ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45
6
78
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
2526272829
30
31
 
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : �mission du mercredi 6 janvier 2016


Société

Le patin, loisir nordique de la Nouvelle-France

Patin au Lac aux Castors en 1972
Patin au Lac aux Castors en 1972     Photo : Archives de la Ville de Montréal

La première patinoire publique intérieure, la Victoria Skating Rink, est apparue en 1862 dans la rue Drummond à Montréal. L'historien Jean-François Nadeau nous raconte que l'arrivée de cette première patinoire, où de nombreuses valses à patin ont été célébrées, marque le début d'une société où le sport devenait un loisir. 
 
 
C'est d'ailleurs sur cette glace que la première Coupe Stanley a été disputée en 1894. 
 
Auparavant, le patin avait eu un usage beaucoup moins mondain. En 1760, le général Ahmerst avait envoyé deux patineurs à Québec sur le fleuve gelé afin de faire parvenir une missive au gouverneur James Murray. Un des patineurs ne s'est malheureusement jamais rendu à destination. 
 

Le patin à Montréal

Posted by Le 15-18 on Wednesday, January 6, 2016

Arts et culture

Architecture montréalaise en 2016, des projets inspirants

Projet Pavillon 5 du Musée des beaux-arts de Montréal
Projet Pavillon 5 du Musée des beaux-arts de Montréal     Photo : Manon Asselin Architecte (atelier TAG)

À l'approche des festivités de son 375e anniversaire, Montréal se fait belle, et des projets d'architecture d'envergure s'annoncent pour l'année. Marc-André Carignan, chroniqueur urbain, fait le portrait des bâtiments dont les façades valent le détour. 
 
Les centres culturels de Notre-Dame-de-Grâce et de Verdun font partie des édifices qui sont en chantier cette année et qui sont prometteurs. Sinon, le Stade de soccer de Montréal, qui a ouvert cet été, est à visiter en 2016 si vous ne l'avez pas fait en 2015. Le nouveau pavillon pour la paix du Musée des beaux-arts de Montréal, rue Bishop, vaut aussi le détour, ne serait-ce que pour voir l'avancement de la coquille du bâtiment, croit Marc-André Carignan.  
 
Petite note nostalgique, le chroniqueur urbain nous rappelle que la vision de Jean-Paul L'Allier, ancien maire de Québec décédé cette semaine, était de « promouvoir le design de qualité, afin de donner une personnalité à sa ville ».  

Art de vivre

Mode jetable : « Il faut dépasser l'époque des "modeux" »

Défilé de la collection d'Antonio Urzi à semaine de la mode à New York, en février 2015
Défilé de la collection d'Antonio Urzi à semaine de la mode à New York, en février 2015     Photo : Getty images/Frazer Harrison

La considération d'avoir des vêtements durables s'est éclipsée pour être remplacée par une mode plus éphémère, observe Mélanye Boissonnault. La chroniqueuse est allée à la rencontre du designer Jean-Claude Poitras, qui déplore que « le fast-fashion soit absolument comme le fast-food, une attitude qui force une consommation délirante ». 
 
 
Selon M. Poitras, la mode ne devrait pas être quelque chose de passager, mais plutôt une question de style. Et pour lui, les médias ont la responsabilité de faire connaître les designers québécois de la relève, qui proposent des idées originales. « Il faut dépasser l'ère des "chroniqueuses chiffons" et l'époque des "modeux". Ça me révolte, il faut humaniser la mode », s'insurge-t-il.  
 
Le designer conserve malgré tout de l'espoir pour l'avenir du design québécois. Montréal n'est pas Paris ou Milan, mais elle a tout de même une place à prendre. 

Société

Attentat de Charlie Hebdo : un film pour donner une voix aux défunts

Les coréalisateurs du film L'humour à mort (Je suis Charlie), père et fils, Daniel et Emmanuel Leconte.
Les coréalisateurs du film L'humour à mort (Je suis Charlie), père et fils, Daniel et Emmanuel Leconte.     Photo : capture d'écran : radio-canada

Près d'un an après la fusillade qui a décimé de grands noms du magazine satirique, Daniel Leconte parle de son film L'humour à mort (Je suis Charlie). Pour lui, c'était le moyen de « donner la parole aux gens de Charlie Hebdo, pour qu'ils puissent parler plus fort que les autres ».  
 
Il s'agit aussi de s'assurer que la France se souviendra longtemps des attentats du 7 janvier 2015, indique le producteur de films.  
 
« Ils ne s'attaquaient pas qu'à Charlie, mais à la démocratie française, à sa culture et à son système juridique. C'était la même chose en novembre. Ce combat est devenu, j'espère, le combat de tous les Français », a conclu M. Leconte au micro d'Annie Desrochers.  
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45
6
78
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
2526272829
30
31
 
 
 
 
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Le 15-18

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada