ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
14
15161718
19
20
2122232425
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 14 mars 2016


Société

« Je demande au gouvernement de prendre soin de nous » - Le cri du coeur d'une mairesse

La mairesse de Sainte-Sophie, Louise Gallant
La mairesse de Sainte-Sophie, Louise Gallant     Photo : Laurence Dompierre-Major

C'est un véritable cri du cœur que lance Louise Gallant, la mairesse de Sainte-Sophie. « Assez, c'est assez », affirme-t-elle dans une lettre où elle dénonce le traitement subi par l'un de ses citoyens de 82 ans qui, à ses yeux, n'a pas reçu le service de santé dont il avait besoin. « Le Québec est malade et les gens au pouvoir doivent faire quelque chose », estime Louise Gallant, de passage dans les studios du 15-18. Elle s'inquiète de voir le gouvernement abandonner les plus démunis.  
 
« Il n'y a rien qui a bougé jusqu'à ce que je me décide d'aller à l'hôpital pour voir ce qui se passait », explique la mairesse. Louise Gallant est inquiète, pour son avenir et pour celui des jeunes. « Je demande juste au gouvernement de nous aider, de prendre soin de nous. On n'est plus capables. On n'a plus de services ».  
 
Dans la lettre qu'elle a envoyée, Mme Gallant interpelle le gouvernement du Québec, lui demandant d'assurer la sécurité de ses citoyens. « Mesdames et messieurs du gouvernement, vous n'êtes plus en contact avec la réalité du peuple! Tout un chacun est épuisé de payer! Notre santé et notre sécurité sont en danger! Même les organismes communautaires que vous coupez à tour de bras sont totalement essoufflés! » 
 
 

Société

Syrie : de l'espoir pour survivre à la guerre

La Croix Rouge canadienne dans un camp de réfugiés au Liban
La Croix Rouge canadienne dans un camp de réfugiés au Liban     Photo : La Croix Rouge

La guerre en Syrie a maintenant cinq ans. Elle a fait au moins 270 000 morts et a poussé à l'exode des millions de personnes. « On voit les répercussions de cinq ans de guerre en Syrie. La situation ne cesse de s'aggraver. » Conrad Sauvé, président de la Croix-Rouge canadienne, revient d'une mission où il a visité plusieurs camps de réfugiés, au Liban et en Syrie. En entrevue au 15-18, il ne cache pas que l'aide humanitaire n'est pas la solution, mais il dit qu'elle reste nécessaire. 
 
« Lorsqu'on marche dans la vieille ville de Homs, il n'y a pas un mur ou une porte qui n'est pas criblé de balles. » Le nombre de personnes déplacées est très élevé. Certaines personnes ont été déplacées à plus de sept reprises, explique Conrad Sauvé. L'esprit général est assez partagé; il y a les deux extrêmes. « J'ai vu de l'espoir et du désespoir dans les yeux des gens. » 
 
Une solution diplomatique 
 
« On sait que la solution de toute guerre n'est pas militaire, mais diplomatique », croit Conrad Sauvé. Au moment où certaines régions et zones de guerre restent inaccessibles, l'important, selon M. Sauvé, c'est de comprendre que l'aide humanitaire est essentielle. Dans de nombreuses villes syriennes, des cliniques mobiles ont été déployées pour donner accès à certains services de santé. « Ce n'est pas la solution, mais ça soulage et, surtout, ça donne de l'espoir. » 
 
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
14
15161718
19
20
2122232425
26
27
28293031
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Balado