ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 2 décembre 2016

Société

Camil Bouchard pour un vaste chantier de reconstruction des écoles

Camil Bouchard et Gabriel Bran Lopez
Camil Bouchard et Gabriel Bran Lopez     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'ancien député et consultant Camil Bouchard et le président de la Jeune Chambre de commerce de Montréal, Gabriel Bran Lopez, passent en revue les événements marquants de l'actualité. Camil Bouchard se moque d'une vidéo du député de la Coalition avenir Québec François Paradis, qui s'y présente comme un bienfaiteur des pauvres, et souhaite une opération de reconstruction des écoles publiques. Gabriel Bran Lopez condamne pour sa part les créateurs du jeu de société Cards Against Humanity, qui ont organisé une collecte de fonds pour creuser un trou inutile. 
 
Il est également question de la position de Justin Trudeau sur les pipelines, d'acceptation de l'autre, de la main-d'oeuvre autochtone, de scorbut, de Kent Nagano et de Meryl Streep. 
 
Vidéo de Noël du député François Paradis
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Camil Bouchard sur Twitter
HYPERLIEN - Gabriel Bran Lopez sur Twitter

Société

375e de Montréal : une vidéo se moque du manque de diversité

Preach, alias Éric Étienne, et Philippe Fehmiu
Preach, alias Éric Étienne, et Philippe Fehmiu     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« Que ferait Philippe Fehmiu? » C'est ce que demande le duo humoristique Aba and Preach dans une vidéo produite en réaction à la campagne promotionnelle du 375e anniversaire de Montréal, critiquée pour présenter une image de la ville très blanche et peu diversifiée sur le plan ethnique. En compagnie de Philippe Fehmiu, Preach, alias Éric Étienne, explique à Catherine Perrin pourquoi le dialogue est la seule voie possible lorsque les minorités sont sous-représentées.  
 
Vidéo d'Aba & Preach sur le manque de diversité du 375e de Montréal 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - 375e : Montréal, ville blanche? sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Aba & Preach sur Facebook

Société

Roméo Saganash raconté à sa fille, Maïtée

Maïtée Labrecque-Saganash et Roméo Saganash
Maïtée Labrecque-Saganash et Roméo Saganash     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« On souffre d'un certain silence, on voit son père souffrir, mais on ne sait pas pourquoi. On a très peu de mots pour expliquer toutes ces souffrances. » Maïtée Labrecque-Saganash savait que son père, le député cri Roméo Saganash, avait séjourné dans un pensionnat autochtone, mais il ne lui avait jamais parlé de cette période. C'est maintenant chose faite grâce au livre d'Emmanuelle Walter, Le centre du monde. L'auteure a voyagé avec Saganash au coeur du grand territoire de sa circonscription, en Eeyou Istchee Baie-James, et colligé ses témoignages. Le père et sa fille discutent du passé du politicien autochtone avec Catherine Perrin.  
 
Maïtée Labrecque-Saganash réagit au livre : « Il y a certaines choses que je comprends. Le bout où il dit qu'il essuie son couvert dès qu'il a fini de manger. Je l'ai toujours vu faire ça... Il le dit dans le livre : c'est un réflexe du pensionnat. »  
 
La jeune femme de 21 ans a trouvé certains passages plus drôles parmi les anecdotes qu'elle ne connaissait pas : « Papa qui trouve une clé dans la cour du pensionnat... Il ne sait pas quelle porte elle débarre. Finalement, c'est le congélateur... Papa mange trois gallons de crème glacée au chocolat avec ses amis. Ils sont malades. » 
 
Un héritier kidnappé 
« J'ai passé les six ou sept premières années de ma vie sur le territoire de mon père. On sortait très rarement du territoire pour aller au village durant l'été. Après ça, on m'a kidnappé pour m'amener au pensionnat », relate Roméo Saganash.  
 
« Lorsqu'on raconte ces années-là, on revit la situation. Par conséquent, c'est toujours difficile. Chaque fois que je raconte certaines parties de mes histoires, je revis ces moments-là. Et je traîne ça depuis que suis entré [au pensionnat], la première nuit. » 
 
Eeyou Istchee, mon amour 
Le centre du monde donne aussi l'occasion au politicien de parler de sa terre natale. « Très peu de gens comprennent cette relation qu'on entretient avec notre territoire, avec notre environnement, souligne-t-il. Quand on est né littéralement sur la terre, comme ça a été mon cas – je suis né sous la tente –, quand on réalise que nos ancêtres ont parcouru ce territoire, aimé ce territoire, qu'il a donné la vie, la liberté, également... On comprend. Ce qui se passe à Standing Rock, je le comprends profondément. Quand les Autochtones en Colombie-Britannique essaient de défendre leur territoire, je les comprends totalement. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le centre du monde : une virée en Eeyou Istchee Baie-James avec Romeo Saganash sur le web
HYPERLIEN - Maïtée Labrecque-Saganash sur Twitter
HYPERLIEN - Roméo Saganash sur le web

Cinéma

L'avenir : un film attachant qui emporte, selon nos critiques

Isabelle Huppert et Roman Kolinka dans <i>L'avenir</i>, de Mia Hansen-Love
Isabelle Huppert et Roman Kolinka dans L'avenir, de Mia Hansen-Love     Photo : filmsdulosange.fr

« C'est un film qui nous séduit presque malgré lui-même », dit Helen Faradji au sujet du nouveau film de Mia Hansen-Love, avec Isabelle Huppert. « Ça commence comme un film français un peu larmoyant, un peu grisâtre, et pourtant, c'est un film qui, malgré tout ça, vient vous chercher. On en ressort un peu comme après un voyage. » Georges Privet est tout à fait d'accord : « Mia Hansen-Love a fait un très beau film, mais on ne peut pas sous-estimer l'apport d'Huppert. Elle est incapable de mièvrerie, de sensiblerie. Tout ce qu'elle fait est inattendu et frais. » 
 
Bande-anonce de L'avenir 
 
 
Il est également question des films Le manipulateur, d'Alberto Rodriguez, et Le goût d'un pays, de Francis Legault.  
 
Bande-annonce du film Le manipulateur 
 
 
Bande-annonce du film Le goût d'un pays
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter
HYPERLIEN - Georges Privet sur le web

Arts et culture

Pénélope McQuade sur le retour controversé des Échangistes

Pénélope McQuade
Pénélope McQuade     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

En plus de revenir l'été prochain à la barre de l'émission estivale Les échangistes, elle animera deux émissions spéciales durant la période des Fêtes à ICI Radio-Canada Première. Une émission de Noël, Sous le gui avec Pénélope, sera diffusée le 24 décembre à 19 h, et une émission du Nouvel An, Bulles et rigodons avec Pénélope, prendra la même case horaire le 31 décembre. Pénélope McQuade dit à Catherine Perrin qu'elle déplore que les gens confondent magazines culturels et émissions de variétés.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Pénélope McQuade sur le web
HYPERLIEN - Pénélope McQuade sur Twitter

Musique

Musique classique : des duos à découvrir

Pochette de l'album <i>Soundworlds : Music of Janácek, Carrabré, Debussy, Vivier and Willan</i> par Carissa Klopoushak et Philip Chiu, lancé de manière indépendante
Pochette de l'album Soundworlds : Music of Janácek, Carrabré, Debussy, Vivier and Willan par Carissa Klopoushak et Philip Chiu, lancé de manière indépendante

Frédéric Lambert présente cette semaine deux albums récents qui, à son avis, sont passés injustement inaperçus cette année. Il s'agit incidemment d'albums de deux duos. Le premier, Soundworlds, rassemble la violoniste Carissa Klopoushak et le pianiste Philip Chiu pour interpréter un répertoire qui revisite Janacek, Carrabré, Debussy, Vivier et Willan. Le second, Violoncelle français, est signé par le Duo Cheng, formé du violoncelliste Bryan Cheng et la pianiste Silvie Cheng. Notre chroniqueur explique pourquoi ces deux albums valent le détour.  
 
Il est également question du spectacle de Yo-Yo Ma, qui aura lieu ce soir à 19 h 30 à la Maison symphonique de Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Frédéric Lambert sur Twitter

Arts et culture

Pourquoi les indicatifs musicaux d'émissions télévisées sont si importants

L'indicatif musical de la comédie <i>Friends</i>, diffusée de 1994 à 2004, est l'un des plus reconnus de l'histoire de la télévision.
L'indicatif musical de la comédie Friends, diffusée de 1994 à 2004, est l'un des plus reconnus de l'histoire de la télévision.     Photo : Getty/Warner Bros. Television

« Ça joue sur les émotions, ça nous met dans l'état d'esprit et c'est comme ça qu'on adhère aux intrigues et aux personnages, dit Pascale Lévesque au sujet des brèves chansons qui ornent les génériques de début de plusieurs émissions télévisées. « C'est tellement puissant qu'on conserve quand même le générique, malgré les changements [d'habitudes] d'écoute et l'écoute à la demande. » La chroniqueuse en culture populaire explique à Catherine Perrin comment les producteurs choisissent ces pièces et comment certaines se sont rendues sur le palmarès.  
 
