ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
14
15161718
19
20
21222324
25
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 14 décembre 2015


Société

Quand la qualité est inégale dans les services de garde

Des bébés en garderie
Des bébés en garderie     Photo : iStock

Les poupons en centre de la petite enfance (CPE) ont-ils droit à un meilleur traitement que ceux en garderie non subventionnée? C'est bien ce que révèle une étude de l'Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs. En entrevue au 15-18, Nathalie Bigras, directrice de l'équipe de recherche qualité éducative des services de garde, admet que, même si ces révélations sont sidérantes, elles ne sont pas surprenantes.  
 
« De manière générale, quand on regarde l'enquête globale, c'est acceptable, mais si on creuse, on observe une très grande proportion d'enfants en bas âge qui sont dans des conditions inadéquates », affirme Nathalie Bigras. En CPE, ce sont deux poupons sur trois qui bénéficient de services dont la qualité est jugée bonne ou excellente (67 %), alors qu'en garderie non subventionnée, c'est seulement 7 % des enfants, soit 4 poupons sur 10. À l'inverse, en CPE, une très faible proportion de poupons (2 %) a droit à une qualité des services insatisfaisante, c'est-à-dire que ceux-ci ne répondent pas aux principes du programme éducatif, alors que dans le milieu des garderies non subventionnées, le chiffre accote plutôt 41 %.  
 
Cliquez ici pour consulter l'enquête dans sa totalité.  
 

Société

Cédrika Provencher : « Il est faux de dire que le deuil peut commencer »

La fille de Martin Provencher, Cédrika, était portée disparue depuis le 31 juillet 1997.
La fille de Martin Provencher, Cédrika, était portée disparue depuis le 31 juillet 1997.     Photo : Ryan Remiorz

Maintenant que le corps de la jeune Cédrika Provencher a été retrouvé, les policiers peuvent amorcer une enquête d'homicide. À l'époque de la disparition de la jeune fille, l'avocat Guy Bertrand avait agi à titre de procureur indépendant pour collecter des témoignages, et ainsi, collaborer à la recherche de Cédrika. En entrevue au micro d'Annie Desrochers, M. Bertrand affirme qu'il n'est pas vrai que les parents de Cédrika pourront commencer leur deuil. 
 
Il y a plusieurs phases dans un deuil, soutient Guy Bertrand. C'est la première phase du deuil qui vient de se terminer, puisque l'espoir de la retrouver vient de disparaître. Reste maintenant la terrible attente pour les parents afin de savoir comment leur fille est décédée et qui a commis le crime. Quand les policiers donneront des réponses à ces questions et que l'accusé sera reconnu coupable, les parents pourront enfin commencer le deuil, croit Guy Bertrand. « La condamnation est très importante pour la famille de la victime. Tant que l'assassin n'est pas reconnu coupable, vous ne pouvez pas commencer le deuil. » 
 
Lorsqu'il a appris la nouvelle, Guy Bertrand avoue avoir été sous le choc. « Je ne le croyais pas, car pour moi elle était toujours vivante. Cinquante pour cent du temps, on croyait qu'elle était vivante, et le reste du temps, on pensait qu'elle était morte. Mais il y avait toujours un espoir. C'était un choc d'apprendre la nouvelle. » Selon l'avocat, le suspect est probablement très nerveux en ce moment, ce qui pourrait faciliter la tâche des policiers et des enquêteurs. 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
14
15161718
19
20
21222324
25
26
27
28293031
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada