ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18
Logo Radio-Canada

Société

L'origine montréalaise du mythe américain de la conquête de l'Ouest

Le mercredi 26 août 2015

Sitting Bull et Buffalo Bill (Musée McCord), la gare Dalhousie en 1885 (Archives Canadien Pacifique) et Louis Riel
Sitting Bull et Buffalo Bill (Musée McCord), la gare Dalhousie en 1885 (Archives Canadien Pacifique) et Louis Riel     Photo : Musée McCord, Archives Canadien Pacifique et Radio-Canada

C'est au square Dalhousie que nous avons rencontré l'historien Jean-François Nadeau. « C'est ici, à la gare Dalhousie, que les premiers trains partaient vers l'ouest, à l'été 1886. Ce lieu est important. On oublie souvent qu'une bonne partie de ce qu'on considère comme le grand mythe américain, la conquête de l'Ouest, vient aussi de Montréal », explique Jean-François Nadeau. Alors qu'on a souvent l'impression que Montréal est une ville d'immigration, l'historien rappelle que la métropole a été longtemps une ville d'émigration.  
 
En plein coeur du square Dalhousie, qui autrefois abritait la gare Dalhousie, Jean-François Nadeau retrace l'histoire des premières liaisons directes pour l'Ouest canadien, instaurées par le Canadian Pacifique, qui a fait ériger cette petite gare. Au 19e siècle, les Montréalais quittaient la ville pour aller travailler dans les industries de la Nouvelle-Angleterre, mais aussi, et surtout, pour découvrir les territoires de l'Ouest qui bordent l'océan Pacifique. 
 
Le triomphe du Wild West Show 
À la source de cet engouement pour la région : William Frederick Cody, dit Buffalo Bill, qui, un an auparavant, en 1885, présentait son fameux spectacle Wild West Show, une version romantique et sublimée de la conquête de l'Ouest. Dans ce spectacle, on demandait aux grands vaincus de l'histoire, comme certains chefs autochtones, de jouer leur propre rôle. Parmi ceux-ci : le grand chef mythique Sitting Bull. 
 
Les spectacles de Buffalo Bill triomphaient à Montréal, mais, comme le souligne Jean-François Nadeau, ceux-ci étaient une fabrication désincarnée de la conquête. « On y oubliait le malheur qui accompagnait tout ça, le déplacement de populations amérindiennes, la misère, les enfants abandonnés... tout ça, on en parlait très peu. »  
 
Les Montréalais divisés sur le sort de Louis Riel 
C'est donc un moment dans l'histoire où l'on fabriquait l'oubli, mais aussi, paradoxalement, la mémoire de la ville, affirme l'historien. Les Montréalais étaient sensibles au sort et au soulèvement des Métis dans les Prairies. À leur tête, Louis Riel, ce grand personnage de l'histoire canadienne, pendu à Regina le 16 novembre 1885 pour haute trahison. 
 
Ces deux évènements ont marqué, à leur façon, l'histoire de la ville, puisqu'ils sont à l'origine du départ de quelques centaines de famille rêvant d'un monde nouveau, à la conquête de l'Ouest. 
 
En images, Jean-François Nadeau nous raconte : 

Alors qu'on a souvent l'impression que Montréal est une ville d'immigration, Jean-François Nadeau rappelle que la métropole a été longtemps une ville d'émigration. Découvrez pourquoi ici =» http://bit.ly/1JmV2DM

Posted by Le 15-18 on 26 août 2015


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

27 février 2017

Le parcours semé d'embuches d'une famille de réfugiés

27 février 2017

Se faire montrer la porte pendant son congé de maternité

24 février 2017

Une identité montréalaise plus forte que jamais

23 février 2017

Meurtre par compassion : comment comprendre les accusations

23 février 2017

Demande anticipée d'aide à mourir : doit-on relancer le débat?

22 février 2017

La brève histoire du Carnaval de Montréal