ICI Radio-Canada Première
Logo Radio-Canada

Le blogue-notes

Les enfants et les jeux en ligne

Publié le 26 février 2010, 16h30
Pingouin

Si vous avez un jeune enfant de 6 à 12 ans, plutôt débrouillard avec les ordinateurs, vous connaissez peut-être le Club pengouin, un portail de jeux en ligne qui compte plus de 28 millions d'utilisateurs.

Dans le journal en ligne Rue 89, Jean-François Lisée déclare la guerre aux pingouins de son fils, dans la section « Polémique ». Il accuse le fameux portail d'être conçu pour créer la dépendance chez les jeunes, et surtout de les inciter au harcèlement, puisque avec un humble abonnement de 5,95 $ par mois, qu'il ne tardera pas à vous demander, l'avatar pingouin de votre enfant pourra avoir accès à de nouveaux vêtements, davantage de mobilier pour son igloo, et à des spectacles de « Puffles », les petits compagnons des pingouins.

Le site, crée par des Canadiens, mais vendu à Disney en 2007 pour la somme de 350 millions de dollars, a aussi intéressé l'émission La facture, présentée à la télévision de Radio-Canada et sur Tou.tv. Dans le reportage « Les jeux sur Internet et les enfants », le journaliste Pierre Craig souligne que malgré la loi québécoise de 1978 sur la publicité et les enfants, ces jeux « sont un laboratoire vivant sur le web, qui sert aux entreprises à créer et à tester de nouveaux produits. Le problème, c'est que ces études de marché se font sans que parents et enfants en soient clairement informés ».

Un jeune auditeur de L'après-midi porte conseil a même ajouté sur le site de l'émission :
« Ce genre de jeux enseigne aux enfants à dépenser plus et à faire partie de la société de consommation [...] »

Êtes- vous un amateur ou un détracteur du fameux club? Vos enfants sont-ils abonnés? Avez-vous réussi à résilier un abonnement?
Catégorie : Société

« Malheureusement, je crois que la télévision traditionnelle comme on la connaît, c'est à dire des postes et des émissions à des heures précises, est vouée à disparaître. Les diffuseurs seront remplacés par des sites Internet comme tou.tv où les gens pourront regarder leurs émissions quand ils le veulent et surtout où ils le veulent. »

Commentaire de Rodrigue Amyot, de Delson, à propos du billet Le divertissement, de l'ordinateur à la télévision
Catégorie : Commentaires
television

« Serons-nous capables de choisir les éléments de la technologie qui améliorent la qualité de vie et d'éviter ceux qui la détériorent? » David Baltimore, extrait du numéro spécial Libération : À quoi pensez-vous?

Est-ce le début de la fin de la câblodistribution et de ses forfaits contraignants? Si la tendance se maintient, nous assisterons à la naissance d'une véritable offre télévisuelle à la carte au cours des prochaines années et au chamboulement des modes de financement de la production télévisuelle. Bien que les technologies ne soient pas encore suffisamment au point pour qu'on puisse parler d'une perçée grand public, voici un aperçu de ce que l'avenir nous réserve.

On ne compte plus le nombre de stations de télévision qui offrent de la vidéo en ligne à la carte, sans compter les contenus originaux pour le web et la multiplication des webtélés. Mais pour regarder un clip plus long qu'une vidéo de chats, il est plus agréable d'être assis dans son salon et pas sur une chaise ergonomique destinée au travail.

Les outils pour passer de l'ordinateur à la télé
D'abord, vous pouvez brancher votre ordinateur directement sur un projecteur haute définition ou une télévision HD, mais vous aurez besoin d'un clavier et d'une souris sans fil pour rendre l'expérience de navigation agréable. Si vous avez une télévision plus ancienne, vous aurez probablement besoin d'un convertisseur de signal. (Recherchez « PC to TV converter » sur Internet.)

L'avenue des consoles de jeux
Les consoles de jeux deviennent de bons investissements, si on considère que pour 300 $, on peut obtenir une Playsation 3, à la fois console de jeux, lecteur de disques Blu-ray et centre multimédia qui vous permet de regarder des fichiers via votre réseau sans fil. La Wii, la Playstation 3 et la Xbox permettent également la navigation sur Internet.

Si vous naviguez sur Internet, vous devriez, en principe, pouvoir regarder la programmation télévisuelle offerte en rattrapage sur Internet, sur des portails comme Tou.tv, ou CTV.ca. Malheureusement, pour l'instant, la PS3, pour la prendre en exemple, ne supporte pas le plugiciel Flash 10, qui est nécessaire à la lecture de la plupart des vidéos en ligne. Encore là, pas de solution parfaite.

La voie de la facilité, avec Apple TV
Si vous consommez principalement des vidéos et de la musique en provenance de la boutique iTunes, que vous êtes familier avec l'environnement Mac et que vous ne faites pas de crises d'angoisse face à un format propriétaire, Apple TV pourrait être une solution intéressante pour vous. De plus, la compagnie offre désormais des films (Disney, Pixar) en versions haute-définition avec un son ambiophonique Dolby Digital en 5.1 canaux. Bref, rien à envier aux versions Blu-ray. Vous pouvez même transformer votre iPhone en télécommande pour plus de plaisir.

La voie de la conversion
De plus, si vous possédez déjà une collection appréciable de DVD, le logiciel libre Handbrake la convertira. C'est le retour à des heures de numérisation, une époque qui n'est pas sans rappeler les heures de plaisir lors de l'apparition du MP3. Une fois vos films convertis, vous pourrez les regarder sans tracas, par l'entremise de vote réseau sans fil à la maison (Western Digital TV Live).

Bref, nous assistons à une nouvelle transition technologique et ce n'est pas à point. Et vous, en 2010, quelle est votre technologie préférée?
Catégorie : Consommation

L'amour à distance

Publié le 22 février 2010, 15h55
Visiophone

Que ce soit pour voir et parler plus souvent à vos petits-enfants qui habitent une autre province ou pour entretenir la flamme d'une relation transatlantique, les logiciels de vidéoconférences sont maintenant à la portée de tous et méritent qu'on s'y attarde un peu.

Une proportion appréciable des ordinateurs portables sur le marché sont maintenant munis d'une caméra. Sinon, casques de vidéoconférence et caméra web se détaillent maintenant sous la barre des 100 $. Les logiciels sont également gratuits. Le plus grand défi, c'est finalement d'en faire l'essai.

Pour en apprendre davantage sur le sujet, je vous invite à écouter l'entretien de Carl Charest, rédacteur en chef de Branchez-vous, et d'Évelyne Charuest, recherchiste et chroniqueuse au Sportnographe, qui discutent des technologies de vidéoconférence. 

Comment est-ce que ça fonctionne?
Si vous possédez déjà un compte courriel avec Microsoft (Hotmail) ou encore avec Google (Gmail), il vous est possible d'installer facilement Msn messenger ou Google voice, qui vous permettront immédiatement de faire de la vidéoconférence au moyen de votre logiciel de clavardage habituel.

Dans les logiciels de téléphonie par Internet, Skype demeure sans doute le plus connu. Il a comme avantage de vous permettre, à partir de votre ordinateur, de joindre des lignes téléphoniques fixes partout dans le monde (moyennant certains frais souvent inférieurs aux tarifs interurbains réguliers), d'être gratuit d'ordinateur à ordinateur et de posséder une application iPhone .

Le logiciel Ovoo semble aussi vouloir se tailler une place sur le marché, particulièrement auprès des petites entreprises.

Il n'y a donc plus de raisons de recevoir des factures d'appels interurbains.

Il n'en demeure pas moins qu'il existe une barrière psychologique qu'il faudra franchir avant que la vidéoconférence devienne le moyen privilégié pour nos conversations de tous les jours. Ne reste plus qu'à bien vous coiffer lorsque vous voulez faire un appel.
Catégorie : Consommation

En bref: transport en commun

Publié le 22 février 2010, 7h0

Jean-Charest a beau laisser entendre qu'il est plus vert que Stephen Harper, son bilan environnemental laisse à désirer, et les chiffres parlent d'eux-mêmes.

« On sait que le gouvernement du Québec consacre moins d'argent aux transports en commun que d'autres provinces canadiennes : en 2007, 40 $ par habitant, contre 150 $ pour la Colombie-Britannique, 105 $ pour l'Ontario et 60 $ pour l'Alberta. » Steven Guilbeault, journal Métro.

« Alors qu'au Québec, entre 1998 et 2008, la population a crû de 6 %, le nombre de voitures et de camions légers a crû de 31 %, soit cinq fois plus! La première source d'émissions de CO2 du Québec est le transport (40 %), et [ces émissions] ont augmenté de 36,7 % entre 1990 et 2007. Pourtant, le ministère des Transports du Québec dépensera 15 milliards en infrastructures pour le transport individuel, contre 2 milliards en transport collectif [...] ».
Bilan environnemental de Jean Charest, Le Devoir

Il existe des solutions ailleurs. À Berlin, 75 % de la population utilise les transports collectifs. Et qui a construit leur réseau? Bombardier, une compagnie canadienne. Mais à Montréal, il semblerait que le métro sur pneumatiques handicape notre système de transport collectif à jamais : « Il faudrait fermer tout le réseau du métro pendant une période d'au moins deux ans. C'est impensable ! » selon Gilbert Laporte, professeur à HEC Montréal. (Le métro de Montréal est handicapé, Vision Durable)

À voir absolument : Berlin, paradis du transport collectif (Vidéo, Une heure sur terre)
Catégorie : Environnement

Catégories