ICI Radio-Canada Première

Les incontournables : portraits d'auteurs

Les incontournables : portraits d'auteurs

Du 22 au 26 août 2016 de 14 h à 15 h

Marie-Louise Arsenault

Les incontournables : portraits d
Logo Radio-Canada

Arts et culture

Biz : écrire pour survivre

Le vendredi 26 août 2016

L'animatrice Marie-Louise Arsenault en conversation avec l'auteur Biz pour la série « Les incontournables, portraits d'auteurs » enregistrée à la Bibliothèque Marc-Favreau, à Montréal en juin 2016.
L'animatrice Marie-Louise Arsenault en conversation avec l'auteur Biz     Photo : Bibliothèque Marc-Favreau/Alexis Robin-Brisebois

« Prendre de la distance par rapport à ma propre situation, ça m'a permis de me remettre en mouvement. » C'est grâce à l'écriture que Sébastien Fréchette, alias Biz, a pu trouver la force de combattre sa dépression après la naissance de son fils, dévoile-t-il à Marie-Louise Arsenault. Il répond ensuite avec générosité aux questions du public. 
 
Son premier roman, Dérives, a été composé sur un ordinateur portable dissimulé sous son lit, où il passait 23 heures par jour pendant sa dépression. L'auteur explique que, bien que son oeuvre d'autofiction soit inspirée de sa vie, le narrateur incarné au je est devenu un personnage. « C'est toi, mais tu te regardes avec de la distance. Et justement, quand tu es en dépression, c'est ça qui te manque, de la distance. T'es pogné dans tes affaires au quotidien, replié sur toi-même. » Cette distance a été grandement thérapeutique pour lui. 
 
Un passé de rappeur 
Avant d'être auteur, Biz s'est fait connaître en tant que chanteur du groupe Loco Locass. C'est ce qui l'a amené à refouler son désir d'avoir des enfants, craignant que cela ne freine sa carrière artistique. « Mais finalement, mes enfants m'ont plutôt inspiré. Il y a plein de choses que les enfants de mes romans Dérives et Naufrage disent qui sont directement tirées de leurs propres bouches. » La paternité constitue pour lui une expérience à ce point marquante qu'il ressent le besoin d'en faire part dans ses livres. 
 
Un auteur nouvellement assumé 
Pendant longtemps, Biz sentait qu'il était un rappeur qui venait jouer dans le carré des sables des écrivains, développant du coup le syndrome de l'imposteur. Il est désormais convaincu qu'il gagnera sa vie en écrivant pour le restant de ses jours. « C'est très sécurisant parce que, pendant ma dépression, je ne savais pas ce que je valais, seul, pour gagner de l'argent. Je vais écrire toute ma vie. Je ne vais jamais prendre ma retraite. »


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

21 décembre 2015

En rediffusion : l'univers de quatre écrivains d'ici

23 août 2015

Nancy Huston : l'écriture radioactive

26 juillet 2015

Jean-Paul Daoust : « La poésie a failli avoir ma peau »

19 juillet 2015

Dany Laferrière, écrivain universel

5 juillet 2015

Dans la bulle de Michel Rabagliati