ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
202122
23
24
25
26
27282930
 
 

Les meilleurs moments : �mission du jeudi 23 avril 2015


Société

Le combat d'une mère pour arracher son enfant aux djihadistes

Meriam Rhaiem et sa fille Assia
Meriam Rhaiem et sa fille Assia     Photo : facebook.com/pages/Jamais-sans-Assia/252956328194859

« On dit souvent que l'amour peut déplacer des montagnes... C'est vrai. » Dans le livre Assia, Mama est là, Meriam Rhaiem raconte comment elle s'est battue pour récupérer sa fille de 18 mois enlevée par son père radicalisé, puis emmenée en Syrie. Devant l'inaction de la justice française, elle s'est rendue en Turquie pour ramener la petite Assia en France après près d'un an. Catherine Perrin s'entretient avec Meriam Rhaiem. 
 
« On ne s'attend jamais à ce genre de drame », dit Meriam Rhaiem. Un peu avant la naissance de sa fille, elle a vu son mari, aimant et travaillant, se faire laver le cerveau par des islamistes radicaux. Après une séparation houleuse, ce dernier s'est enfui en Syrie avec Assia. Par les réseaux sociaux, elle a réussi à retrouver son mari, puis à lui arracher sa fille avec l'aide des autorités turques.  
 
Un appel et un remède 
Avec son livre, elle souhaite interpeller le gouvernement français, pris de court au moment de l'enlèvement. « L'histoire d'Assia n'a pas servi de leçon », déplore-t-elle. « Il y a toujours autant de mineurs qui partent et on ne fait rien. Mais, pour moi, le fait d'écrire a été un remède et j'espère qu'un jour [le livre] le sera aussi pour ma fille. C'est la principale raison pour laquelle je l'ai écrit. » 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Assia, Mama est là sur le site des éditions Michel Lafon
HYPERLIEN - Collectif Jamais sans Assia sur le web

Société

La face cachée de la publicité

Arnaud Granata et Stéphane Mailhiot
Arnaud Granata et Stéphane Mailhiot     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Nos Bêtes de pub lancent aujourd'hui leur premier livre, Tout ce que les publicitaires ne vous disent pas. Écrit à quatre mains et nourri par leurs chroniques à l'émission, il lève le voile sur les coulisses de la publicité et donne des conseils pour consommer plus intelligemment. Arnaud Granata, rédacteur en chef d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, planificateur stratégique pour l'agence lg2, donnent un aperçu de ce qu'on y trouve. 
 
Les deux auteurs expliquent que le livre, qui a la forme d'un abécédaire, est né des diverses réactions, en ligne ou en personne, à leurs interventions au micro de Catherine Perrin. « On nous pose des questions assez précises, par exemple : pourquoi les hommes ont-ils toujours l'air stupides en pub? Donc, on a décidé de rassembler un peu toutes ces questions, tous les grands thèmes qu'on aborde avec nous, et ça a donné cet abécédaire », explique Arnaud Granata.  
 
Il est également question d'une campagne « spéciale-spatiale » de Hyundai et d'une leçon de Walmart sur le salaire minimum
 
Publicité sur les traces de voitures visibles de l'espace de Hyundai 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Tout ce que les publicitaires ne vous disent pas sur le site des Éditions La Presse
HYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter

Arts et culture

Dior et moi : dans les coulisses d'un grand couturier

Le designer de mode Raf Simons dans le documentaire <i>Dior et moi</i>, de Frédéric Tcheng
Le designer de mode Raf Simons dans le documentaire Dior et moi, de Frédéric Tcheng     Photo : facebook.com/diorandimovie

Le documentaire Dior et moi suit l'arrivée du designer de mode belge Raf Simons à la direction artistique d'une des plus grandes maisons de haute couture du monde, alors qu'il n'a que quelques semaines pour préparer son premier défilé. Le réalisateur français Frédéric Tcheng a suivi Simons et son équipe, malgré l'aversion de ce dernier pour les caméras. Le styliste et blogueur Jean-Pierre Desnoyers et la journaliste et chroniqueuse Nathalie Petrowski expliquent en quoi le film permet d'entrer dans l'intimité du grand couturier. 
 
Dior et moi sera à l'affiche du Cinéma du Parc, à Montréal, dès demain. Il est à l'affiche à Toronto depuis la semaine dernière et sera projeté à Ottawa et à Vancouver dès le 15 mai. 
 
