ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
15
16171819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 15 février 2016


Société

« Le combat n'est pas terminé »

Samian en entrevue au 15-18 dans le studio 91
Samian en entrevue au 15-18 dans le studio 91     Photo : Laurence Dompierre-Major

« Probablement que ces deux jeunes avaient les mêmes rêves, les mêmes passions. Probablement que ces deux-là auraient pu avoir un avenir en commun. » Samian, rappeur québécois d'origine algonquine, était de passage à Lac-Simon pour donner des conférences aux jeunes Québécois et Autochtones. En entrevue au micro d'Annie Desrochers, le chanteur ne cache pas sa crainte et sa déception au sujet de la fusillade survenue dans la communauté.  
 
« Il y a un mal de vivre à Lac-Simon. C'est une communauté extrêmement difficile pour les jeunes, notamment en ce qui concerne l'encadrement des jeunes et leurs rêves. » Il raconte qu'en sortant de cette série de conférences dans la région, il avait pourtant l'impression que, pour la première fois, tous les jeunes, québécois comme autochtones, ne formaient plus qu'un. 
 
« C'est ironique, mais on doit se battre pour avoir la paix » 
 
Celui qui vient d'être nommé Artiste pour la paix explique qu'il vit une guerre spirituelle intérieure. Samian se bat avec ses mots et fait de la musique non plus pour lui, mais pour les autres. Il explique que de recevoir un titre comme celui-ci, dans la foulée des événements à Lac-Simon, lui donne envie de le partager avec les victimes.  
 
Fusillade à Lac-Simon : deux morts, dont un jeune policier | ICI.Radio-Canada.ca 

Société

Les familles itinérantes de plus en plus nombreuses au pays

Des enfants font la file
Des enfants font la file     Photo : Istock

« La situation est de plus en plus grave pour ces familles et ces enfants. Si nous n'agissons pas, la tendance va se creuser. » Dominic Brassard a rencontré Hugo Caillaux, de l'organisation Raising the Roof, qui publie un rapport alarmant. Selon l'organisme, le nombre d'enfants hébergés par des refuges avec leurs parents aurait augmenté de 50 % en 5 ans au Canada.  
 
Selon Hugo Caillaux, 3,1 millions de familles ont de la difficulté à se loger et vivent dans la pauvreté. « Il faut travailler en amont pour trouver des situations de prévention », explique-t-il. Cette situation d'itinérance est souvent le résultat de problèmes de logement abordable, de pauvreté et de violence conjugale. Dans la moitié des cas, ces enfants itinérants vont eux-mêmes développer des problèmes d'anxiété et de dépression, et ils connaîtront des problèmes de décrochage scolaire, et ce, dans une proportion beaucoup plus élevée que ceux qui vivent dans un logement stable. 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Pour consulter le site de l''organisme Chez toit

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
15
16171819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada