ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18
Logo Radio-Canada

Société

Des écoles en décrépitude : 20 photos pour témoigner

Le jeudi 21 janvier 2016

Des professeurs nous ont fait parvenir des images qui témoignent de l'état de décrépitude des écoles montréalaises.
Des professeurs nous ont fait parvenir des images qui témoignent de l'état de décrépitude des écoles montréalaises.     Photo : Sources confidentielles

Depuis l'automne dernier, ICI Grand Montréal a reçu une soixantaine de photos de professeurs qui documentent l'état de décrépitude d'une dizaine d'écoles de Montréal. Ce piètre état des écoles nuit à la santé ou à la sécurité des enfants, selon eux. La présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel-Bourdon, a vu ces photos et dit être très consciente qu'il y a des travaux à faire dans nos écoles. « On ne peut pas laisser les enfants dans ces conditions-là. Il faut prioriser les institutions scolaires et investir massivement », clame Mme Harel-Bourdon en entrevue au 15-18.  
 
Pour arriver à résorber le déficit d'entretien, évalué à 1 milliard de dollars, la CSDM aurait besoin de deux fois plus d'argent annuellement. En ce moment, elle dispose de 85 millions par année pour 10 ans, mais la présidente précise qu'ils auraient besoin d'au moins 150 millions de dollars pour la même période. Elle soutient que ce problème doit devenir une priorité du gouvernement. 
 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

28 septembre 2016

L'Institut du radium de Montréal, lieu des premières expérimentations en radiologie

23 septembre 2016

Du sofa au demi-marathon en quelques mois

22 septembre 2016

Sables bitumineux : front commun les Premières Nations

21 septembre 2016

Le pont Jacques-Cartier, icône de Montréal

20 septembre 2016

Aide médicale à mourir : quand un flou juridique mène à une tentative de suicide

19 septembre 2016

Le débat sur la laïcité, douloureux mais nécessaire