ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12
3
45
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 3 juin 2015


Science et technologie

Forfaits cellulaires : les consommateurs enfin libres

Magasiner son téléphone cellulaire
Magasiner son téléphone cellulaire     Photo : Istock

C'est une nouvelle ère qui a débuté mercredi pour les abonnés aux services cellulaires au Canada. Des millions de détenteurs de forfaits prépayés peuvent désormais résilier gratuitement ou presque, leur contrat de service, même si celui-ci n'est pas arrivé à son terme de trois ans. Janic Tremblay, chroniqueur techno, explique les détails de cette nouvelle mesure qui fera le grand bonheur des consommateurs.  
 
Désormais, les clients ayant conclu une entente avant le 3 juin 2013 peuvent rapporter leur téléphone sans frais et aller magasiner ailleurs. Pour ceux qui ont signé un contrat après cette date, ils sont aussi libres de résilier celui-ci mais en payant certains frais. Comment faire le calcul?  
 
- Prenons la valeur du téléphone au moment de la signature du contrat. Par exemple : 440 $. 
- Ce cellulaire a été acheté au prix de 200 $ avec le forfait de 3 ans, il y a 18 mois, le montant subventionné serait donc de 240 $ (soit 440 $ moins 200 $). 
- Il faut diviser ce montant par 24 (soit le nombre de mois correspondant à la durée maximale d'amortissement prévue par le CRTC). La somme serait donc égale à 10 $. 
- Cette somme doit alors être multipliée par le nombre de mois écoulés au contrat. Dans cet exemple, il s'agit de 18 mois, ce qui équivaut à un montant de 180 $. 
- La subvention initiale de 240 $ à laquelle on soustrait le montant de 180 $ correspond à une pénalité de 60 $ pour annuler son contrat
 
Une fois le contrat résilié, comment magasiner un meilleur forfait? Janic Tremblay vous suggère un outil très intéressant qui vous propose de dénicher pour vous le meilleur forfait téléphonique en fonction du type de plan désiré (voix et données) et de l'appareil souhaité. 
 
Voici le site suggéré par Janic Tremblay : 
Find the cellphone plan that fits you best - PlanHub 

Société

Quitter la réserve pour aller vivre en ville

Une centaine de jeunes participent au programme « So You Think You Can Dance Pow Wow ».
Une centaine de jeunes participent au programme « So You Think You Can Dance Pow Wow ».     Photo : Radio-Canada/Vincent H. Turgeon

Les chiffres pourraient surprendre : 30 % des Autochtones vivent en ville et 26 000 d'entre eux habitent Montréal et ses alentours. Un mouvement démographique qui s'inscrit au sein du phénomène mondial d'exode vers la ville, croit Philippe Tsaronsere Meilleur, directeur du Centre de développement communautaire autochtone à Montréal. Il dirige ce centre d'amitié qui offre des services afin d'améliorer la qualité de vie des Autochtones vivant dans la région de Montréal. 
 
L'exode démographique vers les villes témoigne du manque d'emploi et du problème économique dans plusieurs réserves autochtones. En arrivant en ville, les Autochtones sont souvent confrontés à de nombreux défis. « Naviguer dans le monde urbain, c'est quelque chose », remarque M. Meilleur. À la suite du dépôt du rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, force est d'admettre que les séquelles intergénérationnelles et psychologiques sont toujours présentes au sein des différentes communautés autochtones. Des séquelles qui sont parfois imperceptibles, nous dit Philippe Meilleur, et qui forment une des barrières à l'intégration et à l'adaptation en ville. « On sait très bien qu'il y a eu des répercussions sur la confiance en soi, sur la capacité de représentation et ce sont des facteurs super importants pour arriver en ville. »  
 
Après avoir recueilli pendant six ans les témoignages, la Commission de vérité et réconciliation du Canada conclut que les pensionnats autochtones étaient un outil central d'un génocide culturel à l'égard des premiers peuples du Canada.  
 

Après avoir recueilli pendant six ans les témoignages, la Commission de vérité et réconciliation du Canada conclut que les pensionnats autochtones étaient un outil central d'un génocide culturel à l'égard des premiers peuples du Canada. Êtes-vous surpris de cette conclusion? Le 15-18 souhaite recueillir vos témoignages!

Posted by Le 15-18 on 3 juin 2015

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12
3
45
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada