ICI Radio-Canada Première
Logo Radio-Canada

Le blogue-notes

Un PIB pour la nature

Publié le 4 novembre 2010, 9h50
Foret

Comme pour le PIB (produit intérieur brut), les indices que nous choisissons comme société pour évaluer notre réussite en disent long sur nos valeurs communes. C’est la raison pour laquelle le nouvel indice créé par la Norvège, une sorte de PIB pour la nature, est si intéressant.

Présenté à l’occasion de la Convention sur la diversité biologique de l’ONU, qui a eu lieu en octobre à Nagoya, au Japon, l’indice prend en compte 309 indicateurs. On amalgame la santé des forêts, des plaines, de la faune, de la flore, des mers, des eaux côtières et des eaux douces. Bref, tout ce qui se calcule et qui compose la nature. Ainsi, l’indice unifié, calculé sur une échelle de 0 à 1, donne une véritable idée globale de la santé environnementale de la Norvège.

Il s’agit du premier indice de la nature au monde qui prend en compte autant de facteurs.
La prochaine étape : l’inclusion de cet indice nature dans le PIB d’un pays, puisque la pollinisation naturelle, le renouvellement sain des forêts et des nappes phréatiques non contaminées sont aussi des « valeurs » qu’il faut apprendre à calculer en tant que valeur économique d’un pays.

La Norvège espère convaincre d’autres pays européens d’adopter l’indice.
Selon un rapport de l’ONU, les pertes environnementales s’évaluent en milliards de dollars chaque année. Des pertes qui ne peuvent se comptabiliser dans aucune colonne de chiffres.

À lire :
« La Norvège crée un indice pour évaluer l’état de la nature » (LeMonde.fr)
« Norway puts a value on nature » (Globe)
« Nous aurons besoin d’une nouvelle planète d’ici 2030 » (Slate.fr)
« In 20 Years, We Will Need a Second Earth » (Fast company)
Catégorie : Environnement
Musique

Les jeunes Français de 12 à 25 ans peuvent maintenant s’offrir la Carte musique.
Il s’agit d’une carte permettant d’acheter de la musique en ligne de façon légale. La différence avec les autres cartes : la Carte musique est subventionnée par l’État.


Ainsi, si on achète une carte de 5, 10 ou 15 euros, on obtient jusqu’à 50 euros de téléchargement selon les différents forfaits, l’autre partie du montant étant payée par le gouvernement. Les principaux distributeurs légaux de musique en ligne participent. Qu’on pense à Dezzer, à la Fnac, à Amazon, à Orange ou à iTunes.

La France prévoit fournir à ce projet 5 millions d’euros par année. Premiers arrivés, premiers servis : une Carte musique par jeune citoyen. On veut ici inciter les jeunes, qui à cet âge, dit-on, forgent leurs habitudes de consommation, et ainsi contrer le piratage de musique.

Initiative intéressante contre le piratage. Mais pour la culture française? Sur la boutique iTunes de France, les chansons les plus vendues proviennent des artistes Rihanna, Shakira et Eminem, ainsi qu’un duo français incontournable (sic) : Eminem et Rihanna, avec la pièce Love the way you lie.

Mais bon, ce n’est pas mieux au Canada du côté de la diversité musicale. Les plus vendus : Ke$ha, Rihanna et Taylor Swift dominent le palmarès en ligne.

À lire :
Carte musique, une offre peu lisible et contournable
Vert

L’entreprise TerraChoice publie sa 3e édition de Péchés de mascarade écologique : édition familiale.

On y examine les prétentions des étiquetages et des publicités de produits dits verts. Selon TerraChoice, 95 % des allégations écologiques sont de la mascarade, ou de l’écoblanchiment. C’est-à-dire que les allégations sont fautives ou encore qu’il n’y a aucune certification valable pour appuyer leurs propos.

C’est une amélioration, selon l’entreprise de recherche. Les proportions sont passées de 2 % de produits verts authentiques et légitimes en 2009, à 4,5 % en 2010.

