ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h (rediffusion à 21 h)

Catherine Perrin

Médium large
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
212223
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 24 avril 2014

Art de vivre

Un défi : s'adresser aux mères de la génération Y

La fête des Mères s'en vient, le 11 mai prochain. Voilà l'excuse parfaite pour aborder la manière dont les mères sont représentées dans les publicités, en particulier celles de la génération Y. Selon les sondages, les mères ne se reconnaissent plus dans le portrait que l'on fait d'elles dans les publicités. 
 
Une publicité sur une offre d'emploi comme mère  

Société

La culture en prison... pour s'évader

La culture en prison permet à l'esprit d'échapper au quotidien
La culture en prison permet à l'esprit d'échapper au quotidien     Photo : iStock

Faire entrer la culture en prison. C'est la mission de Sylvie Frigon, professeure de criminologie à l'Université d'Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche La prison dans la culture, la culture dans la prison. L'un des moyens qu'elle a utilisés : des ateliers d'écriture. Un livre issu de ces ateliers vient tout juste de paraître aux Éditions Prise de Parole et aux Éditions du remue-ménage : De l'enfermement à l'envol. Rencontres littéraires. 
 
Pour accompagner Sylvie Frigon, nous recevons Ginette, une ancienne détenue qui a participé à la création de la pièce de théâtre Bonne forme, bonne compagnie à Joliette, et Guy Thibodeau, enseignant à la retraite et conteur. Pour ce programme, il a donné des ateliers d'écriture à l'établissement Leclerc. 
 
Cette réalisation s'est faite avec l'Association des auteures et auteurs de l'Ontario français. Le livre est aussi offert en format numérique. 
 
« Derrière le numéro, il y a une femme, il y a une histoire, il y a une vie. Les barrières de jugement sont tombées. Je me suis sentie appréciée et j'ai laissé libre court à ma créativité », raconte Ginette. 
 
Sylvie Frigon souligne que la mise en place de tels programmes culturels en prison facilite la réinsertion de détenus. 
 
Les ateliers d'écriture ont eu lieu aux prisons Leclerc (pour hommes), Joliette (pour femmes) au Québec, ainsi qu'à la prison pour femmes de Marseille, en France. Ils ont également été tenus dans les centres Elizabeth Fry (Gatineau), Les Impatiens et La rue des femmes (Montréal). 
 
Les textes qui ne sont pas dans le livre seront publiés dans la revue Voix plurielles. C'est la revue de l'Association des professeurs de français des universités et collèges canadiens. 
 
Ginette a aussi participé au programme des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) en prison.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le site de la maison d'édition
HYPERLIEN - RDIM en prison

Arts et culture

Une foire de l'art

Julie Lacroix et Karine Vanasse
Julie Lacroix et Karine Vanasse     Photo : Radio-Canada/Cécile Gladel

La 7e foire annuelle d'art contemporain Papier 14 se déroulera du 25 au 27 avril, sous le chapiteau installé sur l'esplanade Clark, à l'angle des rues Sainte-Catherine et Clark à Montréal. Nous recevons Karine Vanasse et Julie Lacroix pour en discuter.  
 
Karine Vanasse est la porte-parole de cet événement. Julie Lacroix est présidente de l'Association des galeries d'art contemporain et organisatrice de Papier 14.  

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le site de Papier montréal

Sports

Le hockey : un sport de superstitieux

Une pieuvre géante descend sur la patinoire lors du 3e match entre les Red Wings de Détroit et les Bruins de Boston
Une pieuvre géante descend sur la patinoire lors du 3e match entre les Red Wings de Détroit et les Bruins de Boston     Photo : PC/Carlos Osorio

Nous nageons en pleines séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Une belle occasion de parler des nombreuses superstitions qui font partie de notre sport national. Samuel Archibald s'est penché sur ces manies et rituels, qu'il qualifie presque de troubles obsessionnels compulsifs.  
 
Plusieurs joueurs ne se rasent pas durant les séries éliminatoires. C'est ce qu'on appelle la barbe des séries, une tradition qui date des années 80 chez les Islanders de New York puis les Flames de Calgary, et de 1995 pour les Devils du New Jersey.  
 
D'autres joueurs ont de nombreuses superstitions. Patrick Roy parlait à ses poteaux et il enfilait son équipement toujours dans le même ordre. Wayne Gretsky buvait quatre boissons dans le même ordre : un Coke diète, un verre d'eau, un Gatorade et un autre Coke diète.  
 
Les plus jeunes n'y échappent pas. Sidney Crosby a de nombreuses superstitions. Par exemple, il n'appelle plus sa mère les jours de match, car il s'est rendu compte qu'il se blessait quand il le faisait.  
 
Les partisans sont aussi très superstitieux. Même si le lancer de la pieuvre sur la patinoire par les spectateurs des Red Wings de Détroit est une tradition qui se pratique maintenant plus rarement, le 22 avril dernier, c'est l'équipe qui a utilisé une pieuvre géante... en plastique.  

Société

Crimes sexuels dans l'armée : un dossier coup de poing

La page couverture de L'actualité
La page couverture de L'actualité     Photo : L'actualité

« Chaque jour, cinq personnes sont agressées sexuellement dans les Forces canadiennes. Pendant un an, L'actualité a enquêté sur ce fléau qui touche l'institution militaire depuis des années, et auquel aucun remède n'a encore été trouvé, malgré les efforts. ». L'introduction du dossier des journalistes de L'actualité Noémi Mercier et Alec Castonguay donne le ton. 
 
On les reçoit avec Stéphanie Raymond, militaire pendant 13 ans, qui a été victime d'agression sexuelle. 
 
Les agressions sexuelles dans l'armée arrivent n'importe où, même à l'étranger. Les hommes en sont aussi victimes. 
 
Pour Stéphanie Raymond, c'est arrivé lors d'une fête de Noël avec un militaire d'un grade supérieur. Elle a rapporté l'agression deux semaines après les faits au retour du congé des fêtes. « Je n'avais jamais été confrontée à une situation aussi désagréable, donc je me suis renseignée en faisant une recherche sur Internet pour savoir la description d'une agression sexuelle. J'ai eu un choc en réalisant que c'était vraiment ça qui était arrivé », explique-t-elle.  
 
En revenant de ses vacances, elle a remis sa plainte à sa superviseure, puis sa chaîne de commandement (ses supérieurs) a été mise au courant avant qu'elle ne porte officiellement plainte auprès de la police militaire. « Une victime qui porte plainte ne peut le faire sans que ses supérieurs en soient informés », explique Noémi Mercier. 
 
La journaliste a rencontré une douzaine de victimes, et elles ont rarement l'appui de leur chaîne de commandement. « Parfois, les supérieurs découragent la victime à porter plainte. Parfois, ce sont les pairs qui se liguent contre la plaignante qui vient défaire l'esprit de corps tissé serré dans les Forces. » 
 
Alec Castonguay explique que plusieurs psychologues comparent ces agressions à de l'inceste, ce qui explique la difficulté qu'ont les victimes de porter plainte.  
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le dossier de L'actualité

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
212223
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter