ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678
9
10
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27282930
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 9 juin 2016


Société

Pitbulls : réglementer plutôt qu'interdire

Camille Robert est propriétaire d'un pitbull
Camille Robert est propriétaire d'un pitbull     Photo : Radio-Canada/Dominic Brassard

« On ne pense pas qu'il faille cibler une race de chien en particulier », croit Joël Bergeron, président de l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec. Au micro d'Annie Desrochers, il recommande plutôt de réglementer en fonction du gabarit des chiens. Bernard Sévigny, président de l'Union des municipalités du Québec, croit que la situation complexe requiert une approche réglementaire qui ne fait « pas de compromis sur la sécurité ».  
 
La mort tragique d'une femme qui a été attaquée par un pitbull a provoqué un torrent d'appels afin que les autorités interviennent. L'interdiction pure et simple de posséder un pitbull ne semble toutefois pas être privilégiée.  
 
« C'est sûr que les pitbulls ont une physionomie particulière, explique Joël Bergeron, mais on trouve des caractéristiques similaires chez les bergers allemands et les rottweilers. » C'est pourquoi il suggère de penser une réglementation selon le gabarit des chiens.  
 
Bernard Sévigny cite en exemple la Ville de Sherbrooke, où la réglementation balise la possession de « chiens dangereux », peu importe la race. « Si ça passe par une législation, qu'on la fasse, si c'est un cadre réglementaire à proposer aux municipalités, allons-y. » 
 
Cibler les propriétaires plutôt que les chiens 
« Le problème de base, c'est l'éducation de ces chiens-là », affirme Frédéric Labbé, maître-chien à la Brigade canine de Pointe-aux-Trembles. Il reconnaît toutefois que le pitbull est un chien de combat, ce qui exige une éducation bien contrôlée. « Vous voulez en acheter un? Allez suivre une formation. Prouvez que vous êtes un propriétaire compétent. » 
 
Camille Robert, jeune propriétaire d'un pitbull, abonde dans le même sens. Elle ajoute qu'« un gros problème, c'est que la reproduction des chiens n'est pas réglementée, on voit des gens qui font ça n'importe comment, sans se soucier de la stabilité des chiens. »

Arts et culture

Une firme montréalaise derrière les festivités de l'Euro 2016

La compagnie montréalaise Circo de Bakuza est derrière les cérémonies de l'Euro 2016
La compagnie montréalaise Circo de Bakuza est derrière les cérémonies de l'Euro 2016     Photo : Gracieuseté Circo de Bakuza

C'est Circo de Bakuza, une agence montréalaise, qui est derrière l'organisation des cérémonies d'ouverture de l'Euro 2016, légendaire compétition de soccer qui commence demain en France. Son président, Vincent Drolet, explique comment la compagnie a gravi les échelons jusqu'à la grande scène du Stade de France. 
 
Le spectacle s'inspire des grands codes culturels de la France, à commencer par le french cancan, la France romantique et la devise française : « Liberté, Égalité, Fraternité ». « Notre mandat est de faire un clin d'œil au pays hôte, explique-t-il, et le fait de venir de Montréal a aidé. On a une grande liberté créative et un bon bagage culturel, on est bien positionnés à Montréal pour les arts vivants. » 
 
 

UEFA EURO 2016 FINAL DRAW from Circo de Bakuza on Vimeo.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678
9
10
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27282930
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada