ICI Radio-Canada Première

Les incontournables : portraits d'auteurs

Les incontournables : portraits d'auteurs

Du 22 au 26 août 2016 de 14 h à 15 h

Marie-Louise Arsenault

Les incontournables : portraits d
Logo Radio-Canada

Arts et culture

Nancy Huston : l'écriture radioactive

Le dimanche 23 août 2015

L'auteure Nancy Huston en 2013
L'auteure Nancy Huston en 2013     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Dans Bad girl, classes de littérature (Leméac/Actes Sud), son « autobiographie utérine », Nancy Huston s'adresse au foetus qu'elle a été dans le ventre de sa mère. Marie-Louise Arsenault a rencontré l'auteure en public en avril 2015, pendant le festival littéraire Metropolis bleu. Récit de la naissance d'une écrivaine. (rediffusion du 25 avril 2015) 
 
Parisienne d'adoption (elle part s'installer dans la Ville lumière à 20 ans), la romancière et essayiste bilingue née à Calgary se dit Albertaine « dans chaque cellule de [s]on corps ». Elle n'hésite pas à prendre position sur des sujets d'actualité, elle admire le « style étincelant » de Nelly Arcan et revendique une certaine naïveté chez les écrivains : 
 
« Pour écrire un roman, il faut accepter de regarder le monde en ne comprenant rien, avec un étonnement sincère [...] pour croire aux histoires que nous racontons. » 
 
Deux de ses romans ont été choisis par le public pour figurer sur la liste des 100 livres canadiens à lire au moins une fois dans sa vie : Dolce Agonia et Lignes de faille
 
« Une longue, lente et silencieuse explosion de mots »  
 
Nancy Huston commence à publier en 1979, tantôt en français, tantôt en anglais. Dans ses livres, elle aborde souvent la maternité, le féminisme, la foi, l'enfance et les liens du sang.  
 
Sa propre enfance a été marquée par le départ de sa mère, qui la transforme littéralement en « femme de lettres ». Elle entretient, en effet, une correspondance avec cette mère absente, et ces lettres sont sa façon de lui raconter sa vie et de l'y intéresser.  
 
« Quatre-vingt-dix pour cent de ton oeuvre littéraire est contenue dans ce seul après-midi, un peu comme l'énergie nucléaire est compressée dans une bombe atomique. S'ensuivra une longue, lente et silencieuse explosion de mots avec d'infinies retombées radioactives. » 
 
Nous nous constituons tous, selon elle, qu'on le veuille ou non, grâce à des récits. Pour Nancy Huston, Bad girl est une façon de raconter son histoire et de comprendre ce qui l'a poussée à écrire toute sa vie.  
 
 


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

26 août 2016

Biz : écrire pour survivre

21 décembre 2015

En rediffusion : l'univers de quatre écrivains d'ici

26 juillet 2015

Jean-Paul Daoust : « La poésie a failli avoir ma peau »

19 juillet 2015

Dany Laferrière, écrivain universel

5 juillet 2015

Dans la bulle de Michel Rabagliati