ICI Radio-Canada Première

Ma grand-mère disait...

Ma grand-mère disait...

Série des Fêtes 2014-2015 (rediffusion)

Boucar Diouf

Ma grand-mère disait...

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du samedi 13 décembre 2014


Arts et culture

Donner et recevoir

Boucar Diouf, accompagné à la quitare par sa conjointe Caroline Roy
Boucar Diouf, accompagné à la quitare par sa conjointe Caroline Roy     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

Selon une étude de l'Université Simon Fraser, la bonté, la générosité et les bonnes actions réduisent le stress et favorisent le bien-être, grâce à la sécrétion de sérotonine, l'hormone du bonheur. Alors, le geste le plus égoïste, c'est-à-dire celui qui alimentera le plus le bonheur personnel, c'est de donner à l'autre. Vous cherchez un cadeau beau, bon, pas cher pour le temps des Fêtes? Boucar Diouf vous suggère le don de soi : « Donnez, ça vous fera le plus grand bien. » 
 
La solidarité anonyme 
Boucar Diouf explique les bienfaits de la solidarité anonyme qui, à l'inverse du défi du seau d'eau glacée, dont on a beaucoup entendu parler l'été dernier et qui consistait à se faire voir sur les réseaux sociaux pour ne pas donner aux autres, signifie donner sans souhaiter que les autres le sachent. 
 
« Une nuit, quand j'avais 14 ans, ma grand-mère m'avait remis un sac de grains et demandé d'aller le déposer devant la maison des voisins, qui avaient de la difficulté à joindre les deux bouts. Comme j'avais peur d'affronter les obscurités de ma savane, ma contre-proposition ne tarda pas à se faire entendre. Pourquoi ne pas attendre le lever du soleil et remettre le cadeau en mains propres, avais-je suggéré à grand-maman? Sans tarder, elle déclina ma proposition en m'expliquant que celui qui veut venir en aide à quelqu'un doit justement attendre la nuit et déposer ce qu'il peut devant sa maison. 
 
De ce fait, quand le nécessiteux se réveille, il ramasse discrètement le cadeau, mais ignore l'identité de son bienfaiteur. Et le lendemain, quand il se promène dans ce village, chaque personne qu'il croise sur son chemin devient son bienfaiteur potentiel. C'est de cette façon qu'on tisse les liens et qu'on cultive la solidarité, sans enlever aux autres leur dignité, conclut grand-maman, avant de m'encourager à vaincre ma frousse de la pénombre. » – Boucar Diouf 
 
Caroline Roy interprète la Chanson pour l'auvergnat de Georges Brassens, et elle s'accompagne à la guitare  
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 

Teaser decembre 2014La nature selon Boucar