ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
67
8
910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
2728293031
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 8 octobre 2014


Société

Coopérative Les Valoristes : valoriser le travail informel derrière la consigne

La coopérative était installée sous le pont Jacques-Cartier
La coopérative était installée sous le pont Jacques-Cartier     Photo : Gracieuseté de Pierre Batellier

Souvent associé aux pays en voie de développement, le métier de recycleur existe aussi ici, particulièrement pour la collecte des contenants consignés. La coopérative Les Valoristes facilite l'échange des bouteilles et des canettes, en plus d'être une occasion de socialisation. Étienne Leblanc en a rencontré les membres il y a quelques jours pour sa chronique « Change ta ville ».  
 
Réécoutez la chronique complète dans l'audio fil en cliquant ici.  
 
Chaque jour, des milliers de bouteilles et de canettes sont ainsi détournées des sites d'enfouissement par des hommes et des femmes qui en tirent un revenu. « La consigne fonctionne en grande partie grâce à ces gens-là », insiste M. Batellier, qui est aussi chargé de cours à HEC Montréal. 
 
La coopérative facilite l'échange des contenants par ces travailleurs invisibles, échange autrement fréquemment refusé dans les dépanneurs et les supermarchés, explique notre journaliste.  
 
Inversement, le revenu tiré de cette activité sert de filet social important tout en étant une activité « structurante », qui force à rester actif et à combattre l'ennui. La coopérative est en outre devenue un lieu de socialisation durant le projet-pilote de l'été dernier. 
 
En regardant le diaporama ci-dessous, vous entendrez, dans l'ordre :  
- Marica Vasquez Tagliero, cofondatrice  
- Pierre Batellier, cofondateur  
- Denise, participante 
 
 
 
Pour voir les photos et entendre les voix sur votre mobile, cliquez ici.  

Arts et culture

Irrésistible ascension de Mommy en France

Xavier Dolan avec Anne Dorval posent pour les caméras à la montée des marches, à Cannes.
Xavier Dolan avec Anne Dorval posent pour les caméras à la montée des marches, à Cannes.     Photo : AP/Alastair Grant

Mommy devrait passer la barre des 50 000 entrées dès son premier jour de sortie en France. « C'est un départ de blockbuster américain », commente le président de MK2, Nathanaël Karmitz, qui codistribue le film en France. 
 
« Il a le traitement des grands films d'auteur, celui d'un Woody Allen ou d'un Jacques Audiard », souligne-t-il. Le fameux film du Montréalais Xavier Dolan est sorti mercredi 8 octobre sur 315 écrans partout en France. Le nombre de salles qui le distribuent pourrait même augmenter dès la semaine prochaine.  
 
Le succès ne concerne pas que Paris. Les avant-premières de Mommy ont eu beaucoup de succès aussi en province et dans les petites villes. De l'avis de M. Karmitz, c'est le film québécois qui aura eu la plus grande présence médiatique en France.  
 

 
 
 
 
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Départ remarquable pour Mommy dans les salles parisiennes

Société

Suicide assisté : les Canadiens pour, le gouvernement Harper, moins

Un vieil homme allongé à l'hôpital tenant la main d'un proche
Aide médicale à mourir: évolution sociologique du débat     Photo : iStockphoto

Le décalage est grand entre le refus du gouvernement conservateur de débattre du suicide assisté et ce que révèle un nouveau sondage : 84 % des Canadiens se disent pour l'aide médicale à mourir. La journaliste Tamara Altéresco discute de ces résultats.  
 
La députée Véronique Hivon, auteure de la Loi québécoise concernant les soins de fin de vie, parle aussi du cas de Pierre Mayence, qui s'est suicidé « par le jeûne ». Ce quadriplégique de 42 ans a demandé le droit d'aller jusqu'au bout d'un jeûne de 61 jours pour mettre fin à ses jours. Sans être atteint d'une maladie grave et incurable, un des critères de la loi, il aurait pu être accompagné par des soins palliatifs adéquats une fois en fin de vie. « Je ne pense pas qu'il a eu une mort digne », précise Mme Hivon.  
 
Au moment où la Cour suprême s'apprête à rouvrir ce dossier, la grande majorité des répondants du sondage Ipsos-Reid, réalisé pour Dying With Dignity, disent vouloir aussi voir la loi fédérale changer.

Société

Le clavardage en direct

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
67
8
910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
2728293031
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada