ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

40 ans après le génocide cambodgien, des réfugiés témoignent

Le lundi 16 mars 2015

De gauche à droite : Nolsina Yim, Chan Tep, Paul Tom et Geneviève Channarét Srey
De gauche à droite : Nolsina Yim, Chan Tep, Paul Tom et Geneviève Channarét Srey     Photo : Radio-Canada/Marie-Ève Soutière

« Même si j'étais très jeune quand c'est arrivé, j'arrive à ressentir la douleur et la peine », raconte Chan Tep, née durant le génocide. Elle n'est pas la seule à voir sa vie basculer sous le régime de Pol Pot, faisant 2 millions de morts. Ils sont plus de 20 000 à trouver refuge au Canada, dont la moitié au Québec, dans les années 1980. Quarante ans plus tard, ils sont prêts à parler de l'horreur qu'ils ont vécue. Isabelle Craig reçoit quatre victimes, directes ou collatérales, du régime des Khmers rouges : la journaliste Chan Tep, le cinéaste Paul Tom, puis Geneviève Channarét Srey et Nolsina Yim, du Centre Khemara. 
 
Pour souligner le triste anniversaire, des cérémonies de commémoration sont organisées par le Centre Khemara
 
Paul Tom est né dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Comme Chan, il ne garde aucun souvenir de l'horreur. Pourtant, cette tragédie fait partie de lui et de son cinéma. Il explique que la communauté cambodgienne a beaucoup de mal à parler de ce traumatisme, une difficulté qu'il explique en partie par la religion bouddhiste. « Il y a un silence énorme dans les familles », explique-t-il, un silence qui se retrouve dans son cinéma. 
 
40 ans plus tard, l'envie et le besoin d'en parler 
Nolsina Yim dit avoir vécu la tragédie par procuration. Même si elle n'en garde aucun souvenir, elle porte une tristesse en elle. Elle constate que, 40 ans plus tard, les victimes de Pol Pot sont prêtes à parler. Non seulement elles sont prêtes, mais elles en ont besoin.  
 
La culture cambodgienne, au-delà du génocide 
Nolsima Yim croit qu'il est important de préciser que la culture cambodgienne est vaste et qu'elle ne se résume pas au génocide.


EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Site Internet du Centre Khemara
Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

10 avril 2017

Plaidoyer pour un meilleur diagnostic de la maladie de Lyme au Canada

10 avril 2017

La crise de l'emploi, préoccupation majeure pour les Français

10 avril 2017

Dépôt cette semaine du projet de loi fédéral sur la légalisation de la marijuana

7 avril 2017

Frappes en Syrie : l'absence de consultation avec les alliés inquiète

6 avril 2017

Pepsi : vie et mort d'une publicité catastrophique

5 avril 2017

Danielle Ouimet dévoile ce qui menace les entreprises