ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
5
6
789
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 6 septembre 2016


Société

Le Québec, leader de l'entrepreneuriat collectif

Jean-Martin Aussant, directeur général du Chantier de l'économie sociale
Jean-Martin Aussant, directeur général du Chantier de l'économie sociale     Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

« C'est plus de 10 % de notre économie qui provient des entreprises collectives », rappelle Jean-Martin Aussant. De passage dans nos studios, le directeur général du Chantier de l'économie sociale explique que l'entrepreneuriat collectif a un potentiel infini, et ce, particulièrement au Québec.  
 
« Le taux de survie des entreprises collectives est beaucoup plus élevé que celui des entreprises privées », relate Jean-Martin Aussant. Pourquoi? La grande différence avec l'économie sociale, explique-t-il, c'est qu'une fois la rentabilité obtenue, on vise à faire bénéficier la collectivité et non à en profiter pour faire monter le prix d'une action.  
 
La province est perçue dans le monde comme un leader de l'entrepreneuriat collectif. « L'économie sociale est profitable. C'est 40 milliards de chiffre d'affaires au Québec ». Elle permet une croissance plus inclusive et une réduction des inégalités qui sont en croissance dans notre société, soutient Jean-Martin Aussant.  
 
Le 3e Forum mondial de l'économie sociale se tiendra du 7 au 9 septembre au Palais des congrès de Montréal. Il réunira des participants provenant d'environ 400 villes réparties dans une soixantaine de pays. Jean-Martin Aussant est coorganisateur de ce forum. 
 
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - PREMIÈRE PLUS - Jean-Martin Aussant : L''expression citoyenne au coeur des territoires

Société

Mort d'Isabelle Dinoire, la première greffée du visage

Isabelle Dinoire

En 2005, la toute première greffe mondiale d'une partie du visage a été réalisée. Isabelle Dinoire, la patiente qui en a bénéficié est morte en toute discrétion le 22 avril dernier. Michel-Alain Danino, chef du service de chirurgie plastique du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), se souvient de cet événement. « La voir s'éteindre aujourd'hui, c'est très triste pour sa famille, mais aussi pour toute la communauté chirurgicale », avoue le Dr Danino, en entrevue au 15-18.  
 
C'est une chirurgie rare. Il y en a eu 37 semblables dans le monde et sur celles-ci, 25 ont été connues du public, explique Michel-Alain Danino. « Moi, ça me touche beaucoup, car à l'époque, j'étais professeur en France et ça avait été une révolution. C'était une greffe parfaite sur le plan anatomique », raconte le médecin.  
 
Isabelle Dinoire, qui avait été défigurée par son chien, avait subi une transplantation du triangle nez-lèvres-menton. Le quotidien Le Figaro, qui a révélé l'information sur sa mort, affirme que Mme Dinoire avait subi l'hiver dernier « un nouveau rejet du greffon et avait perdu une partie de l'usage de ses lèvres ». 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Les greffes du visage en 9 dates

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
5
6
789
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada