ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18
Logo Radio-Canada

Santé

La qualité de l'eau de la plage où vous allez n'est peut-être pas testée

Le mercredi 3 août 2016

Vacances à la plage
Vacances à la plage     Photo : iStockPhoto

Par peur de subir de la mauvaise presse, des municipalités préfèrent se retirer du programme Environnement-Plage, qui évalue la qualité de l'eau, plutôt que de recevoir une mauvaise cote qui éloignerait les baigneurs. 
 
« Ça fait une très mauvaise réputation », explique Jacques Landry, le maire de Venise-en-Québec, sur les rives du lac Champlain, visiblement encore marqué du traitement médiatique reçu lors d'un épisode d'algues bleues. Pour cette raison, aucun test sur la qualité de l'eau n'est effectué, pendant l'été. Toutefois, « tous les matins, des employés municipaux nettoient les berges », assure le maire. 
 
Sur 337 plages publiques, 80 plages ne participent pas au programme volontaire Environnement-Plage. « C'est l'exploitant qui a la responsabilité d'assurer une eau de qualité », explique Geneviève Lebel, coordonnatrice au ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Mais « ça ne veut pas dire que l'eau n'est pas testée », ajoute-t-elle. Certaines municipalités font des suivis quand même, mais sans participer au programme. 
 
Pour connaître la qualité de l'eau des plages participant au programme Environnement-Plage par région, consultez le site du ministère. 
 
 


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

20 décembre 2016

Comprendre la dépendance au fentanyl

23 novembre 2016

Améliorer les repas dans les CHSLD sans injecter un sou de plus, c'est possible?

19 octobre 2016

Diminuer les risques de cancer : une responsabilité collective

10 octobre 2016

Vivre au quotidien avec la maladie mentale

19 août 2016

Le taux de survie des patients atteints de leucémie augmente

16 août 2016

Le tiers des ordonnances d'antibiotiques seraient inutiles