ICI Radio-Canada Première
Logo Radio-Canada

Le blogue-notes

Nouveaux repères, semaine 14

Publié le 5 avril 2011, 16h0
Solaire

Environnement : Est-ce qu’un pays pourrait s’alimenter à 90 % d’énergie solaire?

C’est ce que semble proposer le Centre national en énergie solaire d’Israël, qui annonce que le pays pourrait, compte tenu de sa consommation actuelle, produire 90 % de son électricité grâce aux énergies renouvelables, dont l’énergie solaire.

Avec l’installation d’une centrale solaire dans le désert du Néguev, et la position de chef de file du pays dans les brevets liés aux technologies de capteurs photovoltaïques, le pays pourrait, s’il s’y met sérieusement, modifier radicalement sont parc énergétique.

Le problème avec l’énergie solaire à grande échelle, c’est qu’il faut emmagasiner l’énergie afin de ne pas devoir la consommer au moment de sa captation. Pour régler le problème, il y a d’une part les piles, qui sont de plus en plus performantes, mais les chercheurs planchent aussi sur un concept de bassins hydrauliques.

Au Québec, d’immenses réservoirs emmagasinent l’eau derrière les barrages hydroélectriques. L’eau est envoyée dans les turbines selon les besoins en énergie. C’est très efficace.

Le centre de recherche israélien voudrait pouvoir reproduire le même principe de façon artificielle grâce au solaire. Ainsi, l’eau serait pompée à la surface avec l’énergie solaire, pour ensuite être envoyée dans des turbines vers d’immenses réservoirs souterrains, au besoin.

- « Can a Country Get 90 Percent of Its Power From Renewables? » [GreentechMedia]
- Sujet connexe :« Énergie communautaire : les éoliennes de l'Île-du-Prince-Édouard », un reportage d’Isabelle Craig


Ondes cellulaires et effets sur le cerveau

Le Journal de l’association médicale américaine a fait paraître une étude sur les effets du cellulaire sur le cerveau. Une autre, direz-vous!

Par contre, cette fois, il y a des résultats. Les chercheurs ont constaté qu’une utilisation continue du cellulaire aurait une influence sur la métabolisation des glucoses dans le cerveau. Est-ce que ces changements des taux de glucoses ont un effet négatif sur la santé? Probablement pas, dit-on, mais on tient tout de même à mettre en garde la population, par précaution.

L’Institut national de la santé aux États-Unis affirme qu’elle ne veut en aucun cas empêcher les gens d’utiliser leur mobile, mais du même coup, on propose une série de recommandations pour réduire l’exposition aux radiations.

Quelques suggestions :
- Transporter son cellulaire dans un sac séparé. Éviter la poche de manteau collée sur la poitrine, ou la poche du pantalon.

- Utiliser le mode haut-parleur ou un casque d’écoute avec micro, avec fil, autant que possible. Sinon, la solution de rechange : le casque sans fil de technologie bluetooth qui n’émet qu’une fraction des radiations du cellulaire lui-même.

- Prendre en considération le fait que les cellulaires émettent davantage lorsque l’utilisateur est en mouvement (voiture, autobus) ou lorsqu’on est à l’intérieur des édifices, puisqu’ils cherchent constamment le signal.

Plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et la Russie, ont des politiques particulières d’avertissements concernant l’usage de cellulaires destinés aux enfants en croissance, plus fragiles aux radiations.

Bref, faites comme tout le monde et envoyez des courriels. C’est plus prudent.
- «Cellphone Radiation May Alter Your Brain. Let’s Talk. » [NYT]
- « Effects of Cell Phone Radiofrequency Signal Exposure on Brain Glucose Metabolism » [The Journal of the American Medical Association]


Du jeu sérieux pour le 100e anniversaire de la Bibliothèque publique de New York



Lors de la table ronde des Rayons, Anne Darche nous a parlé, il y a quelque temps, du livre de Jane McGonigal, Reality is broken, qui parle du jeu, de ses techniques et des façons de les appliquer au monde réel pour l'améliorer.

La diplômée de Berkeley, reconnue par le MIT comme l’une des personnes à surveiller dans le domaine de l’innovation technologique, participe à la création d’un jeu afin de souligner le rôle de la Bibliothèque publique de New York.

Intitulé Find de futur (trouver le futur), le jeu proposera aux 500 joueurs sélectionnés, appelés en petits groupes, de réaliser 100 différentes quêtes en une nuit.

Les joueurs devront débusquer les trésors cachés de la bibliothèque et le prouver en lisant les codes QR avec leur mobile.

