ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
131415
16
17
18
19
2021222324
25
26
27282930
 
 

Les meilleurs moments : �mission du jeudi 16 avril 2015


Santé

Vivre en attente d'un don d'organe

La porte-parole de la Maison des greffés Lina Cyr, l'animatrice Annie Gagnon, et Maxime St-Aubin, étudiant en attente d’une seconde greffe de rein
La porte-parole de la Maison des greffés Lina Cyr, l'animatrice Annie Gagnon, et Maxime St-Aubin, étudiant en attente d’une seconde greffe de rein     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'année 2014 a été marquée par une baisse du nombre de donneurs d'organes et par une augmentation de la liste d'attente pour une transplantation. C'est une mauvaise nouvelle pour ceux qui attendent une greffe. À l'approche de la Semaine nationale du don d'organes, qui débute dimanche, Catherine Perrin s'entretient avec Maxime St-Aubin, étudiant en attente d'une seconde greffe de rein, et Annie Gagnon, porte-parole de la Maison des greffés Lina Cyr, pour discuter de la réalité que vivent ces gens. 
 
Maxime est atteint de la maladie de Berger, une maladie auto-immune qui cause des lésions irréversibles aux reins. Il a reçu sa première greffe à l'âge de 11 ans. Son second rein a commencé à faire défaut il y a 5 ans. « Ça transforme la vie du tout au tout, souligne-t-il. Il faut changer toutes ses habitudes alimentaires, son horaire. Ça a été difficile de me trouver un emploi jusqu'à ce que je commence à faire la dialyse à la maison. »  
 
Histoires de courage 
Il travaille maintenant à la Maison des greffés Lina Cyr. « J'avais besoin d'en parler, de savoir comment les autres vivent ça, quelles sont leurs angoisses, leurs espoirs, aussi », ajoute-t-il. 
 
Ancienne animatrice de l'émission J.E., Annie Gagnon a découvert la Maison des greffés Lina Cyr quand l'établissement lui a demandé d'être porte-parole de son activité de financement annuelle, le Défi-vélo, qui a lieu en juillet. « Ça a été un coup de cœur », dit-elle, rappelant que des gens de tous les âges ont besoin de greffes. « Maxime a son histoire. Il y a plein d'histoires comme celle-là, des histoires de courage. [...] La Maison est remplie d'histoires incroyables. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Maison des greffés Lina Cyr sur le web
HYPERLIEN - Annie Gagnon sur Twitter
HYPERLIEN - Site d'information sur le don d'organes du ministère de la Santé et des Services sociaux
HYPERLIEN - Transplant Québec sur le web

Société

Hillary Clinton : un début de campagne sous le signe de la proximité

La candidate démocrate aux élections présidentielles de 2016, Hillary Clinton
La candidate démocrate aux élections présidentielles de 2016, Hillary Clinton     Photo : Reuters/Rick Wilking

L'ex-sénatrice, ex-secrétaire d'État et ancienne première dame des États-Unis Hillary Clinton a officiellement annoncé sa candidature pour les présidentielles de 2016 par une vidéo publiée sur Facebook. Son logo, son image, son ton et les gens dont elle s'est entourée suggèrent un repositionnement par rapport à sa campagne de 2008 : plus près des gens, plus loin de Washington. Arnaud Granata, rédacteur en chef d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, planificateur stratégique pour l'agence lg2, analysent ce début de course. 
 
Vidéo de lancement de campagne d'Hillary Clinton (en anglais) 
 
 
Il est également question de la vente du Cirque du Soleil à des intérêts américains et chinois, des publicités des syndicats contre l'austérité et du nouveau porte-parole velu d'American Apparel
 
Publicité anti-austérité de la Fédération autonome de l'enseignement 
 
 
Publicité anti-austérité de la Fédération des médecins spécialistes du Québec 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter

Société

Bracelets GPS : peu efficaces et coûteux

Un bracelet GPS
Un bracelet GPS     Photo : iStock

Quatre Montréalais se sont récemment fait imposer le port d'un bracelet GPS par crainte qu'ils commettent des actes terroristes. Il s'agit des premiers cas de ce genre au Québec. Toutefois, aucune étude ne permet de démontrer l'efficacité de cet outil. Julie Desrosiers, professeure à la Faculté de droit de l'Université Laval, explique à Catherine Perrin pourquoi ces bracelets sont davantage un outil de prévention qu'une manière d'empêcher la récidive. 
 
Julie Desrosiers souligne le manque d'études sur le port du bracelet électronique. « Ça m'apparaît davantage, ce qu'on appelle dans mon jargon, de la surpénalisation, c'est-à-dire qu'on ajoute une lourdeur sans efficacité », fait-elle remarquer, ajoutant qu'il faut commencer par documenter ses effets. « Les personnes à qui l'on va imposer le port du bracelet électronique sont des personnes qui auraient été remises dans la communauté de toute façon, ou qui auraient eu une peine communautaire. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Julie Desrosiers sur le site de la Faculté de droit de l'Université Laval
HYPERLIEN - « Terrorisme : la GRC arrête deux jeunes Montréalais » sur ICI Radio-Canada.ca

Politique

Ce que l'Inde peut apprendre de la Chine

Le premier ministre indien, Narendra Modi, en compagnie de Stephen Harper
Le premier ministre indien, Narendra Modi, en compagnie de Stephen Harper     Photo : PC/Nathan Denette

Le premier ministre indien, Narendra Modi, est actuellement en sol canadien. Cette première visite d'un premier ministre de l'Inde depuis 1973 s'inscrit dans une campagne visant à transformer l'Inde en champion global. Le FMI signale de fait un taux de croissance notable dans ce pays, un scénario qui n'est pas sans rappeler la récente croissance de la Chine. Qu'est-ce que l'Inde peut apprendre de l'aventure chinoise? Catherine Perrin en discute avec Loïc Tassé, chroniqueur au Journal de Montréal et spécialiste de la question chinoise, et Serge Granger, professeur à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke. 
 
« Les exportations de l'Inde sont dans le secteur du service, contrairement à celles de la Chine, qui sont dans le secteur industriel. Au fond, il faudrait que les deux pays s'inversent, ou se ressemblent davantage. L'Inde doit accroître son secteur industriel, parce que le secteur industriel absorbe la main-d'œuvre », explique Serge Granger, qui croit également que l'Inde devrait exporter davantage ses services et élargir ses partenariats avec les pays développés.  
 
Loïc Tassé doute que le modèle chinois s'applique à l'Inde. « En Chine, les gouvernements ont procédé sur 30-35 ans de manière très systématique à construire d'abord ce qu'on peut appeler des locomotives économiques. Ces locomotives-là ont entraîné derrière elles l'économie régionale. Je ne suis pas sûr qu'on arrive à faire ça en Inde », souligne-t-il.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Loïc Tassé dans le Journal de Montréal
HYPERLIEN - Serge Granger sur le site de l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke

Environnement

Un survol des enjeux environnementaux à l'occasion du Jour de la Terre

Écologie
Écologie     Photo : iStockphoto

Une édition spéciale du quotidien Le Devoir intitulée Planète verte, consacrée entièrement aux enjeux environnementaux dans le monde, sera publiée samedi. C'est ainsi que le journal a choisi de souligner le Jour de la Terre, célébré le 22 avril. Catherine Perrin reçoit Alexandre Shields, journaliste spécialisé en environnement, qui a coordonné le projet.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Le Devoir sur le web
HYPERLIEN - Alexandre Shields sur Twitter

Arts et culture

Des poupées de bébés plus vraies que nature

L'une des créations de Lucie Corriveau
L'une des créations de Lucie Corriveau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'artiste Lucie Corriveau se spécialise dans la fabrication de poupées de bébés hyperréalistes, faites à partir de prothèses mammaires et de fibres naturelles pour les rallonges de cheveux. Ses poupées s'inscrivent dans un mouvement de « bébés reborn » et sont prisées par les gens qui ont perdu des enfants, les personnes seules et les collectionneurs. Catherine Perrin la reçoit et recueille les réactions de quelques personnes au sujet de ses créations particulières. 
 
Les poupées de Lucie Corriveau représentent des enfants de différents âges, allant du bébé prématuré à 4 ans. Leur prix commence à 500 $ et l'artiste s'assure de leur donner un poids réaliste. 
 
Lucie Corriveau sur l'utilité et les limites de ses poupées 
 
 
« Avant, ça me dérangeait quand quelqu'un me disait : "Je n'aime pas ça." », dit-elle au sujet des réactions variées que ses poupées suscitent. « Puis, je me suis mise à demander [à ces gens] pourquoi ils n'aimaient pas ça. On me disait : "Parce que c'est trop vrai." Eh bien, c'est le but. Ce n'est pas une poupée de chez Walmart. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Lucie Corriveau sur le web
HYPERLIEN - Lucie Corriveau sur Facebook


* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
131415
16
17
18
19
2021222324
25
26
27282930
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant