ICI Radio-Canada Première

Matins sans frontières

Matins sans frontières rss

En semaine à 6 h à 9 h

Charles Lévesque

Matins sans frontières
Logo Radio-Canada

Société

Les origines de la communauté noire dans le sud-ouest de l'Ontario

Le lundi 8 février 2016

Jeunes garçons noirs
Jeunes garçons noirs     Photo : CBC

L'histoire de la présence de la communauté noire au détroit est riche et variée. Elle est finalement le témoin des grands mouvements sociaux et politiques qui ont secoué la région depuis l'époque des colons français. Pour en savoir plus sur les origines de cette communauté, Charles Lévesque en a parlé avec Guillaume Teasdale, professeur au département d'histoire de l'université de Windsor. 
 
Arrivés par vagues successives dans le sud-ouest de l'Ontario, les Afro-canadiens ont forgé progressivement à partir du 18e siècle une communauté importante dans la région. Selon M. Teasdale, la présence de noirs dans la région est documentée dès l'époque de la colonie française. Il est par contre difficile de savoir quel était alors leur statut. « On sait que les Français avaient des esclaves à l'époque, mais c'était majoritairement des autochtones. Mais il est possible qu'ils aient aussi des esclaves noirs, mais c'est moins certain. », a-t-il souligné. 
 
En revanche, les commerçants anglais qui se sont installés à Détroit entre 1760 et 1780 possédaient des esclaves noirs qui avaient amené avec eux ou qu'ils avaient fait venir du sud des États-Unis. 
 
Dès 1793, le gouvernement du Haut-Canada adopte une loi qui interdit l'importation d'esclaves, mais cette loi n'abolit pas pour autant l'esclavage. En 1796, l'esclavage est interdit en théorie au Michigan. Les gens trouvent toutefois toute sorte de façons de contourner cet acte. Ces deux lois ont toutefois pour effet de faire rapidement disparaître l'esclavage dans la région d'Essex et à Détroit ; un esclave de l'une ou l'autre région pouvant se libérer de son statut en traversant simplement la rivière Détroit. « Dès le début du 19e siècle, il n'y a presque plus d'esclave ici. C'est une situation particulière à notre région. » 
 
M. Teasdale a par ailleurs indiqué que beaucoup de noirs sont également arrivés par le biais du chemin de fer clandestin en provenance du sud des États-Unis, surtout à partir des années 1850. Certains se sont installés à Détroit, d'autres ont préféré traverser la frontière et se sont arrêtés dans le sud-ouest de l'Ontario, voire à Toronto. La presque totalité de ces noirs était des esclaves en fuite. « Il était plus risqué pour eux d'être capturés par des chasseurs d'esclaves au Michigan qu'au Haut-Canada, ce qui explique que plusieurs optèrent pour ce côté-ci de la frontière.  », a-t-il expliqué. 
 
C'est à cette époque que les communautés noires d'Amherstburg, Sandwich, Puce, et Buxton ont été fondées. Pauvres et victimes de racisme, ces communautés se sont alors peu mélangées avec la population. Aujourd'hui, l'héritage de ces communautés est encore visible, notamment la première église baptiste dans le quartier Sandwich de Windsor et le musée de la liberté à Amherstburg. 
 
 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

25 mai 2016

Une année bouleversée, mais positive pour Place Concorde

24 mai 2016

Comment se préparer aux incendies et aux mesures de confinement?

19 mai 2016

Nouvel émetteur FM à Sarnia : un succès personnel et communautaire

18 mai 2016

Windsor accueillera bientôt des rencontres de Speed Mentoring en français

17 mai 2016

Lutte contre l'homophobie et la transphobie : Ottawa dépose une nouvelle loi

16 mai 2016

Le Centre francophone Jolliet de Sarnia tire un bilan très positif de son année