Bande-annonce de Dior et moi 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Dior et moi sur le web
HYPERLIEN - Dior et moi sur Facebook
HYPERLIEN - Jean-Pierre Desnoyers sur Ton Barbier
HYPERLIEN - Nathalie Petrowski sur Twitter

International

Centenaire du génocide arménien : regard sur un drame camouflé

Rassemblement autour d'un monument commémoratif du génocide armémien à Yerevan, en Arménie, le 21 avril
Rassemblement autour d'un monument commémoratif du génocide armémien à Yerevan, en Arménie, le 21 avril     Photo : Getty/AFP/KAREN MINASYAN

Le 24 avril marque le centenaire du début du génocide arménien, lors duquel les deux tiers des Arméniens ont péri à la suite de déportations, de famines ou de massacres. Le documentaire Le génocide arménien : 100 ans de solitude, coscénarisé par l'animateur Patrick Masbourian, tente d'explorer les causes et les conséquences de cette tragédie, et d'expliquer pourquoi la Turquie, à l'origine du génocide, ne le reconnaît toujours pas. Catherine Perrin s'entretient avec Patrick Masbourian. 
 
« La lutte pour la reconnaissance [du génocide] n'est pas prioritaire pour les Arméniens », souligne Patrick Masbourian. « Pour plusieurs hommes politiques, en particulier du côté de l'opposition, [le plus pressant] c'est d'arrêter l'hémorragie. L'exil se poursuit. [...] Les jeunes veulent quitter ce pays, qui est une ancienne république soviétique, qui est terriblement corrompu, où il y a malheureusement peu d'industries qui fonctionnent et où il n'y a pas grand-chose à faire. » 
 
Le documentaire Le génocide arménien : 100 ans de solitude sera diffusé ce soir à 20 h sur ICI RDI.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Les grands reportages sur le web
HYPERLIEN - PM sur le web

Politique

Civitas : le laboratoire caché de la droite

Stephen Harper, Preston Manning et Jason Kinney sont des membres passés ou actuels de Civitas.
Stephen Harper, Preston Manning et Jason Kinney sont des membres passés ou actuels de Civitas.     Photo : PC/Reuters/Adrian Wyld/Justin Tang/Chris Wattie

Depuis presque 20 ans, un collectif d'intellectuels et de militants nommé Civitas se mobilise pour faire avancer les idées de droite au Canada. Des politiciens bien en vue ont fait ou font partie de ce groupe bien discret, qui est à l'origine, entre autres, d'un vent de critiques à l'endroit des syndicats. Le journaliste Gaétan Pouliot signe un article sur Civitas dans le nouveau numéro du magazine L'actualité. Catherine Perrin s'entretient avec lui ainsi qu'avec l'analyste politique Tasha Kheiriddin. 
 
« C'était une façon pour la droite, qui était vraiment épuisée pendant la période où le vote était divisé entre les réformistes et les progressistes conservateurs, de retrouver son souffle », explique Tasha Kheiriddin au sujet de Civitas, dont elle a fait partie. « C'était un moyen de le faire de façon non politique, de générer de nouvelles idées, de bâtir des réseaux et des ponts entre les gens pour essayer de faire renaître le conservatisme au Canada. » 
 
La confidentialité pour rassembler 
Selon Gaétan Pouliot, le grand secret qui règne autour de Civitas a tout à voir avec le contexte dans lequel est né le regroupement, dans les années 1990. « On avait [d'un côté] le parti réformiste et [de l'autre côté] le parti progressiste conservateur. Ces gens-là ne jouaient pas dans la même équipe, explique-t-il. On essayait, avec cette règle de discrétion, de rassembler ces gens-là pour débattre à bâtons rompus, pour parler des vraies choses, pour faire progresser le mouvement à l'abri des caméras. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - L’actualité sur le web
HYPERLIEN - Tasha Kheiriddin sur Twitter

Musique

André et Laurence Ménard, festivaliers de père en fille

Vue de la scène au festival Coachella, en Californie
Vue de la scène au festival Coachella, en Californie     Photo : Getty/AFP/Frazer Harrison

Cofondateur et directeur artistique du Festival international de jazz de Montréal, André Ménard s'est rendu au festival musical de Coachella, en Californie, en compagnie de sa fille Laurence. Ils ont cosigné lundi un compte rendu dans La Presse. Catherine Perrin s'entretient avec eux au sujet de ce qu'ils ont vu et entendu ainsi qu'à propos de la programmation du prochain Festival de jazz de Montréal. 
 
Le Festival international de jazz de Montréal aura lieu du 26 juin au 5 juillet.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - « Week-end père-fille à Coachella » dans La Presse
HYPERLIEN - Le Festival international de jazz de Montréal sur le web

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
202122
23
24
25
26
27282930
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant