ICI Radio-Canada Première

Ma grand-mère disait...

Ma grand-mère disait...

Série des Fêtes 2014-2015 (rediffusion)

Boucar Diouf

Ma grand-mère disait...

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du samedi 27 décembre 2014


Arts et culture

La parenté est arrivée

Boucar Diouf et deux de ses invités, la violoniste Cahterine Planet et la calleuse Jacynthe Guimond
Boucar Diouf et deux de ses invités, la violoniste Cahterine Planet et la calleuse Jacynthe Guimond     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

Tout le monde connaît la chanson Le temps du jour de l'an avec son refrain « C'est comme ça que ça se passe dans le temps des Fêtes »... L'histoire québécoise de Boucar Diouf étant récente, pour cette émission, il tente de comprendre l'origine de certaines traditions du temps des Fêtes.  
 
Boucar Diouf commence son émission avec Elena Faita, une mère italienne qui s'y connaît en cuisine. Elle l'informe de l'essentiel pour réussir son jour de l'An. La violoniste Catherine Planet l'accompagne tout au long de l'émission. Il propose d'abord une expérience interculturelle en interprétant en wolof, sa langue d'origine, quelques classiques de la chanson québécoise.  
 
Pour parler des allées et venues des invités dans les soirées des Fêtes, il fait toujours appel à la sagesse de sa grand-mère. « Ma grand-mère avait l'habitude de dire : un invité, c'est comme le poisson, c'est bon trois jours et après ça, il faut s'en débarrasser. La visite fait toujours plaisir. Si ce n'est pas en arrivant, c'est en partant. » 
 
Boucar Diouf reçoit Myriam (El Gnamani) Martineau, professeure de sociologie à l'Université du Québec à Montréal, spécialiste, entre autres, de la tradition orale, elle est aussi une conteuse qui réfléchit sur le sens et l'importance de la fête dans les sociétés humaines. 
 
Boucar Diouf s'entretient aussi avec la musicienne Catherine Planet, spécialiste en musique traditionnelle. Étudiante et chercheuse au deuxième cycle universitaire, elle s'intéresse particulièrement à la culture louisianaise. 
 
L'animateur a aussi invité la calleuse Jacynthe Guimond afin de discuter du rôle du meneur de danse folklorique. Le calleur donne les directives pendant le déroulement de la danse et dirige l'harmonie et la séquence des mouvements. 
 
Des membres de quatre générations d'une famille de Gaspésiens racontent leurs souvenirs de Noël et dévoilent les secrets de leur tourtière, une recette familiale qui se transmet oralement depuis plus de sept générations. 
 
Boucar Diouf termine son émission par sa petite leçon de science. Le temps des Fêtes et ses repas généreux l'amènent à expliquer quelle est la nature biologique du gras. « Le gras est aux animaux que nous sommes ce que le grenier est aux paysans. La meilleure façon de lutter contre le gras, c'est de travailler à ne pas l'accumuler. » 
 
Les archives : 
- Les étrennes qu'on se donnait au jour de l'An, avec Jacques Lacoursière et l'ethnologue Robert-Lionel Séguin et Jacques Godbout, le 1er janvier 1976. 
- Le matin de la fête, le père dominicain Marcel-Marie Desmarais se souvient de l'importance des oranges dans les bas de Noël, avec Jean Deschamps, le 25 décembre 1983

EN COMPLÉMENT

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 

Teaser decembre 2014La nature selon Boucar