Certains domaines sont moins délinquants, comme les secteurs de la construction et du matériel de bureau, où les certifications sont plus encadrées, et ce, depuis plus longtemps.

Plus terrifiant : les jouets et produits pour bébés sont parmi les pires pour les prétentions illégitimes de produits verts.

C’est la 3e fois depuis 2007 que le rapport est publié, avec plus de 5000 produits étudiés.

À lire :
TerraChoice : sin of greenwashing
Greenwashing report 2010
Catégorie : Environnement

Mises à jour : Google Chrome, Skype et RDI

Publié le 2 novembre 2010, 11h0
Google

Il y a certaines personnes pour qui les petites fenêtres de mise à jour son le pire irritant jamais inventé. Pour moi, c’est comme un véritable cadeau de Noël! Qu’ont-ils modifié? Qu’ont-ils amélioré? C’est le futur qui frappe à nos portes.

Google Chrome 7.0
Si vous n’avez pas changé de navigateur Internet depuis longtemps, vous serez peut-être tenté d’essayer la version 7 de Google Chrome. On dit de cette nouvelle version du navigateur qu’elle gère mieux le HMTL5 et le javascript. Parfait pour les grands utilisateurs de Google Mail et de Google Documents. Rapide.

Skype 5.0
Avec ses applications pour téléphones mobiles et sa nouvelle association avec Facebook, Skype gagne en fonctionnalité. Il est maintenant possible d’importer vos contacts Facebook dans Skype (pour ceux qui ont ajouté leur nom Skype dans Facebook) et de faire des conférences téléphoniques. Envoyer des textos, des messages vocaux ou faire des interurbains n’aura jamais été aussi peu cher et accessible.

RDI 1.0
Propriétaires d’iPhone amateurs d’information « télévisée », réjouissez-vous. L’application RDI est maintenant offerte. Vous pouvez regarder gratuitement les capsules de : RDI express, Affaires express, Sports express, Météo express, RDI santé express, 24 heures en 60 minutes et L’agenda culturel clip depuis votre mobile. RDI en direct est offert à 2,99 $ par mois. Attention à la bande passante, surtout en mode 3G.

Il est possible d’enregistrer les capsules pour les consulter plus tard, dans les transports en commun par exemple, via la petite flèche à droite du titre ou de les partager sur les réseaux sociaux. Tellement pratique et efficace que je vais peut-être même commencer à m’intéresser aux nouvelles sportives. Faut le faire!
Catégorie : Internet

Nook, liseuses et livres électroniques

Publié le 1 novembre 2010, 17h0
kindle

Peut-on déjà déclarer que l’année 2010 aura été une année de tablettes? Grâce à l’iPad, bien sûr, mais aussi à l'envol impressionnant des ventes de livres électroniques anglophones et à la baisse de prix significative des liseuses électroniques comme le Nook, de Barnes and Noble, et le Kindle 3, d’Amazon, maintenant offert à 150 $.

En effet, lors de l’annonce des résultats de son 4e trimestre, en octobre, Amazon claironnait que les ventes de livres électroniques, pour les 10 meilleurs vendeurs, dépassaient celles de livres papier, dans une proportion de 2 pour 1.

Pour le palmarès des 25, 100 et 1000 livres les plus vendus, la version électronique surpasse aussi en nombre de ventes celles des livres papier. Impressionnant, compte tenu la très jeune vie des liseuses électroniques.

Dans cette mouvance, l’entreprise offrira sous peu la possibilité aux utilisateurs de « prêter » leurs livres électroniques à un proche. Pour une période de 14 jours seulement, et le propriétaire ne pourra pas lire la version prêtée pendant ce temps.

Gageons toutefois qu’il sera plus facile de récupérer les livres électroniques prêtés, que les livres papier, qui ont une fâcheuse tendance à ne plus jamais revenir vers leur propriétaire.
Catégories : Consommation, Internet

Catégories