ICI Radio-Canada Première

Les incontournables : portraits d'auteurs

Les incontournables : portraits d'auteurs

Du 22 au 26 août 2016 de 14 h à 15 h

Marie-Louise Arsenault

Les incontournables : portraits d
Logo Radio-Canada

Arts et culture

Dany Laferrière, écrivain universel

Le dimanche 19 juillet 2015

Marie-Louise Arsenault avec l'auteur Dany Laferrière
Marie-Louise Arsenault avec l'auteur Dany Laferrière     Photo : Arr. Rosemont-Petite-Patrie/Alexis Robin-Brisebois

« Ne me parlez pas de mes livres, je les ai écrits », répond d'emblée Dany Laferrière quand des lecteurs l'abordent pour lui parler de son oeuvre. Car, il a beau faire désormais partie de l'Académie française, l'écrivain Dany Laferrière se considère avant tout comme un lecteur. 
 
Écrivain populaire, deux de ses titres figurent sur la liste des incontournables, les 100 livres d'ici à lire une fois dans sa vie : L' énigme du retour et Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit? Pourtant, les listes de suggestions, il n'y croit pas.  
 
Pour lui, la lecture, c'est lire des choses que l'autre n'a pas lues et en discuter. Son cauchemar absolu? Voir tout le monde lire le même livre. « Si tous les écrivains arrêtaient d'écrire maintenant, il y aurait assez de livres pour que nous puissions lire pendant les 200 000 années qui vont venir. »  
 
De Petit-Goâve à Montréal 
Né à Port-au-Prince le 13 avril 1953, Dany Laferrière est envoyé à 4 ans chez sa grand-mère, à Petit-Goâve, quand son père doit quitter le pays par crainte des représailles. Ses souvenirs sont nourris d'après-midis sans fin passés à observer les fourmis aux pieds de sa grand-mère.  
 
« J'ai été surprotégé par une flopée de femmes : ma mère, ma grand-mère, mes tantes [...] alors qu'au-dehors s'agitait la dictature. »  
 
Le futur écrivain doit fuir Haïti à son tour et débarque au Québec à l'été 1976, en pleins Jeux olympiques, quelques mois avant l'arrivée du PQ au pouvoir. Une période qu'il qualifie de « mois les plus excitants de [sa] vie ».  
 
Un succès immédiat 
Il travaille dans des usines pendant plusieurs années et, à 32 ans, il publie son premier roman, Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer. Lors de sa première entrevue à Radio-Canada, Denise Bombardier qualifie son livre d'histoire « loufoque, abracadabrante ». Il y aborde sans voile la sexualité et les rapports de race, mais le thème principal, selon lui, c'est plutôt la solitude. Dany Laferrière devient rapidement une personnalité médiatique. 
 
En 1990, il choisit la littérature et part vivre à Miami pour échapper à une carrière à la télévision. Il entame ainsi sa période d'écriture de l'autobiographie américaine, et publie, entre autres, Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit? (1993).  
 
Écrire l'exil 
En 2009, dans la mi-cinquantaine, il publie L'énigme du retour, son livre le plus personnel. Roman sur l'exil et sur son père exilé avant lui, le livre lui vaut le prix Médicis. « La nouvelle coupe la nuit en deux. L'appel téléphonique fatal que tout homme d'âge mûr reçoit un jour : mon père vient de mourir [...] Je tente d'imaginer la solitude d'un homme face à la mort dans un lit d'hôpital d'un pays étranger. “La mort expire dans une blanche mare de silence”, écrit le jeune poète martiniquais Aimé Césaire en 1938. Que peut-on savoir de l'exil et de la mort quand on a à peine 25 ans? » 
 
Pourtant Dany Laferrière trouve qu'on abuse du mot exil. Bien sûr quand on a passé 40 ans hors de son pays, des vagues d'émotion peuvent nous submerger. Toutefois, l'exil du temps est beaucoup plus terrible que l'exil géographique par exemple, car on ne peut pas retourner dans le passé. Ceux qui n'ont jamais voyagé aussi vivent un grand exil : l'exil du reste du monde.  
 
C'est le propre de la condition humaine de sentir ce manque-là, cette nostalgie d'un monde dans lequel on ne peut pas retourner parce que notre vie a changé. Nous, les humains, sommes capables de parler de notre douleur et, dans le cas de Dany Laferrière, de l'écrire.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

26 août 2016

Biz : écrire pour survivre

21 décembre 2015

En rediffusion : l'univers de quatre écrivains d'ici

23 août 2015

Nancy Huston : l'écriture radioactive

26 juillet 2015

Jean-Paul Daoust : « La poésie a failli avoir ma peau »

5 juillet 2015

Dans la bulle de Michel Rabagliati