ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Matthieu Dugal

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
4
5
678
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
2526272829
30
31
 
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 5 janvier 2016


Société

La paideia grecque, former une belle âme dans un beau corps

Platon

Les grecs ont été les premiers occidentaux, au 8e sièce avant notre ère, à réfléchir au concept de l'éducation. Xavier Brouillette disserte de la paideia, une philosophie d'enseignement qui influence encore la manière dont nous voyons l'éducation actuellement.  
 
C'est à cette époque que l'alphabet grec s'est démocratisé et que l'éducation a cessé d'être le privilège d'une seule classe sociale. Pour l'aristocratie guerrière en place, le pouvoir devait être partagé. Pour se faire, il fallait former les gens pour qu'ils soient en mesure de prendre leur place dans l'échiquier politique.  
 
La paideia visait donc à former l'individu à l'excellence et à la vertu. Il fallait éduquer l'esprit par l'apprentissage de l'écriture et des mathématiques, l'âme, par la musique et la poésie et le corps, par l'entraînement au gymnase.  
 
Avec cette nouvelle vision de l'éducation, les philosophes ont créé des écoles dont les noms résonnent encore aujourd'hui à nos oreilles : Platon fonda l'Académie, Aristote, le Lycée, Épicure, le Jardin (de là vient le « garden » dans « kindergarden »).  
 
 

Xavier Brouillette est venu nous parler de l'éducation à la grecque. On se rend rapidement compte que bien des fondements de l'éducation moderne sont encore bien ancrés dans cette époque!

Posted by Le 15-18 on Tuesday, January 5, 2016

Santé

Vaccination : bannir les enfants des écoles n'est pas la solution

La vaccination est obligatoire dans trois provinces.
La vaccination est obligatoire dans trois provinces.     Photo : Radio-Canada

Bannir les enfants des écoles comme Ottawa l'a fait n'est peut-être pas la meilleure approche. Au Québec, c'est 98 % des parents qui font vacciner leurs enfants. Il s'agit d'un taux de couverture vaccinale qui se compare à ceux des provinces où la vaccination est obligatoire. Ève Dubé, membre du Groupe scientifique en immunisation de l'Institut national de santé publique du Québec, croit que l'éducation des parents est plutôt la solution. 
 
« Il faut se rappeler que les gens totalement opposés à la vaccination ne représentent que 2 % de la population. En général, plus on veut les faire vacciner, plus ils deviennent rigides », indique Ève Dubé.  
 
À partir d'aujourd'hui, 900 élèves de la région d'Ottawa ne peuvent plus aller à l'école parce qu'ils n'ont pas fourni la preuve qu'ils sont vaccinés. La vaccination est aussi obligatoire pour les parents du Nouveau-Brunswick et du Manitoba.  
 
 

Société

Itinérance et froid extrême, quand les haltes-chaleur n'ouvrent pas

La halte-chaleur d'Hochelaga-Maisonneuve.
La halte-chaleur d'Hochelaga-Maisonneuve.     Photo : Photo : Marie-Ève Maheu

Dans la nuit de lundi à mardi, alors que l'indice de refroidissement éolien était inférieur à -27 °C, la halte-chaleur de Ville-Marie n'a pas ouvert ses portes, contrairement à d'autres. La journaliste Marie-Ève Maheu a constaté le manque de coordination entre la Ville et les fournisseurs de ce service essentiel offert aux itinérants. 
 
Dans Hochelaga-Maisonneuve, une nouvelle halte-chaleur a pourtant accueilli des sans-abri pour les protéger du froid la même nuit. Deux frères y sont passés. « Je trouve ça cool, parce que c'est le temps qu'il y ait de quoi dans le coin. On avait un refuge, mais on l'a perdu malheureusement. Mais au moins avec les froids qu'il y a, ça donne une place dans le coin où aller », dit Dave.  
 
Sylvie Boivin, directrice de l'organisme L'Anonyme, qui gère la halte-chaleur dans Hochelaga-Maisonneuve, aimerait ouvrir plus souvent, mais elle explique avoir des contraintes budgétaires. C'est la Ville qui finance le service et qui fixe les règles.  
 
Une pétition a été lancée par les organismes SOS itinérance et Solidarité dans la rue pour que les haltes-chaleur ouvrent dès que la température ressentie descend à -15 °C. 
 
Les haltes-chaleur ne visent pas à remplacer les maisons d'hébergement. Elles sont plutôt destinées aux sans-abri qui sont réfractaires aux refuges ou qui en sont exclus à cause de leur comportement.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - La pétition pour des haltes-chaleur ouvertes plus souvent

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
4
5
678
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
2526272829
30
31
 
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Rio 2016Balado