ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18
La banlieue réinventée
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2345
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 5 mai 2016

Politique

Il a promis qu'il mangerait sa chronique si Trump remportait l'investiture

Le chroniqueur du Washington Post a promis qu'il mangerait sa chronique si Donald Trump remportait l'investiture républicaine
Le chroniqueur du Washington Post a promis qu'il mangerait sa chronique si Donald Trump remportait l'investiture républicaine     Photo : Washington Post

Il y a sept mois, Dana Milbank, chroniqueur au Washington Post, a promis qu'il mangerait - littéralement - sa chronique si Donald Trump remportait l'investiture républicaine. Aujourd'hui, il ravale ses paroles. Annie Desrochers rigole un peu, non pas de lui, mais bien avec lui. 
 
Avec beaucoup d'autodérision, même s'il avoue rire jaune, Dana Milbank a consulté un chef cuisiner pour connaître les meilleures recettes pour apprêter le papier journal. Il a lancé un appel sur les réseaux sociaux pour que les internautes lui suggèrent des manières d'apprêter la fameuse chronique. C'est jeudi prochain qu'il passera à table, le tout diffusé en direct sur la page Facebook du Washington Post.  
 
 
 
'Get ready to eat it': As Trump clinches the nomination, it's time to dine on my words 

Société

Des organismes de Pointe-Saint-Charles et Rosemont jetés à la rue

Sylvie Rouillard s'occupe de l'Épicerie solidaire dans Pointe-St-Charles. Le service pourrait être compromis si l'organisme ne trouve pas de locaux abordables.
Sylvie Rouillard s'occupe de l'Épicerie solidaire dans Pointe-St-Charles. Le service pourrait être compromis si l'organisme ne trouve pas de locaux abordables.     Photo : Radio-Canada/Dominic Brassard

« Pour nous, c'est impossible de l'absorber, ça sonne la mort du projet, pure et simple », tranche Sylvie Rouillard, qui s'occupe de l'Épicerie solidaire à Pointe-Saint-Charles. Comme huit autres organismes communautaires logés dans les locaux de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), ils doivent partir rapidement pour faire place à de nouvelles salles de classe dont les écoles ont cruellement besoin. 
 
« Tant qu'on a pu louer des espaces à des organismes communautaires on l'a fait, explique la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, mais on doit reprendre nos espaces, car on a 1000 élèves par année de plus qui s'ajoutent. »  
 
Quatre organismes de Rosemont au pied du mur 
En plus des quatre organismes de Pointe-Saint-Charles qui doivent déménager, quatre autres sis dans Rosemont, au 5095, 9e Avenue, ont appris vendredi qu'ils avaient quelques mois pour quitter les lieux. Parmi eux, Je me fais une place en garderie, un service qui s'occupe des enfants handicapés, craint ne pas pouvoir trouver un espace à la fois abordable et accessible aux fauteuils roulants.  
 
« Une augmentation dans le loyer, ça veut dire une coupure dans les services », se désole la coordonnatrice, Christine Duquette. La CSDM louait ses locaux au coût de 7,58 $ par pied carré. « On a commencé à faire des démarches, ça monte à 17 $, voire 28 $ de l'heure, sans parler qu'il nous faut un rez-de-chaussée ou un ascenseur ». 
 

Environnement

D'autres Fort McMurray à prévoir en raison des changements climatiques

Un hélicoptère survole le feu de forêt dans la région de Fort McMurray.
Un hélicoptère survole le feu de forêt dans la région de Fort McMurray.     Photo : PC/JASON FRANSON

Les feux de forêt de l'ampleur de celui qui ravage des milliers d'hectares autour de Fort McMurray seront de plus en plus fréquents avec les changements climatiques. Les explications de Sylvie Gauthier, chercheuse scientifique au Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada.  
 
Les feux font partie du cycle de régénération naturel de la forêt boréale. Toutefois, précise la spécialiste, les projections faites avec les scénarios de changements climatiques indiquent qu'ils se produiront de plus en plus fréquemment, ce qui empêche la forêt de se régénérer correctement.  
 
« On avait des intervalles naturels de 85 ans, si on descend à 40, 50 ans d'intervalle, la forêt n'a pas le temps de renouveler son stock de graines, explique-t-elle, donc il n'y aura pas assez de jeunes arbres pour régénérer la forêt. » 
 
La forêt boréale représente un très grand biome qui joue un rôle important dans les écosystèmes planétaires. L'accélération des cycles de feux pourrait chambouler les processus d'échange d'eau et d'air. « C'est inquétant », conclut-elle.  
 
Le réchauffement climatique menacerait les forêts boréales 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
234
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Le vendredi 6 mai 2016
Un retour sur les 21 grèves en 20 ans à la STM

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Balado