Ensuite, ils devront produire, à l’aide des indices trouvés, un document, et le rédiger pendant la nuit.

Un exemple : À quoi ressemblerait la Déclaration d’indépendance des États-Unis si elle était rédigée aujourd’hui? Et il faut l’écrire!

Bref, trouver le futur à l’aide du passé. L’événement aura lieu le 20 mai prochain à New York. Une initiative dont on pourrait s’inspirer.




- « Jane McGonigal to Find the Future at the New York Public Library » [Fast Company]

Matante? Non, monsieur!

Publié le 28 mars 2011, 11h0

Depuis la parution de l'article du chroniqueur Stéphane Baillargeon du quotidien Le Devoir sur la « madamisation » des médias, vous avez été nombreux à me demander ce que j'en pensais. Voici donc ma réaction.

Le 21 mars dernier, dans les pages du quotidien Le Devoir, le chroniqueur médias Stéphane Baillargeon s'en est pris à ce qu'il appelle « la madamisation » des médias (terme emprunté, dit-il, à l'une de ses collègues féministes). Selon lui, le magazine Madame, jadis Madame au foyer, disparaît de l'univers médiatique parce les grandes chaînes « pastichent » et relaient sa formule : services, vie pratique, consommation, cuisine, beauté, etc.

À titre d'exemple, Stéphane Baillargeon cite Deux filles, le matin et Tout simplement Claudine, diffusées à TVA, ainsi que... L'après-midi porte conseil, émission que j’anime depuis bientôt deux ans sur la Première Chaîne de Radio-Canada. « Comme quoi, ajoute-t-il, une matante, souvent, se terre dans chaque madame. » Puis-je vous dire que je me suis sentie franchement insultée? Insultée personnellement, mais aussi pour l'ensemble des femmes qui occupent actuellement le paysage médiatique, ainsi que pour toutes celles qui les écoutent.

Abasourdie aussi, par le manque flagrant de rigueur dans l'argumentaire de Stéphane Baillargeon. D'abord, le chroniqueur place dans la même « sacoche » les magazines féminins, les émissions de services, de cuisine, de culture et de société, ainsi que les talk-shows du matin, des émissions qui ont en commun d’être toutes animées par des femmes. Comment ne pas constater, dans l'énumération de M. Baillargeon, une macédoine de grosses rancœurs?

Dois-je souligner que Stéphane Baillargeon pousse sa mauvaise foi jusqu'à comparer ces émissions à celles d'information ou d’affaires publiques?

Par ailleurs, de tout temps, les médias, tous réseaux confondus, ont produit des émissions destinées particulièrement aux femmes, aux hommes, aux enfants ou aux amateurs de jeux-questionnaires, ou encore des émissions pour tous, que je qualifierais « d'unisexes ». Nous constatons depuis plusieurs mois une prolifération d'émissions de cuisine. Est-ce à dire que nous sommes en train « d'alimentariser » les médias? Ridicule!

Maintenant, sur un plan plus personnel, je trouve simpliste et gratuit de proclamer qu'une émission soit « matante » et insignifiante, qu'elle contribue à une supposée « madamisation » des médias, sans en avoir analysé un tant soit peu le contenu.

Si Stéphane Baillargeon avait écouté les deux heures de L'après-midi porte conseil durant une semaine, il aurait noté l'excellence et la pertinence de nos nombreux collaborateurs. Il aurait entendu les analyses de Fabien Deglise en consommation et de Louis-Gilles Francoeur en environnement (deux de ses collègues du Devoir).
Il aurait également entendu notre Conseil des Y qui donne la parole aux jeunes; notre Conseil des Nations unies qui regroupe des immigrants; notre Conseil de famille pour les parents (à moins que M. Baillargeon estime qu'encore aujourd'hui, l'éducation des enfants n’est qu'une affaire de madame!).

Il aurait aussi entendu Jacques Duval et Daniel Breton parler de voitures et d'environnement. Les analyses d’André Boisclair, d’Anne Darche et de la Dre Marie-France Raynault. L'historien Daniel Turcotte, l'urbaniste Gérard Beaudet, nos débats sur les grands enjeux sociaux, en santé et consommation.

Vraiment, plus matante que ça, tu meurs...

Cela dit, nos contenus sont parfois saupoudrés d'éléments dits « pratico-pratiques ». Nous testons des produits de consommation avec des spécialistes, nous donnons de bonnes adresses et des conseils financiers. Nous sommes, pour la plupart, des consommateurs sur deux pattes dans une société qui nous pousse à acheter toujours plus.

Dans ce contexte, je trouve extrêmement utile de comparer les produits que nous consommons, ne serait-ce que pour faire de nous des « consommateurs avertis »! En quoi ces tests contribuent-ils à la « madamisation » de notre émission?

J'ajouterais, en toute honnêteté, qu'à ses débuts, en septembre 2010, L'après-midi porte conseil était elle-même une émission « laboratoire ». Créer une toute nouvelle émission de service aussi dense que variée ne se fait pas en une seule saison. Il nous est arrivé parfois de repousser un peu trop les limites du ludique, mais nous avons vite corrigé le tir pour préserver notre pertinence, et nous y travaillons encore quotidiennement. Dommage que M. Baillargeon ne se fie qu'à ses premières impressions, mais que voulez-vous, « perception is reality », et personne n'y échappe.

Je suis également consternée par l'aura de sexisme et de misogynie qui plane autour des propos de Stéphane Baillargeon. Si toutes les femmes qui animent des émissions dites de services sont des nunuches ou des matantes, alors que dire de celles qui les écoutent? Permettez-moi de m'insurger contre cette analyse qui manque franchement de discernement. J'espère que sa collègue féministe saura lui dire qu'il a dépassé les bornes...

Dominique Poirier
Fière animatrice de L'après-midi porte conseil
Première Chaîne - Radio-Canada

P.-S. Ce matin, le chroniqueur Baillargeon poursuit sur sa lancée. Sentait-il le besoin de se rattraper? Il termine ainsi : « Je m'intéresse à la philo et aux sciences sociales, aux débats d'idées, à la critique sociopolitique, à l'architecture et à l'histoire... » M. Baillargeon devrait nous écouter, il serait bien servi...
Catégories : collaborateurs, Société


Voici la chronique des bonnes adresses de Catherine à New York, présentée à L'après-midi porte conseil.

1- New York Habitat
Le meilleur service de sous-location d'appartement à New York.
Apartment ID : 14320 (pour aller voir l'appartement dans l'église Grace and Saint-Paul's Church)
www.nyhabitat.com/fr/
www.freewebs.com/gstpchurch/

2- Bar 230 Fifth
Bar chauffé sur le toit d'un immeuble de 20 étages en plein cœur de Manhattan.
www.230-fifth.com

3- Restaurant Momofuku Ko
Les cinq restaurants Momofuku du chef Davis Chang sont incroyables. Le Ko est le plus spectaculaire et difficile d'accès de tous...
www.momofuku.com

4- City Walks New York
Boîtier regroupant les cartes de 50 marches-visites à faire à New York.
www.chroniclebooks.com/citywalks/

Prolongeons le plaisir un petit peu et plongeons une dernière fois dans les méandres de Manhattan. Voici d'autres adresses coup de cœur à mettre à l'agenda de votre prochain voyage.

Restaurants

- Pizza Roma
Une petite pizzeria typiquement romaine, remplie d'Italiens venus casser la croûte (mince) le midi. Sept ou huit sortes de pizzas fraîchement cuites sont offertes, avec une sélection de vin au verre tout à fait charmante. Essayez la pizza aux champignons porcini ou encore celle aux épinards. Délicieuses. Dans Greenwich Village.
263 Bleeker Street
www.pizza-roma.it

- Balthazar
Ce repaire de « hipsters » est surtout connu pour son célèbre bar à huîtres et son plateau de fruits de mer offert en deux ou trois étages. Ne manquez pas la boulangerie Balthazar, juste à côté du restaurant. Superbe ambiance.
80, Spring Street
www.balthazarny.com

Repaires gourmands

Chocolate Bar
Un bar à chocolat chaud et... froid! Des dizaines de petites sucreries chocolatées vraiment originales pour rapporter de jolis et délicieux souvenirs pas trop cher. Essayez la sucette Sweet and salty chocolate: les petits et les grands adoreront!
19, 8th Avenue, NY
www.chocolatenyc.com

Murray's Cheese
Une superbe fromagerie où vous pourrez déguster des fromages américains renversants. Dans Greenwich Village.
253, Bleecker Street
www.murraycheese.com

Amy's Bread
À côté de la fromagerie, il y a cette boulangerie incroyable où vous pourrez déguster des scones tout juste sortis du four. Essayez le Cream cherry scone.
Trois boulangeries à New York, dont celle-ci dans Greenwich Village : 250, Bleecker Street
www.amysbread.com

Boutiques

Badichi
Au-delà de 200 modèles de ceintures sur mesure. Vous choisissez la ceinture et la boucle, et on perce les trous à votre taille. Vraiment parfait.
159, Prince Street
367, West Broadway
www.badichibelts.com

Sabon
Des sels de la mer Morte qui vous laissent la peau plus soyeuse qu'une pêche, offerts en dizaines d'odeurs et de styles différents.

Plusieurs adresses à New York et ailleurs, dont celle-ci : 2052, Broadway (au coin de la 71e Rue) www.sabonnyc.com
Anthropologie

Si vous n'aviez qu'une seule boutique à visiter à New York, ce devrait être celle-là. Vêtements pour femmes, accessoires de maison, bijoux, souliers, ce véritable repaire de « fashionista » est aussi grand qu'une caverne d'Ali Baba. À l'arrière, vous y trouverez des soldes alléchants.

Trois boutiques à New York, dont celle-ci :
375, West Broadway
www.anthropologie.com

Pumpkin
Cette mignonne petite boutique de vêtements uniques et d'accessoires rigolos pour enfants regorge de trouvailles que vous voudrez rapporter à vos plus petits. À mille lieues de l'empire de l'oncle Walt...
334, Bleecker Street, Greenwich Village
212 352-0109 (pas de site Internet)

Je m'arrête ici de peur de surchauffer votre fibre de voyageur... Vous nous en donnerez des nouvelles!
Catégories : collaborateurs, Société

Nouveaux repères semaine 12

Publié le 21 mars 2011, 16h45

La planète tourne rapidement. C’est la raison pour laquelle chaque semaine, il faut lire les nouveaux repères.

Voici quelques-uns des sujets traités à l’émission L’après-midi porte conseil de la douzième semaine de l’année 2011.

101 musiciens de 33 pays pour l’Orchestre symphonique de YouTube
Pour la deuxième année, YouTube a présenté un grand concert mettant en vedette plusieurs dizaines des meilleurs musiciens de partout dans le monde et sélectionnés grâce à la célèbre plateforme vidéo de Google, YouTube. Pour l’occasion, les jeunes musiciens se sont tous rencontrés à Sydney, en Australie. Le concert a eu lieu le dimanche 20 mars et est offert en baladodiffusion.



Chaîne du YouTube Symphonic Orchestra


Laboratoire : les meilleurs sites de traduction en ligne
L’offre de sites de traduction s’est largement bonifiée au cours des dernières années. Nous avons la chance de recevoir Monique Cormier, professeure de traduction à l'Université de Montréal, et François Abraham, traducteur agréé et président de l'Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec, qui ont testé pour nous plusieurs d’entre eux.

Pour tout savoir sur ces outils pratiques que sont le Grand dictionnaire terminologique, Termium, Google traduction, Reverso, Babel fish et Nice translator, écoutez notre laboratoire et traduisez-le ensuite. « Bra lyssnar! »


Encore moins de couche d’ozone pour l’été
Tout comme les pluies acides ont lentement disparu de l’actualité, on parle maintenant si peu de la couche d’ozone qu’on en vient presque à penser que le problème s’est réglé de lui-même.

Or le chercheur Markus Rex et son équipe allemande viennent de démontrer que la couche d’ozone aurait diminué de moitié au pôle arctique au cours des dernières semaines. Plus de fonte de glace, plus de réchauffement climatique et plus de crème solaire.
« La couche d'ozone au-dessus de l’Arctique aurait récemment fondu de moitié » [Branchez-vous!]
« Destruction record d'ozone au-dessus de l'Arctique » [Radio-Canada.ca]


L’iPad 2 et la conquête du monde
Il aura fallu 28 jours à la première version de la tablette iPad pour trouver 1 million de preneurs. Selon les différentes estimations, Apple aurait quasiment atteint cette marque de 1 million d’iPad2 vendus lors du premier week-end de vente aux États-Unis.

C’est cette semaine, soit le 25 mars, que l’iPad 2 sera lancé au Canada, ainsi que dans 26 autres pays.

Un dur coup pour Intel qui, pour le moment, est complètement supplanté dans la catégorie des processeurs peu énergivores par l’entreprise britannique ARM, dont les puces occupent une place d’importance dans ce nouvel outil de l’entreprise Apple.

L’iPad2 deviendra-t-il plus qu’un gadget? Plusieurs le croient, puisque Warren Buffet a annoncé que sa compagnie d’aviation Netjet remplacerait les plans de vol papier par des plans de vol sur tablette électronique.

« Apple iPads in Cockpits May Mean End of Paper Charts » [Bloomberg]
« Apple iPad 2 sales seen clearing 1 million units » [Globe and mail]


Un quart des enfants de 3 ans utilisent Internet quotidiennement
Protégez-vous souligne la publication du rapport Sesame Workshop portant sur les jeunes enfants et Internet. On y apprend que 25 % des enfants de 3 ans utilisent Internet quotidiennement, et que cette proportion monte à 66 % à l’âge de 8 ans.

Principalement utilisé pour jouer à des jeux ou regarder des dessins animés, il n’en demeure pas moins que les enfants accèdent de plus en plus jeune à Internet, ce qui soulève tout de même des questions de protection.
« Savez-vous vraiment ce que font vos enfants sur le web? » [Protégez-vous]


Les bibliothèques et les livres électroniques ne font plus bon ménage
La journaliste Julie Bosman nous invite dans son article à imaginer la bibliothèque parfaite : ses livres ne peuvent jamais être perdus et sont automatiquement retournés à temps, il n’y a jamais de pages manquantes ou déchirées, la reliure des livres est indestructible, et vous pouvez emprunter les livres sans jamais vous y rendre... La bibliothèque parfaite est une bibliothèque de livres numériques.

Mais au moment où, justement, les bibliothèques publiques de partout dans le monde commencent à peine à effectuer la transition vers la bibliothèque publique numérique, la bibliothèque parfaite pourrait ne jamais voir le jour, car les maisons d’édition font marche arrière.

Après avoir permis le prêt de livres numériques, à condition qu’un exemplaire ne puisse être prêté qu’à une seule personne à la fois et que les droits soient payés en bonne et due forme, ceux-ci voudraient faire disparaître le livre après 26 prêts. Du moins, c’est ce que propose Harper Collins, un éditeur américain majeur.

Les discussions sont en cours, mais il y un besoin important de revoir le modèle de rémunération actuel pour permettre la pérennité du rôle des bibliothèques publiques.
« Publisher Limits Shelf Life for Library E-Books » [NYT]
« Ebook sales in the US double year-on-year, paper books suffer double-digit losses » [Engadget]


Pour m’écrire, me faire des suggestions d’articles ou suivre mes recherches au cours de la semaine :
Twitter : @psanterre
Facebook : Blogue-notes
Catégories : Société, Internet

En manchette cette semaine : Un carnet d'adresses pour des achats en ligne 100 % Québécois.

La mode québécoise est en effervescence, et de plus en plus de boutiques en ligne se spécialisent dans la vente de vêtements exclusivement créés au Québec par des créateurs de mode locaux. Maintenant, plus de raisons de ne pas acheter québécois, que vous soyez à Rivière-du-Loup, à Tadoussac ou à Montréal...

AgenceKA.com
Cette boutique en ligne a pour mission première de devenir le meilleur appui marketing pour les entreprises de mode et créateurs québécois. En cela, elle respecte ses engagements en offrant les collections de neuf créateurs de mode émergents parmi les plus prometteurs, que l'on pense à Dinh Bà, à Ruelle ou à Annie 50, pour ne nommer que ceux-là. Il vous en coûtera environ 15 $ de frais de port et de manutention, et la livraison est offerte partout au Canada.

Chiccane.com
Cette autre boutique en ligne est aussi spécialisée dans la vente de créations québécoises et canadiennes, mais elle fait la part belle aux créateurs plus reconnus. Qu'on pense entre autres à Denis Gagnon, à Nadya Toto ou encore à Msiamo, en plus d'offrir une collection d'accessoires et de bijoux faits par des designers québécois. À Chiccane.com, on a une politique de frais de port et de manutention fixe à 9 $ la commande partout au Canada, ce qui fait que cette boutique demeure très concurrentielle en ce qui concerne le rapport qualité-prix offert aux clients.

Maddie Malone.com
Ce site de vente en ligne offre aussi des produits de marques québécoises, bien que certains articles peuvent être fabriqués en Chine. Avec dans son écurie des marques telles que Lucky7, FINN et Mojito, cette boutique est résolument axée sur la mode jeune et branchée. En plus, on offre la livraison gratuite partout au Canada, n'est-ce pas merveilleux?

La loi sur la protection du consommateur prévoit des règles pour encadrer l'achat en ligne. Pour en savoir plus, visitez le site de l'Office de protection du consommateur. Parce qu'un consommateur averti en vaut deux!

Bon magasinage en ligne!!

Catégories