ICI Radio-Canada Première

Le 15-18

Le 15-18

En semaine de 15 h à 18 h

Annie Desrochers

Le 15-18
Auditeurs du 15-18
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
26
27
28
29
30
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 26 septembre 2016

Arts et culture

Croix du mont Royal couchée : Montréal ne censurera pas l'oeuvre d'art

Cette réplique renversée de la croix illuminée du Mont-Royal, oeuvre de Pierre Ayot, appartenait au projet Corridart organisé par le comité des Jeux olympiques de Montréal en 1976. Elle a été démantelée à la veille des Jeux, sur ordre du maire Jean Drapeau qui la jugeait indécente.
Cette réplique renversée de la croix illuminée du Mont-Royal, oeuvre de Pierre Ayot, appartenait au projet Corridart organisé par le comité des Jeux olympiques de Montréal en 1976. Elle a été démantelée à la veille des Jeux, sur ordre du maire Jean Drapeau qui la jugeait indécente.     Photo : © Succession Pierre Ayot/SODRAC (2011)/Photo Gabor Szilasi

« On va de l'avant avec le projet », confirme Marthe Carrier, commissaire et directrice de la galerie B-312, à propos de l'installation d'une reproduction de la croix du mont Royal couchée de Pierre Ayot. L'oeuvre originale avait été démantelée pendant la nuit précédant l'ouverture des Jeux olympiques en 1976, sur ordre du maire Drapeau qui la jugeait « indécente ». Quarante ans plus tard, le maire Coderre a voulu retirer une subvention de 10 000 $, évoquant un « manque d'acceptabilité sociale ». Il a fini par reculer, ce qui réjouit la commissaire.  
 
Le maire Coderre craignait que la croix couchée manque de « délicatesse » envers les Religieuses hospitalières de Saint-Joseph, qui logent dans les bâtiments à l'angle des avenues des Pins et du Parc, à côté du site choisi pour installer la croix. La commissaire explique avoir rencontré les religieuses, qui acceptent l'oeuvre à condition de ne pas être mêlées à la polémique médiatique qui l'entoure.  
 
La Ville a finalement accepté de redonner la subvention de 10 000 $ qu'elle avait retirée. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour la commissaire, qui compte utiliser l'argent pour de la médiation culturelle autour de l'oeuvre et de son histoire. « Le choix de l'emplacement devant l'Hôtel-Dieu [visait justement] a ramener à l'avant-plan la question de la précarité du patrimoine religieux », explique-t-elle.  
 
Une question d'image pour le maire Coderre? 
Interpellée par cette histoire, la chroniqueuse Marie-France Bazzo se questionne sur les raisons réelles derrière la décision de la Ville de retirer la subvention, et de la redonner ensuite. « Est-ce que les autorités catholiques de Montréal ont été frileuses? Ça ne semble pas être le cas. Qui a eu peur dans cette affaire-là? »  
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
26
27
28
29
30
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Le 15-18

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter