ICI Radio-Canada Première

Les années lumière

Les années lumière rss

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h 
(en rediffusion le dimanche à 4 h)

Yanick Villedieu

Les années lumière
Logo Radio-Canada

Science et technologie

Allaitement : l'application rigide des 10 commandements remise en cause

Le dimanche 20 novembre 2016

Mère qui allaite son enfant
Mère qui allaite son enfant     Photo : Archives

La rigidité des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière d'allaitement et un manque d'éducation du personnel infirmier et médical à ce sujet pourraient compromettre la santé des nouveaux-nés. Les bienfaits du lait maternel n'ont plus besoin d'être démontrés, mais le protocole voulant l'imposer à tout prix est critiqué par une partie de la communauté scientifique. 
 
Les hôpitaux, pour accéder au statut d'« ami des bébés », doivent respecter dix conditions émises par l'OMS concernant l'allaitement. Selon Valérie Flaherman, professeure associée de pédiatrie à l'Université de Californie à San Francisco, ces critères gravés dans le marbre mériteraient d'être révisés. L'un d'entre eux, par exemple, indique qu'il ne faut pas donner la suce aux enfants nourris au sein. 
 
« On utilise encore une norme qui date des années 90 et qui n'a pas été mise à jour pour 2016 », indique la spécialiste, qui ajoute que des études réalisées dans les dernières années prouvent que la suce peut aider un nourrisson à ne pas succomber au syndrome de la mort subite. Valérie Flaherman, dans un éditorial qui accompagnait la publication du Journal of the American Medical Association du 25 octobre, explique que les hôpitaux qui tentent de devenir « amis des bébés » pourraient le faire au détriment de la santé de ceux-ci. 
 
« Comme pour n'importe quoi, quand on applique les règles sans penser, il peut y avoir des risques », estime Catherine Pound, pédiatre au Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario. Selon elle, une réforme des recommandations de l'OMS n'est pas nécessaire. Il convient plutôt, d'une part, d'apprendre au personnel de la santé à les appliquer de façon appropriée, et d'une autre, d'éviter de blâmer les mères qui ne nourrissent pas leur enfant uniquement au sein, comme ça s'est vu dans certains établissements. 
 
« Dire que l'allaitement est ce qui est meilleur, ce n'est pas assez. Il faut expliquer et donner des conseils pratiques dans une atmosphère de respect et d'entraide », résume Catherine Pound, ajoutant qu'il faut comprendre les besoins spécifiques de chaque bébé et les limites de certaines mères. 
 
Invitées : 
Valérie Flaherman, professeure associée de pédiatrie, épidémiologie et biostatistiques, Université de Californie, UCSF Benioff Children's Hospital, San Francisco.  
Catherine Pound, pédiatre, Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario, Ottawa, Comité nutrition de la Société canadienne de pédiatrie.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

20 novembre 2016

L'auteur des Années lumière : Jean-Pierre Urbain

20 novembre 2016

Le courrier des Années lumière : l'évolution des accents

20 novembre 2016

La règle de 3 : Des médicaments pour non-malades

20 novembre 2016

Doc / Postdoc : Nadia Naffi

20 novembre 2016

Lumière réfléchie : La résurrection du créationnisme