ICI Radio-Canada Première
Logo Radio-Canada

Le blogue-notes





En manchettes cette semaine : « Un électroménager peu énergivore » et « L'attraction de la maison »!

Un électroménager peu énergivore :
Ça me chicotait tout de même un peu; et si l’AeroGarden s'avérait un brontosaure mangeur d'électricité, coûteux et peu recommandable d'un point de vue environnemental? Après calcul, la réponse est non. Son coût de fonctionnement en électricité s'élève à peine à 1,71 $ par mois! Autant dire que c'est un des électroménagers les moins coûteux de la maison, pour ne pas dire LE moins coûteux! Mais il y a un hic : la compagnie recommande de changer les ampoules tous les six mois. Comme il en coûte 19,99 $ pour un paquet d'ampoules de rechange, le montant total pour faire fonctionner l'appareil est de : 65,84 $ par an. Donc, on parle plutôt de 5,49 $ par mois. Ce n'est pas le Pérou, mais il faut appeler un chat un chat...

L'attraction de la maison :
Mine de rien, ce petit engin est en train de devenir l'attraction de la maison. On va tous le voir dès le réveil, puis on s'enorgueillit de voir les feuilles pousser si vite. On fait un petit tour du côté de l'AeroGarden en après-midi, histoire de vérifier qu'il ne manque de rien (ce qui est absurde vu qu'il est entièrement programmé et que son fonctionnement nécessite aussi peu de soin qu'un aspirateur). Puis, on s'extasie une dernière fois avant le coucher. Si au moins je pouvais affirmer que ça n'amuse que les enfants... Eh bien non. On est aussi gagas qu'eux! Pourtant, je vous jure que ce n'est pas par ennui...

Allez, bonne semaine, et prenez soin de vos petites plantes vertes; c'est le peu de chlorophylle qu'il nous reste en ce moment.
Catégorie : Consommation

Le téléphone, ce logiciel

Publié le 1 février 2011, 11h0


Le téléphone est mort. Vive les logiciels de télécommunication!

Dans la dernière décennie, on a pu voir plusieurs innovations « technophages », ces nouveaux produits qui en gobent d’autres, les rendant pratiquement caduques. On n’a qu’à penser à l’intégration des caméras numériques de bonne qualité dans les téléphones intelligents qui ont fait un tort certain au marché des petites caméras numériques, ou encore à la vidéo sur demande, qui remplace, lentement mais sûrement, la câblodistribution.

Le téléphone tel qu’on le connaît est peut-être aussi appelé à disparaître. Il deviendra plutôt un logiciel, partie intégrante d’une autre technologie, comme une tablette, un ordinateur, un ordinateur portable, ou encore cet appareil qu’on appelle toujours, pour l’instant, un « téléphone intelligent ».

Le champion en lice
Il y a encore et toujours Skype, ce logiciel qui fonctionne sur toutes les plateformes (Mac, PC, Linux, Android, iPhone, Symbian), et même sur certains nouveaux téléviseurs, où le logiciel Skype est intégré, Panasonic et Samsung, entre autres.

Son fonctionnement et sa notoriété jouent en sa faveur. On a d’ailleurs vu certains réseaux américains de nouvelles l'utiliser pour réaliser des entrevues directement avec cette technologie, ce qui n’est pas négligeable en terme d’image de marque.

Du côté technologique, pour Skype, comme pour tous les autres logiciels de ce type : la voix, et l’image passent par Internet, et ce, même lorsque le logiciel est utilisé sur un téléphone cellulaire.

À ce compte, dès que la réglementation canadienne changera – une des dernières résistantes dans le monde – et qu’elle permettra enfin à l’opérateur d’offrir un numéro Skype d’appel entrant au Canada, pourquoi les consommateurs voudraient-ils continuer d’avoir un compte de téléphonie cellulaire?

Tout ce qu’on voudra, c’est de la bande passante. Fini le compte vocal.

Les prétendants
Dans son article « Ins and Outs of Calling via the Net », David Pogue, le chroniqueur gadgets du New York Times, effectue le recensement de plusieurs nouvelles applications offertes sur le marché en commençant par celles en provenance de Google.

Google Voice est gratuit et offre plusieurs fonctionnalités, comme la transcription de vos messages vocaux en texte pour vos archives grâce à la reconnaissance vocale. Les appels vers des lignes dures à l’international sont peu chers, et la montée en flèche du nombre de propriétaires de téléphone et de tablettes Android l’aidera sûrement à se tailler une place. Bientôt au Canada...

Truphone propose des appels illimités partout dans le monde pour 13 $ par mois. Il peut fonctionner très bien avec les tablettes électroniques, mais ne comporte pas pour l’instant de messagerie texte intégrée. C’est seulement vocal.

Fring, c’est le carrefour de vos communications numériques interréseaux. Il permet de communiquer avec vos contacts sur MSN messenger, Google Talk, ICQ, SIP AIME, Skype et Yahoo Messenger.

Une sorte de « en attendant » qui disparaîtra peut-être au fur et à mesure que la concentration des utilisateurs se portera sur deux ou trois services.

Après 20 ans de développement de la technologie de téléphonie cellulaire, cette dernière sera-t-elle vraiment utile et utilisée dans une vingtaine d’années? J’en doute.

Aussi à explorer :
Line2, FreePhone2Phone, iChat, Pinger

À lire :
« Ins and Outs of Calling via the Net »

Nouveauté - Le Conseil des Y

Publié le 31 janvier 2011, 10h30


Utopistes, paresseux, égocentriques, ou pragmatiques? Bien des clichés sont accolés à ces individus, nés entre la fin des années 1970 et 1995, qui forment tout sauf une masse uniforme de valeurs et d’ambitions.

Quel regard porte les individus de cette génération sur leur place dans une société vieillissante, sur les défis à venir et sur les solutions envisageables? C’est ce que le Conseil des Y pourra explorer en votre compagnie chaque semaine, sans idées préconçues, et, du moins l’espère-t-on, avec vos questions, commentaires et suggestions.

Il s’agit simplement de nous écrire par courriel à partir de notre page web, avec comme sujet « ConseilY », ou joignez-vous à la discussion en temps réel sur Facebook twitter @ampconseil ou encore par texto au 51010, ajoutez le mot « conseil » dans le corps du texte.

Voici les quatre membres permanents du Conseil des Y.
Vous pourrez les entendre tous les lundis, dès 13 h.

Carla Beauvais

Carla Beauvais, 32 ans
Après des études en communications et après avoir travaillé près de trois ans à titre de recherchiste à Radio-Canada, Carla Beauvais fonde le Groupe Style Communications, une agence de relations publiques spécialisée dans le domaine culturel. Diplômée de l’UQAM en communications, elle s’est fait connaître en prêtant sa plume à plusieurs magazines montréalais.

Twitter : @CarlaBeauvais
Profil Linkedin


Alexandre Forest

Alexandre Forest, 24 ans
Alexandre Forest vient tout juste de terminer des baccalauréats en droit civil et en common law à l'Université McGill et complète sa formation à l'école du Barreau. Au cours de son parcours, il s'est toujours impliqué en politique, au départ en politique étudiante, puis au provincial, devenant membre de l'ADQ et jouant une part active dans la Commission Jeunesse du parti. C'est d'ailleurs au sein de cette même Commission qu'il a été nommé directeur des affaires politiques, supervisant à ce titre l'élaboration du contenu de deux congrès jeunesse de l'ADQ.

Émile Proulx-Cloutier

Émile Proulx-Cloutier, 28 ans
Émile Proulx-Cloutier est un homme-orchestre. À 28 ans, il a été tour à tour acteur, réalisateur, scénariste, directeur de la photographie, monteur et compositeur. Il tient en ce moment le rôle de Maxime Cadieux dans la série Toute la vérité, au réseau TVA. Impliqué dans la société, près des causes sociales, il a coécrit et coréalisé avec Anaïs Barbeau-Lavalette le documentaire Les petits géants, un film qui s’intéresse à la situation des jeunes défavorisés.


Mélanie Joly

Mélanie Joly, 32 ans
Mélanie Joly est directrice associée chez Cohn & Wolfe à Montréal. Avant de rejoindre l’agence de relations publiques, elle a pratiqué le droit en litige commercial. La jeune entrepreneure est très impliquée dans plusieurs organismes sans but lucratif, parmi lesquels figurent le conseil d'administration du Musée d'art contemporain de Montréal et le conseil d'administration des Jeunes Canadiens en finance. Elle est également cofondatrice de Génération d'idées, un groupe de réflexion politique. Diplômée en droit européen et comparatif de l'Université d'Oxford, Mélanie Joly a été reconnue comme femme de l'année, en 2008, par le magazine Elle Québec, et comme l'« une des 15 femmes qui feront bouger le Québec » par le journal Les Affaires en 2009.

- Génération d’idées : les solutions issues du sommet 2010
- Profil Linkedin
- Fiche personnelle chez Cohn & Wolfe

Erratum : Dans la vidéo, je lance 1980, comme année de référence. Plusieurs vont jusqu'à 1975, comme année de séparation entre la génération X et la génération Y, comme en témoigne l'âge de nos intervenants.
Catégories : Société, Internet

Readability - Installation Video for Firefox, Safari & Chrome from Arc90 on Vimeo.


Readability, c’est un projet simple et efficace qui vous permet de lire mieux et davantage sur Internet. Oui, oui, « lire ».

L’application a d’ailleurs été carrément intégrée au navigateur Internet d’Apple, Safari.

On choisit le type de typographie, la couleur des lettres que l’on préfère, blanc sur fond brun, par exemple, et lorsque l’on veut lire un plus long texte, l’outil présente à l’écran le texte seulement, dépouillé de tout ce qui l’entoure, ce qui favorise fortement la concentration.

C’est une merveilleuse façon de renouer avec la lecture sur Internet, avec la concentration aussi. Je l’utilise maintenant lors de ma navigation quotidienne à la recherche de nouvelles pour L’après-midi porte conseil.

L’importance de cet outil m’a été rappelée par Nicholas Carr, dans une entrevue accordée au portail Big think. Il s’agit de l’auteur des livres The big awitch : rewiring the world, from Edison to Google et The shallows : what the Internet is doing to our brain.

Lors de l'entrevue : « From papyrus to iPad: the evolution of reading », il explique qu’au départ, sur les papyrus, il n’y avait pas d’espace entre les mots écrits. Ce qui ressemblait davantage au langage parlé, mais qui était difficile à lire. Cette technique obligeait en fait à lire à voix haute.

Après l'intégration de la ponctuation, on a réussi à retirer du «bruit», ce qui a permis la lecture sans vocalisation. Beaucoup plus pratique.

Pour lui, c’est la même chose avec Internet. Il faut arriver à retirer le bruit pour penser, réfléchir et lire « bien ».

Avec tous les liens, catégories, boutons, publicités qui entourent souvent les textes sur Internet, il faut constamment prendre des microsecondes de pause, des distractions, pour évaluer la pertinence des ces liens.

Readability évacue tout ça.

C’est également une réflexion qui va dans le même sens que fait l’éditeur du magazine américain Wired, Chris Anderson, qui souligne l’importance du retour à un certain équilibre dans l’écologie de la lecture et du retour des textes approfondis, dans son éditorial : Clive Thompson on How Tweets and Texts Nurture In-Depth Analysis.



Catégories