ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

Mieux connaître la culture hip-hop

Le lundi 9 avril 2012

Un artiste hip-hop sur scène / © Alen Popov, iStockphoto
Un artiste hip-hop sur scène / © Alen Popov, iStockphoto

Au cours des 10 dernières années, la Régie des alcools, des courses et des jeux a demandé à des propriétaires de bar de s'engager à ne pas jouer de musique hip-hop afin d'obtenir un permis d'alcool. On semble associer la culture hip-hop et la criminalité des gangs de rue. Cette relation entre la musique et la criminalité est mise en cause par nos invités, qui y voient une forme de discrimination et de profilage racial. 
 
Myriam Laabidi, sociologue et professeure de sociologie au Cégep de Saint-Laurent; Carla Beauvais, conseillère en communication et fondatrice de Groupe Style Communications, responsable des communications pour le Festival hip-hop de Montréal, qui s'est tenu du 6 au 8 avril; et K-Rim, artiste hip-hop montréalais, sont autour de la table pour démystifier la culture hip-hop. 
 
Cette culture mêle différentes disciplines, dont la musique, l'art graphique et la danse. Beaucoup plus que des rythmes, c'est un système de valeurs et de reconnaissance dans lequel bon nombre de jeunes évoluent et se construisent jusqu'à l'âge adulte. La sociologue Myriam Laabidi en a fait son champ de recherche. Elle a travaillé sur la persévérance scolaire et l'appartenance au milieu du hip-hop. Elle a entre autres constaté que les jeunes « hip-hopeurs » décrochent moins que les autres.  
 
Pour l'artiste hip-hop K-Rim, cette forme d'expression sert de pont entre les jeunes issus des communautés culturelles et la culture québécoise. Ces jeunes ne se reconnaissent pas dans la culture québécoise, ils manquent de références. Le hip-hop devient alors un outil pour rapprocher les cultures, pour faciliter l'intégration. Il y voit une opportunité que devraient saisir les autorités plutôt que stigmatiser cette culture prisée par les jeunes.  
 
Carla Beauvais travaille à faire tomber les préjugés. Elle déplore que l'on ne parle du hip-hop que lorsqu'il y a des mauvaises nouvelles. Elle souhaite faire de la place aux bons modèles dans l'espace médiatique puisque plusieurs de ces artistes ont un message positif à transmettre.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

10 avril 2017

Plaidoyer pour un meilleur diagnostic de la maladie de Lyme au Canada

10 avril 2017

La crise de l'emploi, préoccupation majeure pour les Français

10 avril 2017

Dépôt cette semaine du projet de loi fédéral sur la légalisation de la marijuana

7 avril 2017

Frappes en Syrie : l'absence de consultation avec les alliés inquiète

6 avril 2017

Pepsi : vie et mort d'une publicité catastrophique

5 avril 2017

Danielle Ouimet dévoile ce qui menace les entreprises