Il est également question d'un nouveau service de musiciens sur appel qui rappelle celui de la plateforme Über.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Pascale Lévesque sur Twitter

Art de vivre

Les favoris de la semaine d'Élyse Lambert : un chablis et un beaujolais

Les choix d'Élyse Lambert
Les choix d'Élyse Lambert     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« La force, pour moi, d'un grand domaine se mesure à ses petits vins », dit la seule Master Sommelier québécoise, de retour d'un voyage à Chablis, en France, et dans la région de la Bourgogne en général. Elle en rapporte deux suggestions : un blanc à servir en apéritif avec du poisson en lamelles, ainsi qu'un rouge extrêmement fruité. Les deux sont un peu plus chers que ses recommandations habituelles, mais la qualité proposée vaut les deniers supplémentaires. Élyse Lambert présente à Catherine Perrin ses choix de la semaine. 
 
Les choix d'Élyse Lambert
 
- Domaine Laroche Chablis Saint-Martin 2015 (France), code SAQ : 114223, prix : 25,45 $ 
- Jean Paul Brun Terres Dorées Fleurie 2014 (France), code SAQ : 12184353, prix : 27,40 $ 
 
« On est ici dans le nord de la Bourgogne avec un chardonnay non boisé. Ce sont des notes qui rappellent la nectarine, l'amande et la crème pâtissière. Les bouches sont élégantes », dit Élyse Lambert au sujet du Domaine Laroche. 
 
« Jean Paul Brun maîtrise bien ses terroirs, indique-t-elle au sujet du Terres Dorées Fleuries. C'est fin, c'est fruité, c'est une caresse. Pour les amateurs de pinot noir, on n'est pas trop déstabilisés. [...] Ici, Jean Paul Brun travaille avec beaucoup de respect pour ses terroirs, avec une touche presque bio, sans trop d'interventions. Servez-le frais. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Élyse Lambert sur le web

Science et technologie

À voir sur le web : des jeux interactifs qui brisent la passivité

Image tirée du jeu interactif J'aime les patates
Image tirée du jeu interactif J'aime les patates     Photo : http://jaimelespatates.onf.ca/

« C'est extrêmement impressionnant, ce qu'on est train de faire en termes d'interaction avec le téléspectateur », dit Helen Faradji au sujet des créations mises de l'avant par les producteurs et les diffuseurs de contenu télévisuel. Celles-ci permettent aux internautes d'influer sur l'issue d'une histoire qu'on leur raconte. Même l'émission de dessins animés Les Simpson s'y est mise récemment. La critique de cinéma propose à Catherine Perrin deux jeux interactifs qui ont retenu son attention. 
 
Les choix d'Helen Faradji :
 
- J'aime les patates, sur le site de l'Office national du film du Canada 
- Autograf, sur le site de la chaîne française ARTE 
 
Aperçu du segment interactif des Simpson (en anglais) 
 
 
Bande-annonce du jeu J'aime les patates 
 
 
Bande-annonce du jeu Autograf 
 
 
Il est également question d'une publicité pour la chaîne H&M réalisée par le cinéaste Wes Anderson. 
 
Pubilicité de H&M par Wes Anderson 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter

Musique

Blue and Lonesome : l'hommage adroit des Rolling Stones au blues

Pochette de l'album <i>Blue and Lonesome</i> des Rolling Stones, paru sous étiquette Polydor
Pochette de l'album Blue and Lonesome des Rolling Stones, paru sous étiquette Polydor

« Je n'ai pas l'impression d'écouter un disque de reprises », dit le chroniqueur musical Philippe Rezzonico au sujet du 26e album studio d'un des groupes de rock les plus connus de la planète, dont la carrière s'échelonne sur près de 55 ans. L'opus renferme des reprises de classiques du blues de Buddy Johnson, de Memphis Slim, de Little Walter, d'Eddie Taylor, d'Otis Hicks et de quelques autres artistes. Le grand mordu des Stones explique à Catherine Perrin pourquoi il est satisfait : « Oui, ce sont des chansons qui datent toutes, mais c'est vraiment, je trouve, un disque des Rolling Stones. Je n'entends pas Wille Dixon, je n'entends pas Howlin' Wolf... Je ne trouve pas ce disque nostalgique. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - La filière Rezzonico sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Les Rollins Stones sur le web
HYPERLIEN - Philippe Rezzonico sur le web
HYPERLIEN - Philippe Rezzonico sur Twitter
Les incontournables 2016

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Teaser automneSalon du livre 2016AMS teaser