ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 
(en rediffusion à 21 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

La guerre et les Québécois

Le lundi 10 décembre 2012

Des soldats quittent la base de Valcartier pour l'Afghanistan, en 2009 (archives).
Des soldats quittent la base de Valcartier pour l'Afghanistan, en 2009 (archives).

La société québécoise entretient des rapports ambigus avec les institutions militaires et l'usage de la force armée. Elle est parfois dépeinte comme pacifiste, antimilitariste ou encore anti-impérialiste. Le premier colloque organisé par le Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ), qui s'est tenu jeudi dernier, s'est penché sur cette vision de la guerre qu'ont les Québécois. Catherine Perrin en discute avec Stéphane Roussel, directeur de ce centre de recherche de L'ENAP.  
 
Le CIRRICQ a commencé ses activités en accueillant le rendez-vous de chercheurs, intitulé « Québec et la guerre : la société québécoise, les institutions militaires et la guerre  », où l'on se posait les questions suivantes  : Existe-t-il une spécificité québécoise en ce domaine? Si oui, de quelle nature est-elle? Et comment a-t-elle évolué? Les racines de ces images se trouveraient loin dans le passé. Pourtant, une évolution semble s'être produite au cours des dernières décennies.


EN COMPLÉMENTAUDIO - Entretien avec Stéphane Roussel
HYPERLIEN - Site web du CIRRICQ
Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

22 octobre 2014

Une pharmacienne à la recherche d'une rencontre marquante

22 octobre 2014

Travail : a-t-on le droit de tourner la page sur son passé?

21 octobre 2014

Faut-il dépénaliser l'inceste entre adultes consentants?

17 octobre 2014

Le lavage de la semaine avec Michel Kelly-Gagnon et Pascale Navarro

15 octobre 2014

Les facteurs, vestiges d'un modèle disparu de contacts humains

14 octobre 2014

Alain Dubuc veut déboulonner les mythes collectifs