriracha de Neal Brothers 
Les croustilles à la poutine Choix du Président 
Les croustilles au chocolat de Lay's 
Les croustilles au fromage bleu de Kettle 



EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Lesley Chesterman sur Montreal Gazette
HYPERLIEN - Lesley Chesterman sur Twitter

Art de vivre

Les hauts et les bas de la culture en serre au Québec

Des tomates cultivées en serre
Des tomates cultivées en serre     Photo : iStock

Les tomates Savoura, le plus important producteur de tomates de serre du Québec, est en fort mauvaise posture financière. La situation de la compagnie est symptomatique de la production maraîchère en serre au Québec. Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, fait le point sur les grands défis du Québec en la matière. 
 
« Le problème est un problème structurel, tout au long de la chaîne », explique Pierre Gingras. Selon lui, l'absence de tarifs préférentiels pour les petits producteurs maraîchers, l'inaccessibilité du gaz naturel et l'inaction gouvernementale heurtent les entreprises québécoises et profitent à la concurrence, soit les producteurs ontariens.  
 
« En Ontario, il y a un patriotisme alimentaire. Quand les tomates ontariennes arrivent sur le marché [...], on sort littéralement les compétiteurs des grandes surfaces pour faire place aux tomates locales. Il y a une fierté, ajoute-t-il. Peut-être que ce qui arrive en ce moment à Savoura sera un électrochoc. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - « Savoura au bord de la faillite » sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - « Savoura en difficulté: onde de choc dans le milieu agricole » sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - « Les serres Demers intéressées par Savoura » sur ICI Radio-Canada.ca

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Le mardi 3 mars 2015
Invités : Marie-Soleil Michon, Leslie Chesterman, Pierre Gingras, le docteur Alain Vadenboncoeur et Valérie Brousseau, médecin et fromagère

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter