ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415
16
1718
19
20
2122232425
26
27
282930
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 16 septembre 2015


Société

Le village des Tanneries, histoire d'un lieu fondateur

Site archéologique du village des Tanneries à Montréal sous l'échangeur Turcot
Site archéologique du village des Tanneries à Montréal sous l'échangeur Turcot     Photo : Laurence Dompierre-Major

Au début du 19e siècle, c'est un carnage absolu dans les forêts avoisinantes de Montréal. Des milliers d'orignaux, de rats musqués, de renards et de castors sont tués pour ravitailler l'industrie florissante du cuir à Montréal. C'est à l'extrémité ouest du quartier Saint-Henri, sous les restes de l'échangeur Turcot et face aux vestiges du village des Tanneries, que nous avons rencontré Jean-François Nadeau.  
 
Le site archéologique du village des Tanneries comptait au 18e siècle huit tanneries où l'on traitait les peaux et le cuir. La décision du gouvernement du Québec et de la Ville de Montréal de détruire ce site archéologique suscite l'indignation des défenseurs du patrimoine. Ce n'est pas sans raison puisque, comme l'explique l'historien, la fourrure et le cuir ont été un vecteur considérable de développement à Montréal.  
 
En 1685, une première tannerie est ouverte près de la décharge de la rivière Saint-Pierre. Les peaux trempent pendant plusieurs semaines, faisant émaner de fortes odeurs et produisant des eaux usées malodorantes. Avec la présence de petits ruisseaux, loin de la ville, l'endroit est donc idéal pour traiter les peaux et le cuir avec les différents tanins.  
 
La famille de tanneurs de Gabriel Lenoir, dit Rolland, devient le plus grand fabricant de cuir. Le village formé en 1780, regroupant une demi-douzaine de tanneries, porte d'ailleurs le nom Tanneries-des-Rolland. En 1825, dans un village plus vaste, celui de Saint-Henri-des-Tanneries, plus de la moitié des habitants vit des métiers du cuir.  
 
À cette époque, des milliers de bêtes sont tuées pour l'industrie. Les chiffres font frissonner : en 1804, ce sont 100 000 orignaux qui sont tués, en 1871, ce sont 184 000 rats musqués, 36 000 castors et 19 000 visons qui vivent le même sort. Mais déjà à cette époque, le gibier est en baisse et la Montreal Naturalist Society tire la sonnette d'alarme. Des chiffres qui témoignent comment Montréal est sans aucun doute une ville de fourrure et de cuir.  
 

Montréal n'existe pas sans le cuir et la fourrure. Le village des Tanneries en est le témoin.

Publié par Le 15-18 le 16 septembre 2015
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415
16
1718
19
20
2122232425
26
27
282930
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada